SAM_5941

Le beau temps boude les Monts d’Arrée à l’occasion des fêtes de Pâques ? Deux coups de vent consécutifs s’invitent au fil de ce long week-end ? Les chaises et les potées fleuries volent sur les terrasses ? Pluie et bourrasque balaient les pâtures ? Le Gouezou fait de la résistance et convoque le soleil sans ménagement et les parfums du sud sans échappatoire : chaleur, douceur et parfums irradient dans ce burger optimiste : petits pains figues et romarin, haché agneau et petits légumes, mozzarella au lait de bufflonne, chutney et huile d’olive. Le printemps, ça se décide. Non mais !

SAM_5874SAM_5870

 

Pour 6 buns figues et romarin à l’huile d’olive :

500 gr de farine blanche bio riche en gluten

300 gr d’eau de source

10 gr de sel de Guérande

20 gr de levure de boulangerie bio

60 gr de sucre blanc bio en poudre

200 gr de figues sèches bio

Quelques branches de romarin du jardin (on cherche à obtenir deux à trois belles cuillères à soupe de feuilles de romarin finement hachées au couteau)

6 cuillères à soupe d’une bonne huile d’olive fruitée bio

 SAM_5927SAM_5928

Pour 6 burgers d’agneau aux légumes

600 gr d’épaule d’agneau du Parc d’Armorique (ou de chevreau, ou encore de l’échine de porc blanc de l’Ouest si l’on n’apprécie peu ces viandes assez fortes en goût)

Deux belles et généreuses cuillères à soupe de pâte de citron (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2014/03/03/29352483.html )

Deux belles tranches de pain au levain bio écroûtées

Deux belles carottes bio

Le poids des carottes en céleri rave

Deux beaux oignons rosés de Roscoff

Un petit bouquet persil plat et/ou de coriandre

Un petit bouquet de thym du jardin

2 belles gousses d’ail rose de Lautrec

Un gros œuf du poulailler

Sel de Guérande

Poivre noir du moulin

Une cuillère à soupe de graines de coriandre moulues

Et pour la garniture des burgers : du chutney de coriandre (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2015/12/01/33013799.html) ou du chutney de butternut (c’est par là http://gouezou.canalblog.com/archives/2016/01/19/33237495.html), des cornichons, pickles, de la mozzarella maison (c’est par ici  http://gouezou.canalblog.com/archives/2015/04/14/31892523.html) ou au lait de bufflonne, de la roquette, le tout bio bien entendu…

 SAM_5929SAM_5930

Commencer par les petits pains : dans la cuve du robot, pétrir avec le crochet pendant une dizaine de minutes la farine, le sel, le sucre, les figues coupées en petits dés, la levure et l’huile d’olive. Laisser doubler de volume dans un endroit chaud et humide (par exemple dans le four, programme cuisson douce, sur 40°, en prenant soin de déposer dans un plat de l’eau bouillante). Débarrasser alors la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, dégazer la pâte en douceur puis façonner six petites boules légèrement aplaties de la paume. Replacer dans le four afin de laisser doubler à nouveau de volume. Sortir du four et huiler doucement au pinceau les buns avec de l’huile d’olive. Préchauffer le four sur 250°. Enfourner pour 20 minutes et baisser la température à 200°. Au sortir du four, déposer sur une grille et huiler à nouveau au pinceau.

SAM_5932SAM_5933

Préparer les steaks hachés en passant viande, pain, herbes et légumes au hachoir, grille pas trop fine. Saler et poivrer, puis ajouter la pâte de citron et l’œuf. Bien mélanger (avec les mains, c’est bien plus facile). Façonner des steaks hachés assez épais et de même circonférence que les petits pains à l’aide par exemple d’un emporte-pièce. Huiler légèrement un plat métallique et déposer les buns sans les faire se chevaucher. Cuire à four moyen (160°, chaleur tournante) pendant 30 à 40 mn (suivant le résultat recherché). Dix minutes avant la fin de la cuisson, déposer des tranches de mozzarella sur les steaks afin de les faire un peu fondre.

En fin de cuisson, placer les buns sur une grille sur un autre gradin pour les réchauffer légèrement.

SAM_5936SAM_5942

Procéder au montage : couper en deux les buns, les tartiner du chutney, déposer le steak et son fromage fondant, poivrer et saupoudrer des graines de coriandre pilées ; puis déposer des lamelles de cornichon, de pickles, etc. Ne pas perdre de vue tout de même que l’ouverture d’une bouche humaine a des limites non négociables. Etre quand même raisonnable donc dans la construction du sandwich… Déchirer à pleines dents ce burger pascal et printanier…