SAM_1029

NOCE DE PIERRE 01

"Un jour les jeunes gens d'un village s'étaient réunis pour danser au son de la vielle.

Au moment où la danse allait commencer, quelqu'un vint dire qu’un prêtre venait porter le Bon Dieu à un malade de la paroisse, et qu'il fallait s'arrêter un peu pour le laisser passer.

Les danseurs continuèrent leurs ébats, et au moment où la clochette qui précède le viatique se faisait entendre, ils dirent:

- Dieu joue son jeu, nous jouons le nôtre.

La danse continua pendant la nuit, et même le lendemain qui était un dimanche, et aucun des danseurs n'alla à la messe, à laquelle assista seul le joueur de vielle qui avait cessé de faire entendre son instrument quand le viatique était passé.

La terre, au milieu d'une contredanse, s'entrouvrit et engloutit les danseurs; et leurs habits, dont l'enfer n'avait pas voulu, restèrent sur le lieu de la danse où depuis jamais herbe n'a poussé."

(Paul Sébillot, Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, 1891, rapportant les propos d’Auguste Lemoine de Matignon en 1867)

NOCE DE PIERRE 02

Dès la première moitié du XIXème siècle, les mystérieuses noces de pierres –qu’on n’appelait pas encore alignement mégalithique- attiraient déjà les curieux séduits par les écrits mystérieux du baron de la Pylaie, qui fut en quelque sorte l'initiateur touristique d'An Eured Vein, dès 1845, en plein romantisme...

"Le 30 décembre, le ciel me promettant au matin une belle journée, je me disposai à aller à la recherche d'un alignement de peulvans qu'on m'avait indiqué dans la plaine élevée qui se trouve à la base du mont Saint-Michel, du côté du sud-est. Ignorées de tous les savants, ces pierres forment un alignement long de quatre cent pas, d'orient en occident, avec quelques particularités que je suis obligé d'omettre ici. On les nomme ar men zon eus Praden pen ar yun dreuz, c'est-à-dire les pierres debout du plateau qui forme l'extrémité d'un pâturage humide; il se trouve en travers de la chaîne des hauteurs.

Une tradition que je ne dois pas omettre ici se rattache à ce long alignement de peulvans: celui-ci ne serait autre chose qu'une noce changée en pierres par la puissance divine, afin de punir d'une manière exemplaire son irrévérence envers les choses saintes. Un prêtre, qui traversait la plaine en portant le viatique, aurait passé près de cette nombreuse compagnie sans que personne se mît à genoux et fit même semblant de le voir. Comme un tel excès d'impiété ne pouvait rester impuni, tout aussitôt Dieu pétrifia sur place cette bande irréligieuse. Bien d'accord avec les pères de l'Eglise, que tout est possible à Dieu, nous nous permettrons seulement de faire observer que cette histoire eût offert plus de vraisemblance si les pierres de cette longue série, au lieu d'êtres solitaires, se fussent trouvées deux à deux, ainsi que marchent les gens d'un cortège nuptial."

NOCES DE PIERRE 03

Au pied du Mont Saint-Michel de Brasparts, ce site vieux de cinq mille ans qui a été classé en 1968 aux Monuments Historiques  est constitué de soixante-dix-sept petits monolithes, de quartz et quartzite au fil d’un alignement de plus de trois cents mètres. L’accès libre à ces landes rousses et violines plantées de ces énigmatiques pierres permet à tous d’y rêver sous le soleil d’automne. Les randonneurs, piétons ou cavaliers, y passent, étonnés, laissant libre court à mille hypothèses : lieu de culte ?  lieu de vie ? Et le temps s’écoule…

Il y a de l’écureuil mais aussi du lichou chez les cavaliers de Randoloisir et pour fêter un anniversaire, au fil des Noces de Pierres, au cœur du Yeun Elez, le long des champs de blé noir ou dans la forêt qui roussit, un gâteau breton tout rond au blé noir et à la farine de noisette fourré à la crème de noisette et à la compote de pomme Germaine de Brasparts. Une gourmandise tout à fait raccord.

 SAM_1027

Pour une jolie galette toute ronde:

200 g de farine de froment bio

50 gr de farine complète de blé noir

50 g de farine de noisette bio

150 g de beurre fermier demi-sel bio et cru de la ferme Hellez Vraz  de Christelle et Jean-Jacques Postec à Pencran

150 g de sucre de canne bio

4 jaunes d’œufs du poulailler (+ un autre pour la dorure)

Une pointe de couteau de bicarbonate de soude

De la vanille Bourbon en poudre

De la compote de pommes Germaine de Brasparts (c’est par ici http://gouezou.canalblog.com/archives/2013/09/26/28095359.html  )

De la crème pralinée aux noisettes (c’est par là http://gouezou.canalblog.com/archives/2016/09/19/34341290.html  )

 SAM_1030

Avec le robot pâtissier muni de la feuille (le K) ou à la main pour les courageux, mélanger les farines, le bicarbonate de soude, la vanille, le sucre, les jaunes d’œufs et le beurre mou (mais pas fondu). On obtient une boule de pâte épaisse. La laisser reposer le temps de préchauffer le four sur 180°.

Poser un cercle à pâtisserie à bords hauts sur une plaque idoine. On peut aussi utiliser un plat en terre ou en tôle, rond. Poser la moitié de la pâte au centre, et du bout des doigts étaler la pâte en faisant un léger creux au centre. C’est le nid douillet qui accueillera la crème et la compote. Déposer dans ce  creux 6 cuillères à soupe de crème pralinée puis 6 cuillères à soupe de compote en veillant à ne pas atteindre les bords. Etaler en disque au rouleau le reste de la pâte et le déposer sur le premier disque. Avec les doigts, appuyer pour souder sur la circonférence. Avec un couteau bien aiguisé ou une fourchette, dessiner un quadrillage sur toute la surface puis, au pinceau, passer la dorure (un jaune d’œuf et une demi- cuillère à café de lait entier).

SAM_1024

Enfourner pour 45 mn.

Décercler le gâteau et le déposer sur une grille. Essayer de résister le temps qu’il refroidisse (car le cœur pomme-noisette est brûlant). Le mélange beurre demi-sel, noisette et pomme est à tomber : c’est un fait. Ce gâteau se conserve plusieurs semaines paraît-il, jusqu’à deux mois. Pour ma part, il n’a jamais réussi à dépasser les deux premières heures à l’issue de sa sortie du four. Donc, c’est un précepte auquel je crois bien volontiers… sans l’avoir expérimenté.