SAM_0827

L’exception culturelle bretonne s’exprime donc aussi dans une cuisine qui vit avec son temps tout en privilégiant des produits ancrés dans son histoire. Comme la pomme de terre, le blé noir et le beurre salé… Déclinons ce triptyque en détournant avec impertinence un pilier de la gastronomie américaine et de la junk food internationale avec ces BBB : des breizh burgers bio estampillés Gouezou ! Naissance d’une légende au cœur des Monts d’Arrée…

Pour deux personnes :

2 steaks hachés de vache bretonne pie noire de la ferme du Kleuz à Plouneour Menez

2 rondelles de courge butternut des Jardins de Kervelly à Commana

2 tranches de tomme Kleuzic

Du ketchup maison ( c’est par ici : http://gouezou.canalblog.com/archives/2013/08/24/27887611.html )

Du chutney de tomates vertes maison (c’est par là http://gouezou.canalblog.com/archives/2013/11/23/28498682.html )

500 g de pommes de terre yuna de Croaz Cabellec (même si on n’y apprécie pas les chiens)

1 gros œuf du poulailler du Gouezou

Deux cuillères à soupe de farine complète de blé noir de Milin Lansolot à Saint-Derrien

Sel de Guérande

Poivre du moulin

Du beurre demi-sel (de la ferme de Keriven Armor à Taulé)

Et, pour la bonne conscience, le croquant et la fraîcheur, de la batavia ou de l’endive, des pickles, des tomates-cerises au Chardonnay, etc.

 SAM_0825

Préchauffer le four sur 180°, chaleur tournante. Sur une plaque à pâtisserie recouverte d’une feuille de papier sulfurisé, déposer les rondelles de butternut. Ajouter un filet d’huile d’olive, de la fleur de sel de Guérande et du poivre de moulin. Enfourner pour une vingtaine de minutes.

Peler et râper les pommes de terre puis les placer dans un torchon et dans un chinois le temps que s’écoule le maximum d’eau de végétation (les épluchures feront le bonheur de Facebook et Wendy –les deux nouveaux pensionnaires caprins du Gouezou- et de Marmouz, Biniouz et Gwiniz du –nos trois moutons d’Ouessant-. Mais il va falloir partager…)

Dans un grand récipient, mélanger les pommes de terre râpées, l’œuf, la farine de blé noir, le sel et le poivre et former quatre disques de la taille approximative des steaks. Dans une grande poêle, faire dorer et cuire les galettes avec du beurre. Compter environ dix minutes par face. Couvrir pendant la cuisson de la première face pour permettre une cuisson plus rapide des pommes terres (on cherche à obtenir des galettes croustillantes à l’extérieur et fondantes à cœur).

SAM_0822

Cuire les steaks dans une poêle anti adhésive bien chaude.

Procéder au montage, audacieux, et se jouer de la gravité : dans une assiette, poser une galette de pomme de terre au blé noir rôtie, puis une tranche de butternut rôtie, puis le steak, puis une tranche de tomme et intercaler à l’envi de la salade émincée, du ketchup, du chutney et des tranches fines de cornichons ou de pickles… Accompagner de tomates-cerises au Chardonnay à picorer. Par sécurité, maintenir cet agrégat improbable mais délicieux à l’aide, non pas d’un piolet, mais d’une pique en bois ou en bambou. Servir avec une cervoise tiède ou une bière bien fraîche au blé noir… Ouvrir la bouche comme un four pour engloutir cet assemblage avec dignité. Un gage à celui qui fait tomber quoi que ce soit dans son assiette évidemment…

SAM_0824