Plats uniques à partager en bonne compagnie. A table!
21 juillet 2017

Rénovation des aires à battre, danses bretonnes et courges farcies à la saucisse de Molène

Quels étaient les moments festifs qui donnaient l’occasion aux gens de se réunir dans les Monts d’Arrée d’hier? En fait, à entendre les anciens, ils n’étaient pas si nombreux, si l’on excepte les pardons, les mariages et la fin du battage. Il en était toutefois une, de nature singulière, qui résonne encore au beau milieu des vieilles pierres écroulées des hameaux: la réalisation comme l’entretien ponctuel d'une aire à battre était une des occasions de se rencontrer et de danser. En Bretagne occidentale, la fête de l'aire neuve -fest... [Lire la suite]

15 juillet 2017

Ode à la belle avoine, édredon et bouillie!

Céréale gracile et dégingandée, l’avoine est une longue dame blonde qui ondoie dans les champs sous le soleil doré de juillet. Consommée par l'homme depuis des milliers d'années, surtout sous forme de gruau ou de bouillie, elle connaît depuis quelques temps un regain d’intérêt. En effet, de nombreuses études ont démontré par exemple qu'une fibre particulière de l'avoine - le bêta-glucane - a des propriétés régulatrices de la glycémie et également du taux de cholestérol sanguin. Et l’avoine a mille autres vertus, c’est entendu. ... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2017

Marion du Faouët, la Compagnie de Finfond et des petits pains fourrés aux légumes et aux herbes

La bourse ou la vie ? La vie de Marion du Faouët, dépassant le banal fait-divers historique, est follement romantique au cœur d’une Bretagne obscure dans un siècle qui n’apporte pas les Lumières à tout le monde. En ce début de XVIIIème siècle, la Bretagne connait des crises importantes de mortalité. La misère marque de son empreinte les populations exsangues. Stéphane Perréon dans « L’armée en Bretagne au XVIIIème siècle » cite l’exemple de la région de Landerneau où 89 % des hommes qui tirent au sort pour entrer dans les milices... [Lire la suite]
05 juillet 2017

Un goéland, la liberté et des aubergines rôties aux tomates et aux herbes fraîches

"En honorant ceux qui ont refusé de se plier à la fatalité de la volonté exterminatrice de l'idéologie nazie, la médaille des Justes contribue à rétablir l'Histoire dans sa vérité." Et parmi les récipiendaires de cette médaille des Justes qu’évoque Simone Veil, inhumée aujourd’hui au Panthéon, on compte une belle âme, brillante et discrète, Yvonne Hagnauer dite Goéland, pédagogue et résistante. Née Even en 1898 à Paris, Yvonne était d'origine bretonne mais on ignore à peu près tout de sa famille et de sa jeunesse. A l’aube du... [Lire la suite]
27 juin 2017

La flibuste, les Caraïbes, Anne Dieu-Le-Veut et les boulettes de porc au curry, à l'ananas, à la banane et aux arachides

Quelques dates, quelques lieux, quelques noms… On sait bien peu de choses d’Anne Dieu-Le-Veut dont jusqu’au nom est sujet à caution. Ce qu’on sait en revanche, c’est qu’elle ne s’en laissait pas compter. Et qu’elle a, çà et là, laissé un souvenir cuisant à ceux dont elle a croisé la route, sur terre comme en mer. Anne, Marie-Anne ou Marianne, elle voit le jour à Gourin, dans le Morbihan, le 26 août 1661: c’est donc une authentique Bretonne qui va embrasser quelques décennies après le monde de la flibuste. On ne sait de rien de sa... [Lire la suite]
13 juin 2017

Alliance franco-ottomane, Ambroise Paré, gouren et épaule de chevreau confite aux légumes et épices du soleil

A la suite d’un considérable embrouillamini qui, pour faire court, opposa François Ier et Soliman II le Magnifique à Charles Quint et Henry VIII, la Couronne de France dépêcha sur la côte nord du Léon menacée par les Anglois, trois jeunes Lieutenants, dont Monsieur de Rohan, et dans son sillage Ambroise Paré, habile et génial chirurgien, qui fit une relation circonstanciée de cette épopée en terre bretonne. Après avoir défait la flotte de la perfide Albion sans coup férir en 1543, les lieutenants du roi, jouant la carte de la... [Lire la suite]

04 juin 2017

Récit de voyage et partage: saucisse au porc, citron, olive, tomates séchées et courgettes

De quoi est fait un récit de voyage? De tout. D’histoire, de géographie, de sociologie, de mythes, de légendes, de culture, de peinture, de rêves. C’est en ce sens que ce type de récit est aussi polyphonique: des voix diverses interfèrent, celles de personnes rencontrées dans  des lieux propres au voyage, tels les auberges, les diligences, les bateaux. Dans la diligence qui le mène à Constantine, Flaubert note : «La voiture craque et gargouille comme un ventre trop plein. Ces animaux, derrière moi, puent et gueulent; le... [Lire la suite]
01 mai 2017

Beltane, Arbre de Mai, muguet et tourte aux légumes et aux herbes de printemps

Dans la roue de l’année, Beltane est situé à l’exact opposé de Samhain. Si Samhain célèbre l’entrée dans l’hiver et les jours sombres, Beltane symbolise le renouveau, l’année neuve et l’entrée dans les beaux jours, quand les activités diurnes reprennent : agriculture, chasse, et pour les guerriers, conquêtes. La boucle étant bouclée, le cycle recommence et on entre dans la période active de l’année, après le repos de l’hiver. Beltane (ou Beltain, Beltaine…) est associé à l’élément feu, qui figure même dans son nom, qui signifie... [Lire la suite]
20 mars 2017

V'là l'printemps! camembert rôti à l'ail triquètre aux pommes de terre nouvelles!

Au printemps, c'est dans les bois nus Qu'un jour nous nous sommes connus. Les bourgeons poussaient vapeur verte. L'amour fut une découverte. Grâce aux lilas, grâce aux muguets, De rêveurs nous devînmes gais. Sous la glycine et le cytise, Tous deux seuls, que faut-il qu'on dise ? Nous n'aurions rien dit, réséda, Sans ton parfum qui nous aida. Charles Cros L'arrivée, même éminemment symbolique, du printemps illumine les jardins, les talus et les sous-bois, enchante... [Lire la suite]
22 février 2017

Courge farcie au blé noir, au chèvre, au lard fumé et au poireau pour une veillée contée

« Après le dîner, le ventre tendu comme un tambourin, repu comme pataud, il [Robin Chevet] jasait volontiers, le dos tourné vers le feu, en écorçant du chanvre avec beaucoup de soin ou en arrangeant ses bottes selon la mode en cours... ; il chantait de façon très mélodieuse et selon les règles du savoir vivre quelque chanson nouvelle ; Joanne, sa femme, qui filait de l’autre côté, lui répondait de même. Le reste de la famille œuvrait, chacun à sa tâche : les uns réparaient les courroies de leurs fléaux, les autres fabriquaient... [Lire la suite]