SAM_1552

En octobre dernier, les quinze tonnes et les onze mètres du sloop coquillier Général Leclerc ont été arrachés du clapotis confortable du premier bassin pour s’égoutter lourdement et piteusement quai Malbert. Direction, les chantiers du Guip tout proches pour un long séjour de Jouvence entre les mains expertes et calleuses de Yann Mauffret et de ses ouvriers, mi orfèvres, mi charpentiers de marine.

11745485_839931886094763_1996812499755374782_n

Pendant près de huit mois, ce vénérable a donc subi de grosses réparations: pièce d'étrave, membrures, quille, tout a été remis à neuf. Il faut dire que ce solide bateau de travail, assez éloigné des élégances précieuses des yachts et des yoles, n’est pas tout jeune. Il a été construit en 1948 par le chantier Tertu à Rostellec dans la presqu'île de Crozon. En retraite professionnelle depuis 1973, il avait trouvé une seconde jeunesse en 1987, grâce à l'association Lenn Vor, présidée par Fanch Nédélec, qui le fait naviguer et le maintien en bon état.

Depuis aujourd’hui, ce vieux monsieur de chêne a retrouvé son élément, remis à l’eau au Tinduff. Il frétille donc à nouveau au beau milieu de ses petits camarades de la rade, le Saint-Guénolé –qui avait subi le même sort en 2012-, Sav-Heol et Belle Germaine et Loch Monna… Tous impatients de se retrouver à sillonner la rade, comme autrefois.

Une jolie fête de famille dans ce joli petit port de la rade qui se clôturera par un feu d’artifice, l’occasion de grignoter, assis sur le quai, les jambes pendant au-dessus de l’eau noire et luisante. En grignotant des sablés au blé noir, au miel et à la fleur de sel de Guérande, avec un petit cœur de mûres.

 SAM_1546

Pour 8 sablés croquants, fondants et gourmands :

 

3 jolis jaunes d’œufs du poulailler du Gouezou

220 gr de farine de blé noir semi-complète bio du marché de Sizun

120 gr de beurre demi-sel cru et bio

Une grosse pincée de fleur de sel de Guérande

100 gr de sucre de canne complet

2 cuillères à soupe de miel de sarrasin

Une grosse pincée de graines de vanille Bourbon

Une demi-cuillère à café de bicarbonate

Ûn demi-pot de confiture de mûres sauvages du Gouezou

 SAM_0472

Sortir le beurre une bonne heure avant la confection de la pâte.

Dans le bol du robot-pâtissier –ou à la main pour les courageux-, mélanger la farine, la fleur de sel, le bicarbonate, la vanille et le sucre.

Ajouter alors les jaunes d’œufs, le miel et le beurre mou. Mélanger sommairement, sans trop insister. Puis former un boudin de pâte d’une longueur d’environ trente centimètres. Le filmer et le réfrigérer une heure.

Au bout de ce temps, préchauffer le four sur 160°, chaleur tournante.

SAM_1554

Sortir le boudin de pâte du réfrigérateur. Couper le boudin –dont on aura évidemment pris soin d’ôter le film- en tranches d’environ un centimètre. Sur une plaque à pâtisserie recouverte d’une feuille de papier cuisson, déposer les tranches dans des petits cercles (ou des moules à muffins), du doigt, creuser une petite cavité, y déposer une petite lichette de confiture de mûres. Déposer un second disque de pâte. Appuyer du bout des doigts sur le pourtour pour sceller la pâte. A l’aide d’un œuf battu, badigeonner au pinceau les surfaces. On peut aussi dessiner à la fourchette ou au couteau des motifs.

SAM_1557

Enfourner pour 20 mn. Laisser complètement refroidir sur grille avant de glisser ces sablés dans la besace, direction Le Tinduff !