SAM_1106

Si l’on en juge par son blason, Brest est une ville particulière. Ni vraiment bretonne, ni française non plus... Nombreux ont été les Etats à lorgner sur cette place stratégique, à l'abri d'une vaste rade, avec en filigrane les enjeux du contrôle des routes maritimes et notammenent le fameux rail d'Ouessant. Quoiqu'il en soit, le dernier week-end de septembre voit s'enfièvrer le centre ville dans la perspective de la Foire Saint-Michel, une foire traditionnelle vieille de plusieurs siècles et qui concentre dans une cohue indescriptible toute la population, entre déballage improbable de forains, bric à brac façon vide-greniers, puissantes effluves emmêlées d'oignons, de friture, de barbe-à-papa et de grillades... Un autre monde.

Après avoir arpenté l'emblématique rue de Siam et la place de la liberté donc, à l'occasion d'une Foire Saint Michel placée cette année sous des auspices ensoleillées, un plat roboratif et convivial s'impose: potimarron farci poulet, chèvre, pomme et citron!
SAINT MICHEL BREST

Pour trois à quatre personnes vraiment très affamées

Un potimarron d’environ  1,5 kg

Un reste de poulet rôti (ou pas)

Deux oignons rosé de Roscoff

Deux gousses d’ail

Une pomme Germaine de Brasparts

Un zeste de citron bio

Un bouquet d’herbes : ciboulette, persil plat, basilic, sauge…

Une faisselle des chèvres d’Emmanuelle (environ 200g) du marché de Sizun

50 g de beurre manié (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2014/05/02/29785508.html )

Poivre timut du Népal pilé au mortier

Une poignée de noisettes ou de noix

 SAM_1083

Ôter le sommet du potimarron à l’aide d’un couteau bien aiguisé. A l’aide d’une cuillère à soupe (ou mieux d’une cuillère à glace) retirer les pépins et les fibres du cœur.

Préchauffer le four sur 200°, chaleur tournante.

Dans une petite passoire, laisser s’égoutter la faisselle. Dans une poêle, faire dorer dans une noisette de beurre les oignons émincés, la pomme épépinée et coupée en cubes (on conserve la peau), les gousses d’ail écrasées du plat du couteau puis ajouter le poulet effiloché. Saler très légèrement. Lorsque oignons, pomme, ail et poulet sont bien dorés, réserver dans une jatte et laisser perdre un peu de chaleur.

Hacher grossièrement les herbes, râper finement le zeste de citron et faire torréfier doucement une quinzaine de minutes les noisettes (ou les noix) dans une poêle (ou au four dans un plat métallique). Concasser grossièrement les noix/noisettes grillées au pilon.

SAM_1088

Ajouter au mélange pomme, ail, oignons et poulet la faisselle de chèvre égouttée, puis les herbes, le zeste de citron, le beurre manié, le poivre et les noix/noisettes pilées (garder quelques cuillères à soupe de noisettes pour la finition).

Bien mélanger le tout et le placer dans le ventre du potimarron. Parsemer de noix/noisettes concassées au mortier.

Placer la courge dans un plat en terre et déposer son chapeau sur le côté puis enfourner pour une heure en baissant le four sur 180°. Un quart d’heure avant la fin de la cuisson, monter la température du four à 200° pour achever la torréfaction des noisettes. Servir dès la sortie du four, bien chaud, à l’aide d’une grande cuillère plongée directement au cœur de la courge farcie. Si le potimarron est bio –ce qui est le cas ici au Gouezou systématiquement- on peut même manger la peau ! Ce potimarron farci constitue à lui seul un plat complet ! Il s’accompagne volontiers d’un petit verre de Chardonnay bien frais…