101_4356

" Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages." (Barbey d’Aurevilly) Il est des petits riens qui marquent l’histoire d’une vie, d’un mouvement. Des petits riens que nous mesurons chemin faisant, dans des récits lus ou entendus. Des petits riens qui témoignent d’une présence à l’autre, aux autres. Des petits riens qui ont chacun une saveur bien particulière. Acides, sucrés, salés, ils assaisonnent nos existences et les éclaboussent de grands éclats de vie. Serait-ce ça, le bonheur? Le bonheur des petits riens ne fait pas de bruit. Il se présente à qui sait le repérer, le déguster, sans boulimie, avec gourmandise. Ne le laissons pas filer et gardons-en la trace. Jacques Prévert nous alerte «J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant».

22228448_1943298672363696_8770013207931998190_n

C’est facile, de détailler des poivrons rouges en lamelles. On incise un côté ventru du légume et il s’ouvre, docile. On élimine les graines et les parties blanches, on sent l’humidité de la chair dense sous la pluie rouge et luisante, on détaille des lamelles au couteau sur une planche de bois. Ça sent bon, de ce parfum très frais légèrement amer et qui dit l’été et murmure l’automne. On cède à une impulsion gourmande et on croque la toute dernière lanière, celle qui est imparfaite. Tout à côté de notre fier monticule de poivrons, les jolis oignons rosés de Roscoff sont déjà déshabillés : ne reste qu’à les émincer, sans pleurer… Le chorizo découpé en petits dés suivra sur la planche au côté du petit bouquet de thym, de romarin et d’origan qu’on vient de cueillir au jardin des simples. Détailler des poivrons en lanières, émincer finement des oignons, ce n’est pas une tâche complexe mais on prend son temps… On se projette sur le plaisir d’être ensemble, tout à l’heure, plus tard, autour d’un petit verre ; à partager cette crème de poivrons au chorizo sur de simples morceaux de pain. Avec quelqu’un ou quelques-uns. On savoure ces petits riens.

Dédicace à Laurent et sa meute.

SAM_1944

Pour un joli pot de crème de poivrons au chorizo :

3 poivrons rouges

2 oignons rosés de Roscoff

½ chorizo maison

Un bouquet d’aromatiques : thym, origan, romarin… Bref, ce qu’on a sous la main !

1 cuillère à café de pimenton de la Vera (pimenté ou non)

Un filet d’huile d’olive

 101_4353101_4576

Laver et détailler le poivron en lanière. Eplucher et émincer les oignons. Prélever les feuilles de thym, d’origan et de romarin. Les émincer finement. Découper le chorizo débarrassé de sa peau en dés. Dans une sauteuse, faire chauffer l’huile d’olive. Y faire revenir doucement les oignons avec le chorizo. Lorsque les oignons sont translucides, ajouter les poivrons, les herbes aromatiques et saupoudrer de pimenton. Saler avec légèreté. Remuer, couvrir, laisser cuire et compoter une bonne demi-heure à feu très doux, voire plus. Mixer alors l’ensemble et placer en pots.

101_4357101_4341

Cette crème se tartine, froide, sur du pain toasté, à l’apéritif –un pain au curcuma assurera un très joli contraste- mais fait aussi merveille sur des pâtes fraîches et des légumes vapeur…