15 mars 2019

Le conte des amoureux de Brennilis, de Grand-père Fanch et de l’enfant qui se joua du diable. Et un cheesecake rhubarbe toffee

« Rien de plus rigide, de plus ingrat que le dur manteau de pierre de l'Arêz. Et pourtant que de petites arcadies virgiliennes secrètement nichées dans les cassures de ses plis ! Presque au dévaler du lugubre Menez- Mikel, vous tombez dans le chaos... du Huelgoat, un chaos harmonieux, riant, saturé de senteurs sylvestres, sonore du concert des cascades, au milieu des amoncellements de blocs énormes. (…) Le monotone plateau léonnais déroule sa nudité austère, dominée par de hautes flèches d'églises au profil impérieux, et ses rivages... [Lire la suite]