30 juin 2018

Entre les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée, un tataki de boeuf Highland Cattle aux herbes fraîches

« A Roscoff aujourd'hui se souvient-on de Liane, De Liane au Clos Marie, équivoque beauté, A Roscoff où venait la belle courtisane Chercher le reposoir après la volupté ? Adieu baisers impurs des amants, des amantes ! Dans le vent, les embruns, s'apaisaient tes désirs Et tu priais Sainte Anne à l'heure des tourmentes D'effacer de ton corps la marque des plaisirs. (…) » (Per Mari Mevel) Etonnante trajectoire que celle de cette jeune fille de bonne famille, qui la mènera du couvent des Fidèles Compagnes des Filles... [Lire la suite]

29 juin 2018

Les deux Fanch de Nestavel au Paradis, des panna cotta salées toutes fraîches et une salade croquante

Comment Potig de Nestavel entra-t-il au Paradis ? Voici une authentique énigme qui défraya bien longtemps la chronique des bords de l’étrange lac Saint-Michel. Fanch naquit à Nestavel Vihan au bord du lac, juste en face du Mont Saint-Michel. C’était un homme qui faisait honnêtement son métier de pêcheur, ramenant chaque jour au logis des paniers d’osier ruisselant, débordant de truites, de saumons et de brochets. Il vivait ainsi avec sa famille dans une bonne aisance, ne ménageant pas sa peine, ne médisant pas de ses semblables,... [Lire la suite]
29 juin 2018

Les Korrigans, un bébé, une sorcière et une petite crème soyeuse au chocolat blanc et abricots rôtis au miel et à la lavande

Le clan des Korrigans du Mont Saint-Michel-de-Brasparts entra un jour de juin en grande liesse car on venait à célébrer les noces de la fille du roi, délicieuse petite princesse d’à peine cent vingt-trois ans, au fils du roi du clan de Roc’h Trévezel qui venait tout juste, quant à lui, de souffler cent cinquante-sept bougies. Le petit peuple des Korrigans voyait dans la fraîcheur de cet hyménée des promesses de libations, de fêtes et de sarabandes, mais aussi de paix et de bonheur. Les deux montagnes se faisant face furent... [Lire la suite]
21 juin 2018

Poulet tantad au lait, au citron, à la cannelle et à la sauge: c'est bientôt la Saint-Jean !

  Tantadou ou feux de Saint-Jean sonnent les trois coups de l’été, à Saint-Cadou et à Botmeur comme ailleurs ! Cette coutume immémoriale, qu’on retrouve un peu partout en Europe -comme au Moyen-Orient-, et notamment en Bretagne, plongerait ses racines dans le panthéon celte et les pratiques liées à la célébration des mystères de la nature : le soleil, la lune, les saisons, les récoltes, … Le solstice d’été, qui voit s’achever l’allongement des jours, s’installer l’été et le temps des moissons, est ainsi l’occasion... [Lire la suite]
20 juin 2018

Rose Héré, une héroïne ouessantine, et une soupe de congre au vin rouge pour un cargo pinardier en péril

Voie maritime délicate, le rail d’Ouessant est une portion étranglée d’autoroute de la mer au trafic extrêmement dense, ce qui, si l’on prend en compte des paramètres antédiluviens, -comme par la proximité d’une côte acérée, des conditions météorologiques qu’on qualifiera pudiquement de versatiles-, combinés à des impératifs de rentabilité très ancrés dans notre temps rend les conditions de navigation parfois périlleuses… La liste est bien (trop) longue des accidents dramatiques ayant défiguré cette côte nord du Finistère qui voit... [Lire la suite]
19 juin 2018

Anita Conti, de la Casamance à Terre-Neuve, les forçats de la mer, et une soupe du Ponant aux joues de cabillaud et palourdes

« Elles ont durement lutté.     Les glaces denses Avaient meurtri leurs corps, et les vents qui hurlèrent Du bordé jusqu'aux mâtures hautes, fauchèrent Des hommes, sous les agrès rompus. Les cadences Mortelles de la mer ont rythmé ce combat Sans fin, jour après jour, jusques aux soirs fatals. Les triomphantes sont rentrées aux ports natals, Elles y paient rançon des nefs sombrées, là-bas. (…) » (Cimetières de navires-goélettes, Anita Conti) Touchée par l’indécente abondance et l’incroyable gaspillage des... [Lire la suite]

15 juin 2018

Henry Moore, déambulations, Landerneau et verrine de petits pois du marché au chorizo

  Une Vénus callipyge qui devient anguleuse puis plantureuse au fur et à mesure qu’on en fait le tour s’est allongée, languide et accoudée, sa carnation ivoire tranchant sur le granit doré du quai de Léon à Landerneau. On dirait bien une sirène sur le point de rejoindre l’onde. "La sculpture est un art de plein air. La lumière du jour, celle du soleil lui est nécessaire, et pour moi, le meilleur environnement et complément de celle-ci est la nature", estimait le sculpteur Henry Moore. Deux de ses œuvres monumentales... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 juin 2018

Le conte des chats, des chats et du moulin pour une fougasse aux herbes, aux tomates séchées et aux olives...

Il y a bien longtemps, très longtemps...   On raconte qu’il advint que le moulin de Kerouat fut incendié… Ou un autre moulin. On ne sait plus. Mais c’était non loin du Gouezou. Maladresse ? Hasard ? Vengeance de quelque poulpik mal luné ? Conflit de fées ? Les habitants du hameau se perdaient en conjectures. Mayonne, l’une des fillettes du haut du hameau à qui l’on confiait bien volontiers le soin de mener un petit troupeau de vache Bretonne pie noir et qui connaissait tous les t...alus, tous les méandres du Stain –la... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juin 2018

Une femme libre, de la terre et des vers, et une panna cotta à l'anis vert et aux fraises de Plougastel de pleine terre

Et si… Et si... Et si Marie-Angèle Duval n’était pas née fille, bretonne, paysanne et pauvre... Cédons à l’uchronie et rêvons en technicolor : en 1905, Anjela naît garçon dans un milieu aisé, citadin et lettré. Après de longues et brillantes études –hypokhâgne et khâgne-, encouragée par des parents cultivés, poussée par ses maîtres,  distinguée par un éditeur parisien empressé, elle écrit, rencontre la presse et le succès, fait un joli mariage et de beaux enfants, collectionne les maîtresses et les prix, entre à l’Académie... [Lire la suite]
13 juin 2018

Des talus, des ajoncs, et une cervelle de juloded au fromage de chèvre, aux herbes fraîches et aux tomates confites

"— Tu étais pressée de me cueillir, hein ? Et tu t’es piquée le doigt à mes épines ! Un petit peu de rouge a coulé Sur mon habit doré Et tu t’es dit : voilà qui est bien ! Et tu m’as enfermée dans ta lettre… Si tu avais fait un petit trou dans l’enveloppe J’aurais pu voir pendant le voyage. Les royaumes celtiques d’outre-mer Et j’aurais salué Le chardon d’Écosse Avec ses bruyères roses Le trèfle d’Irlande et mes sœurs jaunes M’auraient répondu à coups de parfum Que j’aurais emporté là-bas Chez les Celtes en Exil Au bout du Monde :... [Lire la suite]