22 mai 2016

De la saucisse dodue aux parfums des Mascareignes!

Les termes « saucisse » et « saucisson » sont dérivés du vieux français sausiche venant du latin salsus signifiant « salé ». Tout comme le pain, les galettes, les pâtés ou les boulettes, la saucisse est un mode de préparation et de transformation de la viande très ancien. Homère en parlait déjà dans l’Odyssée, et Cicéron s’en fait également l’écho. Il est probable qu'elle fut inventée dans une optique de préservation ou de commodité de transport de la viande, tel qu'en fut son usage dans l'Antiquité, ou simplement d'un principe... [Lire la suite]

22 mai 2016

Xtrem Race, cow-boy attitude et tourte de porc aux asperges, à la pistache et à la sauge

Une belle compétition a réuni aujourd’hui à Randoloisirs la fine fleur des cavaliers des Monts d'Arrée et d'ailleurs. Jeunes et moins jeunes cavaliers ont mené les patientes montures à l'assaut d'une série d'obstacles improbables: gigantesque animal orange façon Jeff Koons, troupeau d'ânes narquois, drapeaux claquants, bouée, douves, cloche... Rien n’aura été épargné à Penkalet, Chouchik ou Feulook sous l'œil admiratif des amateurs éclairés, les hourras des aficionados déchaînés et le regard perplexe des néophytes... [Lire la suite]
22 avril 2016

Un pesto de petits pois pour Constance. Et un plat de pâtes tout vert pour le Salon du Livre des Contes et Légendes de Botmeur

C’est la belle histoire d’une petite énigme empoussiérée, d’un modeste trésor qui s’ignorait, oublié dans une soupente lannionaise… Qu’est-ce qui a poussé Constance Le Merer (1857-1945) à collecter si discrètement et à coucher de sa plume appliquée à l’encre violette  dans des petits carnets plus de cinq cents chants bretons en cette fin de XIXème siècle ? Mystère et boule de gomme ! En 2012, cette trentaine de carnets qui roupillaient paisiblement depuis plus de 70 ans se trouvent soudain exposés en pleine lumière... [Lire la suite]
21 avril 2016

Laouen Vraz: une Chèvre Folle, une Chose rôtie aux graines de courge, pistaches, figues, marjolaine et miel... Un grain de folie

« Castel-linn [Châteaulin] a son fleuve et la haute montagne… Hanvec a le Crannou, forêt lugubre et sombre… Saint-Renan a les blés ; Sizun a les abeilles… Mais Saint-Pol-de-Léon a pour lui le Kreïsker. » (Auguste Brizeux, Kreisker) Il y a un petit grain de folie douce qui essaime à Hanvec, un petit vent impertinent qui souffle à Kervel… Le petit troupeau de chèvres de races alpines et saaneens  d’Emmanuelle paît en paix entre les crêtes des monts d’Arrée et la lisière de la très belle forêt du Cranou. On est ici... [Lire la suite]
12 avril 2016

Meatloaf des Monts d'Arrée: porc blanc de l'Ouest, citron, romarin et pistache!

Meatloaf à l’américaine ou polpettone à la sicilienne, on choisira le nom que l’on souhaite pour désigner ce joli plat convivial et parfumé, pourvu qu’on laisse de côté l’expression française « pain de viande » d’une effrayante laideur et qui couperait l’appétit à Gargantua… Donc, cet assemblage parfumé et rôti, diablement délicieux et génialement économique, qui cuit lentement en totale autonomie à four doux, satisfait des hordes de randonneurs, pédestres comme équestres, à l’issue d’une harassante journée, se... [Lire la suite]
31 mars 2016

Un tagine à quoi? La langue au chat? Langue de boeuf, oignons, citron confit et coriandre

Qu’est-ce qui est délicieux, économique et injustement oublié, relégué aux oubliettes de la cuisine d’avant-hier ? La langue au chat ? C’est cela ! Enfin presque. On l’a sur le bout de la langue ? Mieux vaut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de formuler sa réponse… Et pour délier les langues, lorgner du côté des bas morceaux… car c’est dans cette catégorie qu’on classe la langue, ici une belle langue de bœuf Black Angus, une langue qui a contribué à brouter les langues –euh… les landes ! ma... [Lire la suite]

29 mars 2016

Un far au blé noir, lait ribot, ortie, lard fumé, pommes et oignons. Comme un clafoutis pour les fées.

«Lorsqu’on arrive au cœur du Yeun, on se trouve devant une plaque verdâtre, d’un abord dangereux et de mine traîtresse, dont les gens du pays prétendent qu’on n’a jamais pu sonder la profondeur. C’est la porte des ténèbres, le vestibule sinistre de l’inconnu, le trou béant par lequel on précipite les « conjurés ». Cette flaque est appelée le Youdig (la petite bouillie) : parfois son eau se met à bouillir. Malheur à qui s’y pencherait à cet instant : il serait saisi, entraîné, englouti par les puissances invisibles. » (Anatole Le... [Lire la suite]
27 mars 2016

Burger pascal à l'agneau, au romarin, aux figues, aux légumes, à la mozzarella: parce que le printemps, ça se décide! Non mais!

Le beau temps boude les Monts d’Arrée à l’occasion des fêtes de Pâques ? Deux coups de vent consécutifs s’invitent au fil de ce long week-end ? Les chaises et les potées fleuries volent sur les terrasses ? Pluie et bourrasque balaient les pâtures ? Le Gouezou fait de la résistance et convoque le soleil sans ménagement et les parfums du sud sans échappatoire : chaleur, douceur et parfums irradient dans ce burger optimiste : petits pains figues et romarin, haché agneau et petits légumes, mozzarella au... [Lire la suite]
19 mars 2016

Courge farcie à l'agneau, aubergines et épices, pour "Le pâtre de la nuit" d'Anatole Le Braz

On célèbre demain les quatre-vingt-dix ans de la disparition d’Anatole Le Braz, professeur de lettres, écrivain et collecteur d’un pan de la culture bretonne. Cet universitaire humaniste, figure emblématique de la littérature bretonne, est l’auteur, en 1893, de « Légende de la mort en Basse-Bretagne », son peuple immense des âmes en peine -l’Anaon-, l’ouvrier de la mort -l’Ankou- et les pauvres mortels qui composent avec cette cosmogonie particulière. On doit à ce poète des portraits sensibles et des clichés... [Lire la suite]
16 mars 2016

Clafoutis Penn Ar Bed ortie, épinard, roquette, saucisse de Molène et chèvre. Et relire le Barzaz Breizh.

C’est tout un symbole qui est mis en vente dans une agence immobilière parisienne : Keransquer, la belle maison bourgeoise cossue qu’occupa pendant un demi-siècle Théodore Hersart de la Villemarqué, quitte le giron familial pour un nouveau destin. Une page de la jeune histoire littéraire bretonne se tourne donc, une occasion aussi d’évoquer le travail remarquable que réalisa en son temps ce jeune aristocrate du sud Finistère qui consolida sa connaissance du breton avant d’arpenter les campagnes cornouaillaises afin de... [Lire la suite]