SAM_0600

SAM_1572

Peut-on être grand-mère et ne pas s’adonner au rituel des confitures en été ? Assurément oui. Mais, par pur plaisir, grand-mère ou non, apprivoiser tous les parfums, les saveurs et les couleurs de l’été, les emprisonner dans de jolis pots multicolores à offrir tout au long de l’année, reste un joli petit bonheur…

Bassine en cuivre et cuillère en bois, clapotis des épousailles du sucre et des fruits, puissants parfums  investissant la maison, fier alignement des pots colorés, conception et collage appliqué, langue tirée, des étiquettes enluminées… Oui, la confection des confitures –outre qu’elle assure de recouvrir toute l’année tartines de pains et brioches d’une épaisse marmelade carmine ou dorée à la composition contrôlée - est un joli rituel estival.

Et rien de compliqué non plus… Il faut un peu de temps –mais pas tant que ça au fond !-, des bons produits et des petits doigts à occuper, ici, à séparer les abricots en oreillons, là à remuer la masse dorée dans le chaudron et surtout à lécher le fond de la bassine avec application… Une aventure familiale, des péripéties entre amis… Et à la clé, une très belle confiture d’abricots aux amandes et à l’estragon du Mexique, dorée, parfumée en diable… et un joli moment de rires, de partage et de transmission intergénérationnels.

 SAM_1574SAM_1576

Pour une dizaine de pots à offrir :

2,5 Kg d’abricots bio du Roussillon environ (pour deux Kg d’oreillons apprêtés)

1 Kg de sucre de canne bio

2 citrons jaunes bio

1 bouquet d’estragon du Mexique

Et c’est tout !

 SAM_1570SAM_1567

Nul besoin de sucre avec gélifiant ou d’agar-agar ! Les abricots contiennent suffisamment de pectine pour assurer une très belle texture, parfaitement naturelle. Point de produits chimiques donc !

Laver les abricots, les ouvrir et séparer les oreillons, réserver les noyaux. Placer les oreillons dans un grand saladier et recouvrir de sucre. Arroser des jus des citrons. Réserver les pépins des citrons, les placer dans un nouet d’étamine de coton ficelé ou dans une boule à thé. Les ajouter aux fruits.

A l’aide d’un mortier de pierre, casser précautionneusement et d’un coup sec les noyaux et récupérer les amandes. Les blanchir dans une petite casserole d’eau bouillante ce qui facilitera l’opération d’épluchage des amandes. La peau vient toute seule !

Placer les amandes avec les fruits.

SAM_1565SAM_0598

Laisser confire au frais pendant 24 heures.

Verser le tout, les abricots, les amandes et le sirop du sucre fondu au contact du jus des fruits, dans une bassine à confiture ou une grande cocotte et amener à ébullition. Laisser se former une mouse blanchâtre et blobloter lentement jusqu’à dissolution de cette écume.

Placer les bocaux et leurs couvercles dans le panier supérieur du cuit-vapeur et stériliser à la vapeur une vingtaine de minutes.

Le petit bouillon clapotant ralentit, signe que l’eau de végétation s’évapore et que le sirop s’épaissit. Remuer doucement mais sans cesse pour éviter à la confiture d’attacher et pour permettre aux fruits de se déliter doucement. Lorsqu’on obtient une compote assez épaisse, la confiture est cuite !

Laver alors le bouquet d’estragon, prélever les feuilles, les émincer très finement. Couper le feu et ajouter l’estragon émincé et remuer pour répartir les feuilles et leur parfum.

Sortir les pots, les couvercles, et laisser le tout s’égoutter sur un torchon très propre. Remplir les bocaux de la confiture presque bouillante. Fermer immédiatement les bocaux. La confiture va refroidir doucement et va prendre en quelques jours. Elle se conservera bien plus d’un an si elle n’est pas dévorée avant par les nombreux gourmands qui auront participé à sa confection !