Tout ce qui vient de la mer jolie...

14 mars 2017

Osez Joséphine : conserves de sardines au citron confit

 « Debout ! les damnés de la terre ! Debout ! les forçats de la faim ! » C’est bien l'état de misère des salaires des grévistes alors que la livre de beurre coûtait la valeur de 10 heures de travail, le kilo de pain 1,25 et le litre de lait plus qu'une heure de travail de sardinière qui a généré la dure révolte des Penn Sardin au nombre desquelles figure la future première femme élue à l'échelle de la Bretagne, tous scrutins confondus, parmi la poignée de femmes élues pour la première fois en France, en 1925.... [Lire la suite]

28 février 2017

Les pâtes de blé noir aux crevettes sautées au citron et aux pistaches pour les femmes de Barbe Bleue

Et si je vous disais que le Barbe Bleue de votre enfance, le monstre sanguinaire, l’époux barbare, celui dont Charles Perrault a capturé l’histoire pour l’épingler dans Les Contes de Ma Mère L’Oye, était breton ? A la croisée des mythes et des contes, le conte breton de Barbe-Bleue emprunte dès le VIème siècle à Cronos et à Œdipe -et même un petit peu à Ganesh- dans la version de cette histoire tragique mais bien sûr édifiante et finalement christianisée. On en doit notamment une version à Emile Souvestre -romancier morlaisien... [Lire la suite]
19 février 2017

Pourquoi la mer est salée et soupe à l'eau de mer et parures de lieu...

Avez-vous jamais goûté l'eau de mer, par inadvertance ou par accident ? Pouah, que c'est salé ! Et pourtant des milliers et des milliers de poissons, de coquillages, de crustacés, de plantes et bien d’autres formes de vie improbables ne peuvent vivre que dans la mer, et dans la mer … salée. Mais au fait, savez-vous pourquoi la mer est salée ? Voici ce que m'a expliqué un vieux pêcheur du Dourduff, et vous savez que les vieux pêcheurs, surtout ceux du Dourduff, ne mentent jamais. Et leur mémoire est aussi fertile... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 décembre 2016

Terrine de lotte au kari Gosse et au citron caviar au menu de la Taverne des Malfoutus

  Le Domaine de Trévarez est rentré dans le cercle aussi fermé que prestigieux des Jardins d’Excellence au vu de sa très belle collection de camélias. Ce parc, en tant que jardin mixte, est un jardin remarquable. Il s'agit à l'origine d'un vaste parc à l'anglaise de 85 hectares, planté de nombreux arbustes ornementaux (par exemple on y trouve encore aujourd'hui 160 camélias centenaires), au sein duquel se nichent plusieurs jardins : la carrière romantique, le "jardin japonais", le jardin italien, le jardin régulier… La mise en... [Lire la suite]
20 novembre 2016

Burgers de thon, cocos de Paimpol et graines de blé noir sous la dictée...

"La dictée est une musique, celle de la voix du maître qui insiste sur les liaisons, celle de la plume qui gratte le papier. Elle donne le rythme, parfois effréné, parfois lancinant, d'un pays sûr de lui, où l'histoire est figée, la géographie magnifiée, la famille idéalisée et surtout l'orthographe réglementée. Pourtant, la dictée est un univers d'hésitation, celle du bon accord, du doublement de consonne et de l'accent bien orienté. La dictée se présente inaltérable, intemporelle, mais elle évolue sans cesse, selon l'air du temps,... [Lire la suite]
16 octobre 2016

Saint-Jacques laquées à la gelée de pomme, Germaine de Brasparts rôties et cannelle de Ceylan

      Depuis l'Antiquité, on portait des coquillages pour se préserver de la sorcellerie, du mauvais sort et de toutes sortes de maladies. L'iconographie chrétienne de la coquille n'apparaît que bien plus tard, avec le culte voué à saint Jacques en ce début du Moyen Âge. Sans doute pour des raisons symboliques, la coquille s'est imposée comme attribut de l'apôtre et a donc pris le nom de saint Jacques. Petit à petit, cousue sur le chapeau, sur le sac ou sur le manteau, elle va devenir l'emblème, non seulement des... [Lire la suite]

19 mai 2016

Crabe mousse au citron vert, coriandre et pointes d'asperge pour des p'tits mousses qui n'avaient ja ja jamais navigué, ohé ohé!

Avec une saison très courte annonciatrice des beaux jours, l’araignée mousse est une gourmandise de printemps d’une belle fraîcheur iodée. C’est toutefois un crustacé qui se mérite car, après l’avoir glané au détour d’une forêt de laminaires à Camaret, il faut l’occire à la vapeur puis dépiauter ce diablotin rouge avec une patience d’ange, un maillet et une fourchette à crustacé … Certes, le crabe mousse est délicieux, partagé sans façon autour d’une tablée d’amis, avec du pain, du beurre demi-sel et un bon verre de... [Lire la suite]
09 avril 2016

Le Château du Taureau, un pont levis et un hareng saur: rillettes de harengs fumés au citron confit et à l'échalote grise

Le Château du Taureau qui a rouvert ses portes pour une nouvelle saison (jusqu’au 25 septembre), drapé dans un granit couleur gris rouille, se dessine à deux encablures de l’île Louët. C’est le seul de ce type, en France, à disposer d’un pont-levis fonctionnel, restauré cette année. Une sacrée fierté qui vient ponctuer des siècles d’histoire mouvementée. Tout débute au XVIème siècle quand, pour se soustraire à la convoitise des pirates anglais, les Morlaisiens construisent une première fortification à l’entrée de la baie :... [Lire la suite]
24 mars 2016

Keftas de congre en tagine incongrue

  Dans la délicieuse galerie des animaux populaires, chéris du grand public, le congre n’a pas sa place. Il existe peu de posters, encore moins de porte-clés à son effigie, aucune vidéo bouleversante de ses facéties ne circule sur les réseaux sociaux, pas de peluches  attendrissantes dans les vitrines. On ne rêve pas non plus d’en faire son meilleur ami, ni de le croiser entre deux rochers à l’occasion d’une petite plongée en apnée dans les champs de laminaires… Le congre est laid, c’est un fait. Il serpente, l’œil... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 mars 2016

Gratin de Saint-Jacques au poireau en crumble de noisette: profiter de la pêche à pied en pleine responsabilité

Marcher sur l’estran qui se découvre petit à petit, respirer ses fragrances iodées, pénétrer sur la pointe des pieds l’intimité de ce monde secret, observer chaque centimètre carré à la recherche de ses richesses pour n’en prélever que le nécessaire sans abimer le biotope… Quel privilège et quel bonheur ! Il se prolongera par le partage en agréable compagnie du fruit d’efforts joyeux, autour d’une table, une boisson fraîche en main… En Finistère, on n’a pas d’or noir, du moins on n’en a plus depuis les dernières marées noires, mais... [Lire la suite]