SAM_3741

En Bretagne, la Toussaint marque davantage la fête des trépassés que celle de tous les saints. Dans ce pays où « le séjour des morts se confond avec celui des vivants », selon Anatole Le Braz, la Toussaint célèbre les âmes des disparus, des trépassés, et « ces êtres d’outre-tombe sont désignés par un nom collectif : an Anaon, les Âmes.»

SAM_0229SAM_0033

Dans la commune de Plougastel-Daoulas, la Toussaint se confond aussi avec la « Fête des Morts » ou « Nuit des Morts ». C’est le jour de l’ancienne fête irlandaise du 1er novembre – samain –, qui marque le début et la fin de l’année. C’est l’époque des « calendes de l’hiver » (kala goañv), qui désignent en breton comme en gallois les premiers jours de novembre.

Mais si novembre est le mois des morts, il ne faut pas oublier qu’il est aussi le mois des semailles, le mois de la vie. C’est le début de la longue période des mois d’hiver, qu’on appelle en breton miziou du (“les mois noirs”) – du (novembre : noir), kerzu (décembre : entièrement noir) et genver (janvier, emprunté au latin).

SAM_0025SAM_0015

La vague d’Halloween trouve donc d’intéressants échos dans ce contexte breton d’entrée dans les mois noirs… Et que faire de la chair de deux généreux potirons évidés? Un joli pain doux et dodu, moelleux et parfumé ! Trick or treat?

 

Pour une joli pain rond comme un soleil:

380g de purée de courge (500g de courge bio au choix: potimarron, potiron, butternut, musquée de Provence...)

500g de farine bio

20g de beurre cru demi-sel

3 cuillères à soupe de lait en poudre bio

1 cuillère à soupe de sucre de canne bio

20 gr de levure de boulangerie bio

10 gr de sel de Guérande

 SAM_3735

Peler, épépiner et couper la courge en morceaux. La placer dans un cuit-vapeur pour une petite demi-heure de cuisson. Peser 380g de chair de courge égouttée sommairement et la passer au mixeur avec un peu d’eau de cuisson jusqu’à obtenir une purée fine et soyeuse. Profiter de la chaleur de la purée pour ajouter le beurre, la poudre de lait, le sel, le sucre et bien remuer.

Verser la farine et la levure dans le bol du robot-pâtissier équipé du crochet. Faire tourner le robot à vitesse lente et verser en filet la purée tiédie. Laisser pétrir pendant cinq minutes sur la première vitesse puis cinq autres minutes à la vitesse suivante. La pâte forme alors une jolie boule dorée.

SAM_3725

Placer alors le bol du robot dans le four, position chaleur douce, 40°, et laisser pousser doucement après avoir pris soin de placer un petit plat métallique rempli d’eau bouillante sur la sole du four. Laisser donc tranquillement la pâte doubler de volume.

Si l’on souhaite prendre son temps et ne profiter du pain que le lendemain, laisser pousser la pâte dans le bol du robot recouvert d’un torchon dans une pièce fraîche toute la nuit.

SAM_3726

Une fois la levée terminée (environ une heure trente dans le four tiède et humide), débarrasser la pâte sur un plan de travail fariné. Ne pas chercher à travailler à nouveau cette pâte mais au contraire, procéder au façonnage en une grosse boule dorée.  Laisser à nouveau lever la pâte pendant 45 mn à une heure. Pendant ce temps, préchauffer le four : placer une belle ardoise des Monts d’Arrée sur la sole du four, déposer dans un coin un petit plat métallique avec de l’eau et laisser monter en température sur chaleur statique, 250°. A l’aide d’une lame de rasoir, d’un cutter ou d’un couteau très bien aiguisé tailler la surface du pain pour éviter qu’il se déchire aléatoirement à la cuisson. Enfourner directement sur l’ardoise et laisser cuire pendant 15 minutes. Ôter alors précautionneusement le plat d’eau bouillante et poursuivre la cuisson, en baissant la température du four à 200°, pour une quinzaine de minutes (ou moins, il faut juste surveiller la couleur du pain).

SAM_3731

A la sortie du four, placer ce gros pain dodu  sur une grille pour le laisser refroidir.

Cette gourmandise est absolument délicieuse tiède, croustillante et moelleuse, avec une jolie lichette d’un joli beurre cru et demi-sel de la même couleur ! Le lendemain, les tranches toastées ensoleillent le petit déjeuner et, s’il en restait, coupé en cubes, arrosé d’huile d’olive et parsemé de petites feuilles de thym frais et passé une quinzaine de minutes au four, voilà de jolis croutons qui enjoliveront une petite soupe !

SAM_3618