101_4408

Les landes de l’Arrée sont « le pays de prédilection de l’ajonc, du genêt, de la bruyère, du thym et de toute la minuscule flore aromatique des terres pauvres. » A ceux qui pensent qu’elles sont stériles, Anatole Le Bras, dans La Bretagne (1928), rétorque par la profusion et l’exubérance : "A la saison tiède, l’atmosphère est saturée de subtils arômes qu’elles exhalent, de ces « odeurs fines » si vantées par les auteurs de nos chansons populaires et qui sont proprement le parfum de la Bretagne, l’essence même du philtre breton". C’est aux flancs de l’Argoat –le pays des bois- que « moutonnent, accrochés, les lambeaux épars de l’ancienne forêt centrale, véritable mer d’arbres dont les houles de feuillage, labourées de vastes remous, déferlaient sur toute la longueur de la péninsule jusqu’aux approches de la mer proprement dite. »

AUBE GLACIALENOCE DE PIERRE

Refuge pour les anachorètes, semeurs de menhirs, druides inspirés et doux dingues, la grande forêt armoricaine est « le séjour attitré des prestiges et des ensorcellements ». Comme une épine dorsale à la croisée des pays de Léon, de Trégor et de Cornouaille, les Monts d’Arrée sont un lieu à part, un espace à l’écart, et pourtant un territoire avec une unité, conscient de son identité et perçu comme tel par ceux qui n’y habitent pas… Avec, il faut bien le reconnaître, un taux assez élevé d’excentriques au kilomètre carré. Et ils sont nombreux, artistes et poètes, attirés par cette beauté évanescente, cette lumière changeante qui joue à travers les nuages sur les lignes de crête, par ces ombres mouvantes dans les marais qui excitent l’imagination et nourrissent les récits fantastiques.

Rêver de ces landes parfumées, écouter ces contes merveilleux et partager des cheesecakes aux herbes aromatiques des landes de l’Arrée et tomates cerises confites..

89004399_oDRENNEC

Pour 4 cheesecakes individuels

Une trentaine de biscuits sablés salés (environ 100 à 150 gr)

40 g de beurre demi-sel

100 g de tomates cerises séchées et confites à l’huile d’olive

200 g de fromage blanc frais de vache Bretonne pie noir soigneusement égoutté depuis la veille

200 g de chèvre frais

2 œufs du poulailler

Thym des landes de l’Arrée (et aussi origan et romarin du jardin)

Sel de Guérande

Poivre du moulin

Du coulis de persil plat frais

 101_4406

Il est préférable de réaliser les cheesecakes la veille –ou au moins le matin pour les servir le soir-. Faire fondre le beurre. Réduire les biscuits en miettes grossières au mixeur (ou en les écrasant dans un sachet plastique à l’aide d’un rouleau à pâtisserie). Ajouter le beurre fondu aux miettes de biscuits et mélanger délicatement. Verser alors dans des cercles à entremets déposés sur une plaque à pâtisserie recouverte d’une feuille de papier cuisson et tasser (à l’aide du fond d’un verre par exemple).

Placez les cercles au congélateur ou au réfrigérateur, le temps de préparer la garniture. Préchauffer le four sur 160°.

Dans un saladier, mélanger le fromage frais et le chèvre frais avant d’ajouter les œufs l’un après l’autre puis les tomates égouttées et deux belles cuillères à soupe de feuilles de thym, d’origan et de romarin frais finement émincées.

101_4403

Enfourner et laisser cuire 50mn. A la fin de la cuisson, ne pas ouvrir le four et laissez refroidir une trentaine de minute avant de glisser les cheesecake au réfrigérateur.

Au moment de servir, huiler à l’huile d’olive (dans laquelle ont confit les tomates) à l’aide d’un pinceau la surface du cheesecake puis saupoudrer de thym frais et déposer des petites tomates cerises fraîches. Faire glisser la lame d’un couteau fin autour du bord des cercles avant de démouler les cheesecakes. Les servir accompagnés d’une lichette de coulis de persil plat, accompagnés d’une petite salade verte de saison (mâche et roquette).