SAM_0164

Cette année encore, Michel Paul, éleveur passionné de Sizun, conduit ses moutons des prairies situées au bord de l’Elorn près de la Maison de la rivière à Sizun, jusqu’aux landes du domaine de Menez Meur à Hanvec. La transhumance rassemble à chaque édition un public très nombreux, désireux d’accompagner les brebis dans leur périple et de participer à un évènement convivial.

 transum

Michel Paul est berger, producteur, éleveur de moutons, d'agneaux et de chèvres à Bodivy sur Sizun. A 60 ans, il a déjà plusieurs vies : une expérience à l'usine, une longue carrière de volailler et une autre de berger.

Alors que se succèdent les scandales alimentaires, que l’inquiétude des consommateurs grandit et que les petits producteurs respectueux de la faune et de la flore trouvent enfin une certaine attention auprès d’un public en manque de repère, il opère une vraie révolution en 2004. Fils d'éleveur de volailles, il poursuit l'élevage familial hors-sol, puis un jour, c'est le déclic. Une prise de conscience. Pour se mettre en conformité avec ses idées, il prend le risque financier de rompre ses contrats qui le lient à Doux, pour privilégier l'élevage de moutons en mode extensif. Une agriculture à taille humaine, un cahier des charges respectueux de l’environnement, des circuits courts…

Et depuis 2008, Michel Paul emmène 150 de ses 400 moutons en transhumance de mai à septembre, des prairies humides du bord de l'Elorn à Bodivy vers les landes du Menez Meur : une pratique écologique récente en Finistère pour entretenir les landes du parc d'Armorique et qui lui permet aussi de faire face au problème foncier auquel sont confrontés les agriculteurs. Trois autres éleveurs font la transhumance dans les Monts d'Arrée. Dimanche 24 mai, ce sera l'occasion d'une grande fête populaire dans le cadre de la Gouel Breizh, la Fête de la Bretagne.

http://www.pnr-armorique.fr/Acces-directs/Actualites/La-transhumance-des-moutons-de-Sizun-a-Hanvec

 brebis

Pour 6 mini charlottes (cercle de 8 cm de diamètre)

 

Pour les biscuits à la cuillère

4 œufs

40g + 50g de sucre en poudre

130 g de farine T45 ou T55

2 cuillères à café rase de levure chimique

 

Pour la mousse de fraise

400 g de fraises

140 g de sucre en poudre

6 g de gélatine

50 cl de crème liquide entière bien froide

 SAM_0053SAM_0069

 

Pour les biscuits à la cuillère, préchauffer le four à 180°. Fouetter les jaunes avec les 40 g de sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Monter les blancs en neige et ajoutez les 50 g de sucre quand ils commencent à mousser. Ajoutez délicatement les blancs aux jaunes avant d’ajouter la farine et la levure. A l’aide d’une poche à douille –ou dans un sachet type sachet à congélation-, réaliser sur une plaque garnie de papier sulfurisé des cylindres de la longueur des cercles. Saupoudrer de sucre glace. Laissez reposer une dizaine de minutes puis enfourner pour 10 mn environ. Laisser refroidir sur une grille et saupoudrer à nouveau de sucre glace. Couper la base des biscuits de manière à ce qu’ils puissent tenir debout.

Placez les cercles individuels sur une plaque à pâtisserie recouverte d’une feuille de papier. Disposer sur le tour intérieur de chaque cercle les biscuits.

Pour la mousse de fraises, équeuter ces dernières, les couper grossièrement et les mettre à compoter avec le sucre dans une casserole une dizaine de minutes.

Mettre les feuilles de gélatine à tremper dans une assiette creuse remplie d’eau froide.

Au mixer plongeant, mixer la compote de fraises puis ajouter la gélatine ramollie et essorée et bien mélanger. Laisser perdre la grosse chaleur.

SAM_0162SAM_0166

Montez la crème en crème fouettée bien ferme ou, plus simple encore, la réaliser au siphon. Réserver le siphon au réfrigérateur à l’horizontale, le temps que le coulis de fraises refroidisse complètement.

Lorsque toutes les préparations sont froides, ajouter une cuillère à soupe de crème fouettée dans le coulis pour détendre puis versez en deux ou trois fois dans le coulis la chantilly en mélangeant délicatement entre chaque ajout à l’aide d’une maryse.

Verser alors la mousse de fraise dans les cercles individuels délicatement et réserver au frais au moins six heures, au mieux la nuit.

Au moment de servir, démouler précautionneusement les charlottes sur des assiettes à dessert. Décorer le sommet de fraises entières. Servir bien frais à l’ombre d’un parasol en terrasse. Après ces petits desserts légers comme l’air, nous voilà prêts à suivre le troupeau de brebis de Sizun à Hanvec !