SAM_1281

Entre Terre et Mer, jusqu’à dimanche, une noria de voiles cachou, bises et blanches va sillonner la baie de Morlaix dans le jusant avant de profiter du flot pour remonter les méandres de la rivière de Morlaix. Une lumière dorée, un ciel cobalt, des eaux émeraude et turquoise...

SAM_1302SAM_1299

A terre, de Roscoff à Morlaix, une multitude d’animations qui témoignent de la nécessaire collaboration entre les gens de mer et les gens de terre autour de ce territoire qu’il est convenu d’appeler la ceinture dorée. Et de fait, avant d’atteindre la très jolie chapelle Sainte-Barbe et la pointe éponyme, on traverse un bocage de champs d’oignons rosés, de choux fleurs, d’artichauts, des pâtures dans lesquelles ruminent des troupeaux de Bretonnes pie noir et de Froment du Léon… En baie, les paysans des mers prennent le relai, véritables traits d’union en terre et mer avec les parcs ostréicoles et les moulières. Ce vivre ensemble, cette coopération et cette solidarité sont inscrites dans un patrimoine, notamment religieux, de toute beauté.

SAM_1327SAM_1335

On trouve donc au fil d’un festival qui tisse sa toile sur ce territoire de caractère tout ce qu’on est venu y chercher : un panorama éblouissant en baie de Morlaix, de l’île de Batz au château du Taureau, des voiliers magnifiques, prestigieux ou modestes –des Pen Duick d’un marin de légende à la Recouvrance en passant par Notre-Dame-de-Rumengol, des pierres de dentelle ciselée sur les édifices religieux exceptionnels mais aussi l’architecture morlaisienne cossue, de la musique et de la danse –la programmation est éclectique-… Découverte d’une culture, d’un patrimoine et d’une économie du bout du monde en somme…

SAM_1447SAM_1346

On n’échappera pas au plat emblématique des fêtes maritimes: des moules frites, oui mais au curry et à l’orange… Les paysans (pommes de terre et oignons rosés de Roscoff) invitent les marins (moules) !

 SAM_1400SAM_1256

Pour 4 personnes :

2 à 3 kg de moules de bouchot de la Baie de Morlaix (ou 3 litres en mesure d’hier)

2 oranges impérativement bio

1 Kg d’oignons rosés de Roscoff (indispensable !)

Une petite botte d'échalotes nouvelles

Un poivron rouge, jaune ou orange (c’est-à-dire mûr)

Un petit piment rouge bien charnu (facultatif bien sûr mais c’est tellement meilleur avec…)

2 cuillères à soupe d’un excellent  curry

Deux petits verres de Cointreau (environ 10 cl)

Huile d’olive

 

Pour les « potatoes » :

16 pommes de terre (donc 4 par personnes)

Huile d’olive

Deux cuillères à soupe de curcuma

Fleur de sel de Guérande

 SAM_1261SAM_1266

Sous un filet d’eau, nettoyer les moules en les grattant au couteau et en ôtant les petits filaments (le byssus). Eliminer sans pitié les moules ouvertes (donc malheureusement décédées).

Dans une grande cocotte, faire fondre les oignons et les échalotes finement émincés dans l’huile d’olive avec le curry. Réserver le vert des échalotes pour la touche finale. Lorsqu’ils caramélisent très légèrement, ajouter le poivron épépiné et le piment émincés.

Prélever le zeste des oranges en bandes et l’émincer en très fines lanières. Presser le jus des oranges.

Ajouter zeste et jus à la compotée de légumes et laisser réduire à feu doux jusqu’à quasi-totale évaporation. Ajouter alors le Cointreau.

La base de la sauce est prête. Elle peut attendre la suite des évènements.

SAM_1249SAM_1258

Préchauffer le four sur 200°, chaleur tournante.

Eplucher et couper en gros bâtonnets les pommes de terre. Les glisser dans un sac (type sachet de congélation) et ajouter un bon filet d’huile d’olive et le curcuma. Fermer le sachet et malaxer document le sachet pour bien enduire chaque bâtonnet d’huile et de curcuma.

Vider le sachet sur une plaque (recouverte d’un papier cuisson) en veillant à ce que les pommes de terre soient disposées sur une seule couche et ne se chevauchent pas. Au besoin, utiliser deux plaques.

Enfourner les pommes de terre pour 40 mn. A mi-cuisson, retourner les pommes de terre pour qu’elles dorent sur toutes les faces.

Quelques minutes avant la fin de la cuisson des pommes de terre, réchauffer la base de sauce jusqu’à légère ébullition. Ajouter les moules, bien remuer à la cuillère en bois et couvrir. Laisser cuire quelques minutes, à couvert, jusqu’à ce que les moules soient ouvertes (on jettera sans autre forme de procès les moules qui ne se seront pas ouvertes).

SAM_1277SAM_1280

Servir les moules dans la cocotte, et les pommes de terre, saupoudrée d’un voile de fleur de sel de Guérande et du vert des échalotes nouvelles finement ciselé, dans un plat de service.

Se dévore avec une poignée d’amis, avec les doigts et un Muscadet-sur-lie ! C’est un zeugme…