SAM_2103

 SAM_0515

Le solstice d’hiver résonne du « Sol Invictus », soleil invaincu, célébration du retour de la Lumière à partir de la nuit la plus longue. Ce moment où l’année bascule correspond donc d’avantage à la renaissance annuelle du Soleil si chère à la civilisation celte –on quitte sans regrets les mois noirs-, plutôt qu’à la venue d’un Christ dont on ne sait dire historiquement en quelle saison il est né.
Noël est donc notamment à l'origine une fête païenne celte qui célèbre le solst...ice d'hiver : la fête d'Yule. Les symboles de Noël sont également pour la plupart païens : la buche de Noël est en réalité une bûche de chêne, et dans les temps anciens, elle était conservée tout au long de l'année dans un endroit sacré car représentant le feu sacré, la lumière de la Terre. Cette bûche devait brûler dans l’âtre pendant douze heures pour porter chance. Maintenant que bien des maisons n'ont plus de foyer pour brûler cette bûche, celle-ci prend place sur la table, en version pâtissière.

 


Le symbole de la buche a aussi évolué vers l'arbre de Noël sur lequel on plaçait des bougies allumées, ce qui n’est pas sans rappeler le rite celte qui associe un arbre à chaque fête. Symbole de vie à l’image d’Yggdrasil, « arbre-monde » de la cosmogonie nordique, le sapin est ici choisi pour sa résistance à l’hiver en tant que conifère et marque le triomphe de la vie sur l’obscurité en attendant le retour du soleil.

Plus qu’une date et des symboles, l’esprit de Noël c’est le partage. La coutume veut que chaque année le soir de Noël, les familles distribuent des cadeaux à leurs proches. Ce partage peut être vu comme le symbolisme des présents apportés à Jésus par les rois-mages. Cependant, en France, les dates ne coïncident pas. La venue des rois mages - dont il est communément admis qu’elle a quand même eu lieu entre un et deux ans après la naissance du Christ - est célébrée par l’Epiphanie le dimanche suivant le 1er janvier.

SAM_2108

Contrairement à l’Espagne, où la tradition chrétienne veut que les enfants reçoivent leurs cadeaux le jour de l’Epiphanie, en France, comme le voudrait la tradition antique c’est effectivement dans la période du solstice qu’ils sont distribués. Aussi, l’appellation « étrenne » est dérivée de Strena, déesse de la Rome antique dont le culte est à l’origine de cette coutume.
Plus que le véritable sens de la fête du solstice d’hiver, ce sont des symboles et des rites qui se sont accrochés à la célébration de Noël, puis comme indémodables - à l’image des saisons, ils ont perduré.
Un jour –le plus court- et une nuit –la plus longue-, très joyeux, lumineux, résolument tournés vers demain!
On met les petits plats dans les grands avec cette petite courge patidoux farcie à la saucisse de Molène, à la pomme, aux feuilles de bettes et aux pistaches… Lumineux, on vous dit !

 

Pour 4 joyeux et lumineux convives:

4 courges patidoux d'environ 300 à 400 gr

2 saucisses de Molène

1/2 botte de bettes (dont on n'utilisera que les feuilles)

Une pomme acidulée (type reinette d'Armorique)

2 échalotes

1 noix de beurre demi-sel

Poivre du moulin

Une poignée de pistaches mondées torréfiées

Une cuillère à soupe de graines de courge torréfiée

Huile de courge

 SAM_2106SAM_2097

Dans une sauteuse, faire fondre les échalotes ciselées puis ajouter les saucisses détaillées en tranches. Laver et essorer le vert des blettes. Le détailler en fines lanières et les ajouter aux saucisses. Laisser cuire tout doucement à découvert une vingtaine de minutes. Détailler la pomme épluchée et épépinée en petits dés et les ajouter à l'ensemble. Eteindre le feu (la pomme cuira dans la courge).

Pendant la cuisson des saucisses et des blettes, faire précuire les courges dans un cuit-vapeur pendant une vingtaine de minutes.

SAM_2101

Préchauffer le four sur 180°, chaleur tournante.

Oter le chapeau des courges et enlever les graines à l'aide d'une grande cuillère, ou mieux d'une cuillère à glace. Garnir les courges du mélange précuit, répartir les pistaches et déposer les courges farcies dans une grand plat huilé -placer les chapeaux à côté- et enfourner pour une trentaine de minutes.

Servir en parsemant de graines de courges et verser un filet d'huile de courge. Coiffer du chapeau!