SAM_0872

Savoureuses, économiques, roboratives, réconfortantes, universelles, moelleuses, gourmandes, participatives, fédératrices et éminemment libres... Les vertus des boulettes semblent infinies. Présentes dans toutes les cuisines du monde, ce sont gourmandises toutes simples à faire ensemble. Plonger ses mains dans la farce soyeuse et réaliser ces petites bouchées en papotant...

 SAM_0875

Pour huit convives :

1 kg de porc blanc de l’Ouest bio (le morceau le plus adapté étant l’échine) de Pascale Bégoc (marché de Sizun)

Les légumes d'Aurélien et Thomas de Biodivy (marché de Sizun):

1 tête d’ail nouveau bio

Une botte d’échalotes nouvelles bio

Un beau bouquet de persil plat bio

Herbes aromatiques du jardin : thym, romarin, sauge, menthe, coriandre, ciboulette, etc.

2 courgettes de taille moyenne (500 à 700 gr)

Quelques tomates séchées (6 à 8)

Une demi-cuillère à café de bicarbonate

Poivre du moulin

Sel de Guérande

Huile d’olive fruitée bio

 SAM_0821

La réalisation des boulettes est d’une simplicité enfantine. On peut s’adjoindre d’ailleurs l’aide des plus petits… On n’y gagnera certainement pas en temps mais on rigolera bien…

Laver et sécher légumes et herbes. Couper tous les ingrédients grossièrement avant de tout passer au hachoir : viande, courgettes, tomates, ail, échalotes et herbes.

L’utilisation du hachoir –et non du mixer- permet de ne pas broyer les ingrédients mais d’en conserver un peu la texture d’origine… Il existe des hachoirs électriques (associés ou non aux robots pâtissiers) ou des hachoirs manuels en fonte d'aluminium (aussi appelés hachoirs américains et qu’on trouve en jardinerie en milieu rural). Si l’on utilise un mixer, il vaut mieux alors mixer les ingrédients les uns après les autres à part pour contrôler la texture finale. On assemblera les ingrédients hachés après.

SAM_0876

Bref, une fois les ingrédients hachés, saler légèrement, poivrer généreusement et ajouter le bicarbonate. Cet ajout permet aux boulettes de conserver leur forme à la cuisson et donc, leur évite de se déliter, à la cuisson comme au service. Bien mélanger à la main ou à l'aide une maryse. Le mélange à la main garantit une égale répartition des ingrédients.

Préchauffer le four sur 160°, chaleur tournante.

Dans un grand plat dont on aura pris soin de recouvrir le fond d’un filet d’une bonne huile d’olive déposer les boulettes (de la taille d’une petite balle de ping-pong ou de golf, au choix, question de culture), confectionnées avec les mains (on peut utiliser des gants en latex ou on peut également les huiler, les mains et/ou les gants, pour faciliter cette opération). Il ne faut constituer qu’une seule couche de boulettes. S’il y a des boulettes surnuméraires, remplir alors un autre plat.

Enfourner pour une quarantaine de minutes. Au sortir du four, les boulettes sont cuites mais baignent dans leur eau de végétation. C’est normal. Réserver un petite demi-heure et miracle ! Le jus aura réintégré les boulettes !

SAM_0879

Au moment de servir, réchauffer à four doux. On peut aussi, avant de les réchauffer, napper les boulettes d’un coulis de tomates, d’un confit de légumes (type ratatouille). Des copeaux de parmesan sont également une bonne idée gourmande.

Servir bien chaud ces boulettes parfumées et moelleuses avec des courgettes sautées au citron et au cumin, des pâtes fraîches ou des pommes de terre rôties à l’huile d’olive au citron. Un plat convivial, simple et bon. Un sans-faute donc !