SAM_1000

SAM_0956

«Une pomme par jour éloigne le médecin pourvu que l’on vise bien!» (Winston Churchill) La pomme –notamment chez les Celtes- constitue donc à la fois une arme et un remède.

Tuireann, dans la mythologie celtique irlandaise, fait partie des Tuatha Dé Danann (dans la mythologie celtique irlandaise, les Tuatha Dé Danann sont des dieux qui viennent de quatre îles du nord du monde : Falias, Gorias, Findias et Murias). Tuireann est principalement connu pour être le père des dieux primordiaux que sont Brian, Iuchar et Iucharba, qui apparaissent dans le récit Oidhe Chloinne Tuireann (Mort des Enfants de Tuireann). Pendant la lutte qui oppose ses trois fils à Diancecht, ils tuent Cian, le père de Lug par traîtrise, alors qu’il a l’apparence d’un sanglier. Lug, afin d’assouvir sa vengeance, va leur imposer une quête d’objets fabuleux; ils doivent lui ramener trois pommes des Hespérides et tout un tas d’autres choses improbables : une peau de porc ayant des pouvoirs de guérison, une lance magique qu’il faut tremper dans l’eau pour la neutraliser, deux chevaux et un char plus rapides que le vent et le feu, sept porcs que l’on peut tuer chaque soir et qui renaissent au matin, la chienne Fail Inis qui effraie les fauves, une broche à rôtir et trois cris qui doivent être poussés sur la montagne de Miohainn. Ils vont échouer aux deux dernières épreuves et vont finir par mourir d’épuisement. Après quoi, Tuireann meurt de chagrin. Mais avant cela, ses fils auront donc fait les quatre cents coups : Brian lance une pomme à la tête du roi de Perse. Le coup est si rude que la cervelle sort par la nuque. Son frère cadet lance des pommes à la tête de leurs ennemis. Après avoir fait éclater les têtes, les pommes reviennent intactes dans ses mains. Enfin, lorsque Lug impose un tribut aux assassins de Cian, son père, il leur demande pour "Prix du sang" trois Pommes, une peau de porc, une lance, deux chevaux etc... La pomme est donc une arme redoutable.

Et enfin, on raconte qu’il existe un jardin magique dans lequel se trouve un pommier immense ne portant que trois pommes énormes. On peut en manger autant qu’on veut sans que les fruits diminuent. Cette nourriture magique préserve de toute maladie et des ravages du temps qui passe… La pomme est donc un remède universel.

C’est la pleine saison de la cueillette des pommes : les branches croulent sous les fruits dans les vergers et c’est à une véritable avalanche de pommes à laquelle il faut faire face, le front serein et l’œil vif. Ne pas se laisser déborder. Bien sûr, certaines variétés peuvent se conserver longtemps, d’autres donneront un cidre parfumé, enfin certaines se prêteront avec grâce à la réalisation de jus, de gelées, de compotes et de conserves. L’objectif est ici de ne rien gaspiller et de capturer à l’abri de bocaux bien clos tous les trésors de l’été dans des préparations automnales.

Après un dimanche consacré à la cueillette des pommes et des noisettes au Gouezou, à la transformation des unes en compotes délicates et en jus parfumés et des autres en pralin soyeux et en pâte ambrée, on partage une petite douceur qui fait du bien : une compote de pomme gratinée à la noisette… Croustillant, fondant, soyeux et parfumé. Une arme et un remède contre la mélancolie…

 SAM_5649

Pour 6 Dieux celtes mal embouchés:

750 gr de jolies pommes du verger (idéalement, des Germaine de Brasparts)

200 g de noisettes

120 gr de sucre de canne complet

100 g de beurre demi-sel bio et cru

2 jolis œufs du poulailler

Une très généreuse pincée de graines de vanille Bourbon

SAM_0999

Peler et épépiner les pommes (je conserve les pelures et les trognons que j’ajoute aux pommes dont je fais des jus de pommes). Les cuire dans une casserole à fond épais avec un demi-bâton de cannelle (avec 50 de sucre muscovado si les pommes sont un peu acides).

Etaler la compote dans un moule (ou la répartir dans six moules individuels en porcelaine).

Disposer les noisettes dans un plat métallique et enfourner pour une quinzaine de minutes à four chaud (on peut profiter de la cuisson de quelque chose d’autre –gâteau, biscuits, etc.- pour torréfier les noisettes).Lorsque les noisettes ont bruni et joliment rôti, les mixer en sable grossier. Ça sent diablement bon ! Mélanger la poudre de noisette avec le beurre, le sucre, les œufs et la vanille puis couvrir le lit de compote avec la crème de noisette. Enfourner pour 40 minutes (180°, chaleur tournante).

SAM_0996

Laisser refroidir avant de servir ces gourmandises d’automne parfaitement irésistibles.