SAM_0725

"L’histoire des étrennes est à la fois simple et compliquée. Simple, si l’on se borne à dégager le sens général de la coutume ; pour la comprendre, il suffit sans doute de retenir la formule du jour de l’an japonais : « O-ni wa soto - fuku wa uchi » (Dehors les démons ! Qu’entre la chance !). Comme l’année ancienne doit entraîner dans sa disparition le mauvais sort, la richesse et le bonheur d’un jour constituent un présage et presque une conjuration magique, pour que l’année nouvelle soit teintée des mêmes couleurs." (Claude LEVI-STRAUSS)

Et commençons l’année avec un joli plat de pâtes, festif et parfumé, et qui permet –aussi ?déjà ?- de recycler avec élégance un reste de foie gras et quelques pommes un peu fripées. Inutile donc de vider son escarcelle pour faire la fêter et célébrer dignement l’entrée dans la toute nouvelle année !

Belle et heureuse année 2015 qui est au Japon l’année du mouton!

 SAM_0308

Pour 4 joyeux réveillonneurs :

600 gr de pâtes fraîches au blé noir réalisées à la maison ou 250 gr de pâtes sèches classiques aux œufs d’excellente qualité (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2013/12/28/28769548.html )

100 gr d’un reste de foie gras de canard par exemple aux poires et au miel de sarrasin (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2014/01/09/28910965.html )

25 cl de crème fraîche entière et crue

Une cuillère à café de sucre de canne complet

Poivre noir du moulin

2 à 3 cuillères à soupe d’un bon lambig

Deux oignons rosés de Roscoff

Deux échalotes grises

Deux pommes parfumées et un peu acides type Reinettes d'Armorique bio

Une petite poignée de pignons grillées ou de noisettes torréfiées concassées

 SAM_0705

Prélever sur le foie gras l’équivalent d’une cuillère à soupe de graisse. Laver les pommes, les sécher, les couper en quartiers, et en fines lamelles, les épépiner, et les faire dorer dans une poêle et dans la graisse du foie gras. Réserver les pommes lorsqu’elles sont cuites mais encore fermes et bien dorées.

Dans la même poêle, faire dorer tout doucement les oignons et les échalotes ciselés en petits dés. Saupoudrer d’une cuillère à café de sucre de canne complet. Les flamber au lambig. Juste parce que c’est joli à voir. Verser le lambig sur les oignons et les échalotes dorés, laisser chauffer quelques secondes puis approcher une allumette enflammée au-dessus de la casserole. Laisser l’alcool se consumer et caraméliser légèrement les oignons et les échalotes. Dans une petite casserole à fond épais, recouvrir le foie gras coupé en petits dés avec la crème et laisser fondre sur feu très doux. Remuer doucement à l’aide d’une cuillère en bois.

SAM_0706

Sur les échalotes et oignons légèrement caraméliser, filtrer la crème au foie gras au chinois en pressant avec un pilon pour extraire un maximum de saveurs et obtenir une sauce onctueuse. Mélanger précautionneusement, goûter et rectifier l’assaisonnement : on peut poivrer mais en principe, il est inutile de saler, le foie gras s’en chargeant avec élégance… Réserver cette sauce onctueuse au chaud (soit en position minimum sur induction ou encore au bain-marie).

SAM_0722

Cuire les pâtes selon leur nature (fraîches ou sèches). Les égoutter, les placer dans un plat de service chaud (on peut y verser par exemple de l’eau bouillante, celle du bain-marie ou de cuisson des pâtes, jeter cette eau et sécher rapidement le plat). Recouvrir de sauce et bien mélanger puis déposer les pommes dorées sur toute la surface du plat, pour le croquant disperser quelques pignons grillés ou des noisettes torréfiées concassées et servir sans attendre avec un Pacherenc-de-Vic-Bilh aux notes anisées, un Vouvray ou Champagne demi-sec. Chanter! Danser! et... S’embrasser sous le gui !