SAM_0404

Grosse dépression bien creuse et dynamique qui balaie sans ménagement le nez de la Bretagne… Donc pour résister aux vents violents et ne pas s’envoler, happé par un ouragan façon Wizzard of Oz au risque de tomber sous le joug de la sorcière de l’Est, il faut travailler son centre de gravité à l’aide d’un providentiel trifle.

Le plus ancien usage connu du nom trifle désignait une crème épaisse parfumée avec du sucre, du gingembre et de l’eau de rose, dont la recette fut publiée en Angleterre en 1596, dans un livre de Thomas Dawson intitulé "The good huswife's Jewell". Soixante ans plus tard, des œufs furent ajoutés et la crème fut versée sur du pain imprégné d'alcool.

Des recherches indiquent que le trifle est dérivé d'un autre dessert similaire connu sous le nom de fool ou foole, et qu'à l'origine les deux noms étaient interchangeables.

Alors que certaines personnes considèrent l'inclusion de gélatine comme une variation récente, la plus ancienne recette connue contenant de la gélatine date de 1747, et le poète Oliver Wendell Holmes mentionna dans ses écrits des trifles contenant de la gélatine en 1861.

 SAM_0399

Pour 6 verrines de trifle absolument délicieuses, aussi faciles à réaliser qu’à manger !

Un sponge cake (ou un simple quatre-quarts, mais ce serait dommage)

Une mangue mûre

Un petit ananas bien mûr

Une banane bien mûre

De la crème anglaise

De la chantilly

Du coulis de framboise

 

Pour le sponge cake à l’orange amère

250 g de beurre

75 g de sucre

75 g de sucre de canne complet

Un pot de marmelade d’orange amère (150 à 175 g environ)

225 g de farine

1 cuillère à café de levure chimique

½ cuillère à café de bicarbonate de soude

4 œufs

 

A faire la veille. Préchauffer le four sur 180°, chaleur tournante.

Mettre tous les ingrédients secs dans le bol du robot-pâtissier (ou dans un saladier). Faire fondre le beurre. Ajouter aux ingrédients secs le beurre, les œufs et la marmelade. Mélanger intimement puis verser dans un moule (type moule à cake). Glisser au four pour 40 mn. Laisser refroidir.

 

La crème anglaise

75 cl de lait entier cru bio de vache bretonne pie noir

8 gros jaunes d’œufs du poulailler

75 g de sucre

Une belle pincée de vanille

Fouetter les jaunes, le sucre et la vanille le temps de monter le lait en température (stopper avant ébullition). Laisser perdre un peu de chaleur au lait puis le verser en filet sur le mélange jaunes/sucre/vanille en remuant énergiquement. Verser le tout dans la casserole qui a contenu le lait puis, sur feu doux, en remuant constamment, cuire la crème jusqu’à une consistance semi épaisse, soyeuse et onctueuse. Laisser refroidir dans une bouteille fermée.

 

La chantilly

15 cl de crème fraîche entière liquide

10 g de fromage blanc au lait entier

20 g de sucre

Une pincée de vanille (facultatif, mais c’est tellement meilleur avec…)

Un siphon et une cartouche

Mélanger intimement la crème liquide et le fromage blanc. Dans le siphon, verser la crème et le fromage blanc mélangés, le sucre et la vanille. Refermer. Ajouter une cartouche, la tête en bas. Secouer énergiquement le siphon et le placer au réfrigérateur, à l’horizontale, jusqu’au lendemain.

 

Le coulis de framboise ou de myrtilles

250 g de framboises ou de myrtilles (sorties du congélateur évidemment à cette saison)

50 g de sucre

Mixer au blender les fruits décongelés et leur jus. Filtrer (pour écarter les pépins).  Réserver au frais.

 

SAM_0401

Le grand jour est arrivé,  :

Détailler les fruits (mangue, ananas, pamplemousse chinois) en cubes dans un saladier. Les saupoudrer d’un voile de cannelle de Ceylan.

Couper le sponge cake en tranches et ôter la croûte (les poules s’en régaleront et les transformeront… en gros œufs bien frais !) puis couper la mie du gâteau en dés.

Disposer au fond des verrines les dés de sponge cake, recouvrir de crème anglaise, puis disposer la salade de fruits et un peu de jus de macération, puis recouvrir d’un généreux panache de chantilly. Pour la touche finale, apposer une virgule de coulis de fruit rouge sur le dôme de crème immaculée.

Abracadabra !