06 mars 2015

Sonnet, arabica et crème brûlée au caramel...

  Arabica Aux vertiges de mes larges concupiscences, Une inclinaison hardie pour les voluptés Cajole mon cœur et ma phtisique existence – Ainsi, je me consacre aux marcs ensorcelés.   J’abreuve mon esprit de cette douce essence Et comme Sîn lune durant l’obscurité Je serpente l’amer et cueille les fragrances Délicates des lointains rivages sablés.   Et ces ténèbres m’enjôlent d’une langueur  Acrimonieuse et fascinante de saveurs.   J’emplis mes narines de ces âpres parfums Et m’abandonne... [Lire la suite]