SAM_0344

«Si vous voulez que vos enfants soient intelligents, lisez-leur des contes de fées. Si vous voulez qu'ils soient plus intelligents, lisez-leur plus de contes de fées.» (Albert Einstein) Alors oui, en pleine période de l’avent et des salons de littérature jeunesse, alors que l’exposition du Château de Kernault ferme ses portes ce week-end et que celle de Trévarez prend le relai, oui, il faut lire et relire les contes de fées, y succomber avec délice.

DeBoucheAoreille-WEB--Mille-plateaux_0

Et donc, profiter d’une ultime opportunité pour découvrir l’exposition du Manoir de Kernault, à Mellac, dédié à la parole et à l’imaginaire, qui transporte la thématique partagée « Cuisines et sociétés » dans l’univers fantastique des contes : manger ou être mangé, telle est la question. La pomme de Blanche-neige, le quignon de pain du petit Poucet ou bien encore les haricots magiques de Jack jouent autant de rôles-clés dans des histoires populaires fondatrices. Que nous racontent ces éléments de notre passé et de notre rapport à l’aliment ? Cake d’amour, maison en pain d’épices, citrouille transformée en carrosse, enfants dévorés par les ogres et les sorcières,…

Suivez le guide gourmand : il était une fois… Commençons par la citrouille de Cendrillon…

 SAM_0341

Pour une jolie courge rôtie et fées affamées :

Une courge hungarian blue bio d’environ 2 kg

Un reste de poulet, environ 200 à 300 gr (par exemple la poule menteuse à la cannelle, c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2014/11/02/30879053.html )

200 gr de châtaignes épluchées

Deux pommes Germaine de Brasparts

200 gr de Tomme Kleuzic (de la Ferme du Kleuz sur le marché de Morlaix)

50 gr de cerneaux de noix

50 gr de noisettes

250 gr de crème fraîche bio et crue

1 gros oignon rosé

6 échalotes

1 gousse d’ail rose

Un bouquet d’herbes aromatiques (persil plat, sauge, thym)

Une cuillère à soupe d’épices en mélange : cannelle, muscade, girofle, anis vert, badiane, etc.

Poivre du moulin

 SAM_0345

Cette recette est à adapter à la courge choisie : il est difficile de donner des proportions exactes car elles dépendent beaucoup de sa taille et de son poids. On peut également réaliser cette recette avec des petits potimarrons ou des Jack be little pour des portions individuelles très chics !

Placer les noix et les noisettes sur une plaque à pâtisserie et enfourner pour une quinzaine de minutes pour les torréfier doucement.

Dans une poêle, faire revenir dans une noisette de beurre l’oignon et les échalotes émincés, l’ail pilé. Ajouter le poulet coupé en dés, faire dorer jusqu’à obtenir une jolie coloration. Dans un saladier, mélanger la poêlée d’oignon, d’échalotes et de poulet avec les herbes ciselées. Ajouter alors les pommes et le fromage coupés en dés, les châtaignes coupées en morceaux et les épices. Saler.

Prenez une courge (hungarian blue, pinky, potimarron ou muscade) ou des petites courges (pour une version individuelle). Enlever un chapeau au sommet de la courge pour former une sorte de soupière. Évider soigneusement les graines et filaments à l'intérieur à l'aide d'une cuillère à soupe (ou mieux encore, une cuillère à glace, plus large et plus solide). Poser la courge dans un plat confortable adapté à sa taille et légèrement beurré.

Préchauffer le four sur 200°.

Concasser noix et noisettes torréfiées au pilon.

SAM_0352

Dans la courge, verser le mélanger, recouvrir de crème. Il n’est pas nécessaire de remplir complètement la courge mais face à une tablée d’affamés, ne pas hésiter à la garnir généreusement. Parsemer la surface des noix et noisettes concassés. Poser le chapeau à côté de la courge et enfourner pour 1h30  à  2h en baissant le four à 180°. On vérifie la cuisson en piquant la  courge : dès qu'elle est bien tendre et moelleuse, c’est prêt.

Recouvrir la courge de son chapeau très précautionneusement. Pour des potimarrons individuels, le temps de cuisson sera moins long (environ 1 heure à 1 heure 15).

Pour servir, ôter le chapeau devant les hôtes ébahis et servir en prenant la farce et la chair de la courge avec une grande cuillère.

La cuisson de la courge garantit que le sort la transformant en carrosse n’opérera pas… En principe.