Condiments, chutneys, compotées, ...
28 juin 2017

La ricotta rôtie des Monts d'Arrée pour ceux qui y passent du temps...

« Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas » affirmait Oscar Wilde, et, en effet, même les mondes que survolent les dragons sortis des pipes d'opium ne valent pas les chimères produites par la géographie de l'imaginaire. Oui, il y a encore une géographie de traverse pour peu qu'on lise les cartes, que l'on accepte le détour et force les passages… notamment dans les Monts d’Arrée rêvés ou rigolés. Les hommes ont utilisé des cartes depuis la plus lointaine antiquité, et le faisaient déjà... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2017

Pesto de feuilles de moutarde: la moutarde nous monte au nez!

Alors que le thermomètre entame une chute vertigineuse, la température électorale monte résolument. On se croirait dans la cuisine de quelques Chefs, un soir de coup de feu : ça bouge, ça gigote, ça s’entrechoque, le ton et la mayonnaise montent. Le spectacle de cette comédie est singulier. On tente d’attirer les électeurs comme autant de moutons –chez moi, l’herbe sera plus verte !- et de les gaver comme des oies de promesses alléchantes –chez moi, c’est buffet à volonté !-. On saupoudre les engagements de zestes... [Lire la suite]
22 mars 2017

Gomasio ou le Sel de la Terre

« Le Philosophe raconte, en mouvent la question pour quoy c'est que l'eaue de la mer est salée, que, au temps que Phébus bailla le gouvernement de son chariot lucifique à son filz Phaéton, ledict Phaéton, mal apris en l'art et ne sçavant ensuyvre la line écliptique entre les deux tropiques de la sphère du soleil, varia de son chemin et tant approchaz de la terre qu'il mist à sec toutes les contrées subjacentes, bruslant une grande partie du ciel que les Philosophes appellent Via lactea et les lifrelofres nomment le chemin... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 janvier 2017

Huile d'olive parfumée à la clémentine et aux baies de passion: arômes et parfums emprisonnés!

  La clémentine serait le fruit d’une heureuse sérendipité, le résultat d’un bienheureux concours de circonstances, comme la découverte des Amériques, de la tarte Tatin ou de la pénicilline. Tout a commencé en Algérie, près d'Oran, à l'orphelinat de Misserghim des Pères du Saint-Esprit. Le Révérend Père Clément, directeur des pépinières de l'orphelinat, aurait réalisé vers 1900/1902 un semis de pépins dans le but d'obtenir des mandariniers. Un arbre se distingua parmi les plants obtenus. Isolé par le père Clément, il donna des... [Lire la suite]
16 novembre 2016

Dictées et petits sablés blé noir et chèvre: de bons moments à partager!

Exhumer des manuels de dictées, c'est parler de ce que nous sommes, d'où nous venons et peut-être où nous allons. C'est aussi découvrir quelques pépites littéraires, dictées loufoques, désuètes, drôles même, ou simplement magnifiques. Les lire évoque l'enfance. Le tableau, la tache d'encre, l'angoisse du doublement de consonne ou de l'accord du participe passé, la crainte de la bulle et du redoublement: l'adulte y pense avec émotion et regret, et, même s'il a été un cancre, il en est fier. Les faire, c'est se frotter à la langue... [Lire la suite]
25 octobre 2016

Confit de tomates rôties à l'huile d'olive, à la sauge, au romarin et à la sarriette: été emprisonné!

  La tomate est le premier fruit produit dans le monde et le deuxième légume le plus consommé, juste derrière la pomme de terre. Elle est loin l’époque de son arrivée en Europe au XVIème siècle où la tomate, encore parée d’une robe couleur or, était considérée comme un ornement voire un aphrodisiaque un peu magique. Elle pâtissait alors de la réputation sulfureuse de ses proches cousines de la famille des Solanacées : la mandragore ou la belladone. Le nom de "tomate" est une déformation du mot inca tomalt car ce fruit... [Lire la suite]

07 août 2016

Pesto jovial et éphémère: courgette, sauge et chèvre

Gourmandise génoise joviale, le pesto chlorophyllé se prête à toutes les variations iconoclastes. Un dictionnaire génois-italien, de la fin du XIXe siècle, donne une définition du pesto, sensiblement la même qu'aujourd'hui. En dialecte génois, pesto se prononce « péstou » (participe passé du verbe génois pestâ, piler), le « o » se prononçant comme le « ou » français et cela a donné en Provence par transmission orale « pistou ». « Pesto : (traduit du génois) terme qui n'a pas d'équivalent précis en italien, est une sorte de sauce ou... [Lire la suite]
20 juillet 2016

Temps Fête à Douarnenez et falafels de petits pois et fèves à la taverne du Cachalot Assoiffé !

  Le temps est à la fête à Douarnenez qui prend le relais à peine la rade de Brest a vu s’égayer dans le goulet la flottille bigarrée comme une nuée d’écoliers après la sonnerie de la fin de l’école… Le Port du Rosmeur qui a accueilli cette myriade turbulente, colorée et hétéroclite de  papillons de mer célèbre cette année les trente ans de cette aventure maritime estivale. On y rêve cette année du Siècle des Lumières, on embarque des yeux ou vraiment sur la flottille du XVIIIème, au travers des histoires des... [Lire la suite]
20 juin 2016

Passe-moi la rhubarbe, je te passerai l’angélique: petite compote de rhubarbe et d'angélique

    En dépit d’une présence remarquée dans les tartes, les crumbles et les confitures, la rhubarbe n’est pas un fruit mais un pétiole qui a réussi. Ce végétal bien planté, originaire d’Asie, est une plante rustique et vivace, odorante, imposante, elle peut atteindre jusqu'à 3 mètres de haut et ses feuilles larges, lobées, dentées, ondulées 75 centimètres de large. Majestueuse, décorative, elle peut être cultivée comme plante ornementale. Attention toutefois, ses feuilles très riches en acide oxalique sont assez... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juin 2016

Un authentique petit coeur de beurre: beurre de framboise au poivre timut

  « Une sorte de banalité nationale a supplanté une originalité obstinée. Y compris à table. Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es. C’est pourquoi je fais une relative fixation sur le beurre. (…) Avant, chaque ferme avait un beurre particulier, par le goût, la couleur. Il était blanc l’hiver, très coloré aux beaux jours, quand l’herbe riche enrichit le lait. Il est devenu uniforme, et le beurre « de ferme » est devenu une denrée rare et chère, les initiés s’en procurent encore par petites quantités... [Lire la suite]