SAM_0217

dernierloup

Compère Loup s’apprête à sortir du bois très prochainement dans les Monts d’Arrée avec une belle journée frisson pour les petits et les grands à l’initiative du Musée du Loup du Cloître-Saint-Thégonnec et ADDES.

Au programme de cette effrayante journée, la découverte de Maître Ysengrin, figure archétypale de la littérature de jeunesse, riche de profils aujourd’hui multicolores : le loup dévoreur, le loup idiot, le loup végétarien, le loup gentil… Il y en a désormais pour tous les goûts. Mais ce ne fût pas toujours le cas et la chasse au loup fût pratiquée, en particulier dans les Monts d’Arrée jusqu’au début du XXème siècle. Les jours du prédateur sont alors comptés : en 1863 on constate que « les loups sont devenus bien rares ». En 1878 on compte 110 loups tués sur l’ensemble de la Bretagne. Le glas sonne donc pour le loup : à la fin du XIXème siècle la chasse a gagné en professionnalisme et en efficacité. Les primes importantes stimulent les chasseurs. D’autre part on met les landes en culture, diminuant ainsi le territoire des loups. Et surtout on introduit l’usage du poison...

Officiellement le dernier loup est tué en Bretagne en 1895. Mais vraisemblablement il en restait quelques-uns jusqu’en 1914 dans les landes de Lanvaux et la forêt de Loudéac.

Cette matinée savante au musée sera suivie dans l’après-midi d’une méchante randonnée contée, toutes canines dehors... Jean-Michel et Philippe de ADDES feront découvrir avec humour au cours d’une sortie face à l’endroit où fut aperçu voici 108 ans le dernier loup des Monts d’Arrée. Loup, y es-tu ?

http://www.jukebox.fr/theodore-botrel/clip,la-chasse-aux-loups,k0kxf.html  (Cliquez sur lien et ensuite sur l'image, vous aurez la chanson " La chasse au loup" de Théodore Botrel et les paroles...)

 http://www.museeduloup.fr/

Et voici donc le loup, de nouveau dans la bergerie. Alors que se profile le printemps, on craque pour quelques médaillons d’agneau grillé au kari Gosse et au miel…

 SAM_0215

Pour 4 Lieutenants de Louveterie qui ont les crocs :

Pour la marinade

8 côtes d’agneau de Roz Ar Hoel sur Saint-Cadou

2 cuillères à soupe de miel de sarrasin

2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Fleur de sel de Guérande

Pour les poivrons à l’aigre-douce :

2 poivrons rouges et/ou jaunes

Quelques feuilles de sauge fraiche et quelques fleurs

1 pincée de sel de Guérande

1 cuillère à soupe de vinaigre de Chardonnay

Huile d’olive

½ cuillère à café de sucre

1 belle gousse d’ail

 SAM_0216

La veille, désosser les côtes d’agneau avec un petit couteau d'office bien aiguisé, conserver le gras, rouler la viande et confectionner des médaillons. Les ficeler, ou, mieux encore et plus simple, les fixer avec une brochette de bambou en les traversant de part en part. Dans une assiette plate, disposer les médaillons. Les saupoudrer du kari Gosse et arroser d’un filet de miel et d’huile d’olive. Retourner précautionneusement les médaillons et renouveler l’opération. Recouvrir l’assiette d’un film alimentaire et réserver au frais, au moins une paire d’heure, au mieux une nuit.

Couper les poivrons en deux, retirer-en les graines et les parties blanches puis les couper en lanières.

Verser 4 cuillères à soupe d’huile d’olive dans une poêle et y déposer la gousse d’ail en chemise préalablement écrasée avec la paume de la main. Laissez colorer un peu sur feu doux à moyen.

Ajouter les lanières de poivron et saler légèrement.  Couvrir et laisser confire à feu moyen pendant une trentaine de minutes en ajoutant de l’eau régulièrement, dès évaporation.

Ôter le couvercle, ajouter le sucre puis le vinaigre et enfin les feuilles de sauge très finement ciselées.

Laisser tiédir à découvert hors du feu.

Pendant ce temps, allumer le barbecue et sortir la marinade d’agneau du réfrigérateur pour permettre à la viande d’atteindre la température ambiante. Lorsque les braises sont prêtes, déposer les médaillons et les laisser griller quelques minutes sur chaque face (idéalement, deux minutes par face pour un résultat saignant).

Servir les médaillons grillés et caramélisés, parsemés de fleur de sel de Guérande, avec les poivrons tièdes à l’aigre-douce.

SAM_0224

« La raison du plus fort est toujours la meilleure :

Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un Agneau se désaltérait

Dans le courant d'une onde pure.

Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,

Et que la faim en ces lieux attirait. » (La Fontaine, Le loup et l’agneau)