SAM_0002

SAM_0014

Les courges nous accompagnent dès l’automne et jusqu’au printemps. Elles transmettent le témoin à leurs cousines cucurbitacées printanières et estivales, courgettes, concombres et melons. Pour en profiter pleinement –et ne pas s’en lasser-, il faut donc varier les préparations : en velouté, en gnocchis, en gratins comme ici, en lasagnes, en quiches, en tourtes, entières au four, accompagnées de fromages, de crème, de fromage, etc. Des variations à l’infini pour des assiettes aussi gourmandes qu’équilibrées.

 

Pour 3 personnes en plat unique ou 6 personnes en accompagnement par exemple d’une tourte de veau à la sauge et à la pistache

 

1,5 Kg de pulpe épluchée et épépinée de courge (potimarron hokkaïdo, courge muscade de Provence, pinky, butternut, etc.)

6 œufs

200 g de fromage blanc au lait entier

1 oignon

2 gousses d’ail

150 g de fromage type raclette de vache Froment du Léon et râpé (pas la vache, le fromage)

Beurre pour le moule

Eventuellement tranches très fines de poitrine fumée

 SAM_0010

Cuire les courges à la vapeur pendant 30 à 45mn. Les courges sont cuites lorsque la pointe d’un couteau les traverse sans effort. Placer les morceaux cuits dans une passoire pendant une bonne heure pour laisser s’égoutter l’eau de végétation. Cela permet d’obtenir un gratin ferme (on ne fait pas un velouté !).

Préchauffer le four sur 200°, chaleur tournante.

Battre dans une jatte les œufs avec le fromage blanc, le poivre, la muscade puis 100 g du fromage râpé. Ajouter la pulpe cuite égouttée de courge. Mélanger intimement sans chercher à écraser trop les morceaux qui se défont tout naturellement dans l’appareil œufs/fromage blanc.

Beurrer le plat généreusement. Verser le mélange de courges et parsemer toute la surface du reste de fromage. Version carnivore, déposer des tranches de poitrine fumée sur toute la surface. Enfourner pour 45 mn. Servir immédiatement, doré et chantant avec un petit verre de Chardonnay.

Les carnivores impénitents accompagneront ce gratin riche en goût d’un plateau de charcuterie de montage (jambons et saucissons secs) ou enrichiront le gratin de lardons. Mais c’est très bon comme ça, tout simplement, avec une petite salade et des tomates cerises au combava, acidulées et juteuses emprisonnée cet été dans un vinaigre de Chardonnay - http://gouezou.canalblog.com/archives/2013/09/30/28120713.html  -!

SAM_0015SAM_0017