SAM_5112

 affiche-gras-2016

Les Gras de Douarnenez remontent à 1835.  A l'origine, le mardi-gras symbolise le passage d'une période où l'on mange gras à une période où l'on mange maigre (le Carême). A Douarnenez, cette signification religieuse se double d'une signification plus locale. Pour les Douarnenistes, c'est aussi l'occasion de fêter la fin de l'hiver durant lequel les pêcheurs ont peu travaillé.

Tout commence le samedi avec l'intronisation du Den Paolig, symbole emblématique de la fête, le Den Paolig (pauvre homme en français) est le roi du carnaval. Il figure une personnalité locale reconnaissable et bien souvent connue des Douarnenistes. Fabriqué en papier mâché, d'une hauteur d'environ 3 mètres, le Den Paolig est suspendu au fronton des halles pour veiller sur la fête. La journée du dimanche est la plus animée avec la traditionnelle noce des Gras. L'après-midi, le défilé réunit tous les âges autour de costumes colorés, de chars toujours plus fous, de musique et de bonne humeur. Le lundi se déroule la traditionnelle course interbars et le mardi soir la salle des fêtes accueille le bal costumé de « La folle nuit des Gras ». Les plus jeunes feront la fête le mercredi après-midi avec le « Bal des enfants ». Comme le veut la tradition, le Den Paolig est brûlé dans un feu de joie sur le quai du port du Rosmeur, juste avant le feu d'artifice final.

Les Gras de Douarnenez ont lieu du 6 au 10 février 2016.

Avant de s’y rendre, au menu, une jolie fricassée de joues de lotte aux pomelos et un petit mesclun de moutarde, pourpier et laitue.

 SAM_5085

Pour huit personnes

8 médaillons de lotte

4 pomelos bio

2 orange sanguines bio

2 à 3 kumquats bio

SAM_5098

30 gr de gingembre frais bio

30 g de beurre

2 oignons rosés de Roscoff

20 cl de crème

Fleur de sel de Guérande

Poivre timut

 SAM_5088

Retirer un ruban de zeste de pamplemousse, sans la peau blanche, et le détailler en fins bâtonnets. Les faire blanchir et les égoutter.

Peler deux pomelos et les oranges à vif et les détacher en quartiers en récupérant le jus. Presser le jus des autres pomelos et récupérer la pulpe (sans les pépins).

Détailler les oignons en dés et les faire revenir dans une poêle et dans une belle noix de beurre. Lorsqu’ils se sont attendris et sont devenus translucides, mouiller avec le jus d’agrume et la pulpe. Laisser réduire sur feu doux. Lorsque le jus s’est évaporé, ajouter alors la crème, les suprêmes d’agrumes, les kumquats finement émincés (et épépinés au fur et à mesure,  le cas échéant) et les zestes blanchis.

SAM_5115

Laisser épaissir à feu très doux, le temps de cuire les joues.

Faire fondre le reste du beurre et, lorsqu’il  mousse, déposer les joues, baisser le feu, et laisser cuire pendant environ deux à trois minutes par face, puis ajouter les joues dans la sauce.

Dresser sur des assiettes chaudes (ébouillantées par exemple) en versant les joues et la sauce aux agrumes sur un riz blanc basmati vapeur. Parsemer de poivre timut concassé au mortier et de fleur de sel. Servir immédiatement avec un mesclun tout frais !