23 août 2017

Pique-nique et tartare fleuri et fruité: tomates ananas, mangue, fleurs fraîches et sauce mangue passion...

 Tous devaient l'un à l'autre une nudité tendre De ciel et d'eau d'air et de sable Tous oubliaient leur apparence Et qu'ils s'étaient promis de ne rien voir qu'eux-mêmes. (La plage, Eluard) Il est encore temps de profiter des plages blondes, des eaux turquoises et des pique-nique plein de fraîcheur dans la touffeur de cette fin d’été. Du soleil dans cet assaisonnement fruité, parfumé et acidulé: réduction de jus d'orange, de passion et de mangue, une touche d'huile d'olive, un voile de fleur de sel de Guérande. ... [Lire la suite]

21 août 2017

Coques aux cocos. Parce que c'est rigolo...

 Avec l’arrivée des Cocos de Paimpol sur les étals, se profilent la fin de l’été et la faim des haricots… Avec son nom rigolo qui sonne comme une blague de cour d’école maternelle –le comique de répétition s’y épanouit joyeusement-, le coco paimpolais est une légumineuse tout à fait délicieuse, saisonnière et éphémère. Pour l’apprécier à sa juste mesure, foin de complications, le choix de la simplicité s’impose comme une évidence tranquille. On peut le faire rencontrer, au creux d’une cocotte, une foule de compagnons d’armor... [Lire la suite]
19 août 2017

Un far-forn far-amineux aux pommes rôties et girofle, entre far-west et far-niente!

Alors que d'aucuns quittent à regret notre far-west et que de nouveaux hôtes s'installent au Gouezou en mode far-niente, on sert en terrasse un far-forn far-amineux aux pommes caramélisées parfumées à la girofle. Pendant ce temps, l'été far-aud suit son cours alors que les far-fadets un peu far-felus et far-ceurs far-fouillent les landes d’Arrée à la recherche de far-iboule dans une far-andole baroque... Pour une grande case à far ou 6 à 8 plats individuels: 250 gr de farine 175 gr de sucre 4 oeufs du poulailler 1/2 litre de... [Lire la suite]
15 août 2017

Tartare de tomates anciennes, citron confit et saumon sauvage de l'Elorn: tout un poème !

La rue  s'est remplie de tomates midi, été, la lumière se coupe en deux moitiés de tomate, dans les rues le jus coule. En décembre la tomate se déchaîne, envahit les cuisines, s'introduit dans les repas s'assied calmement sur les buffets, parmi les verres, les beurriers, les salières bleues. Elle a une lumière propre, une majesté bénigne. Nous devons, par malheur, l'assassiner : le couteau plonge dans sa pulpe vivante, c'est un rouge viscère, un soleil ... [Lire la suite]
09 août 2017

Monts d'Arrée, terre de superlatifs: ratatouille en gelée de pioka sur les berges mystérieuses du plus grand lac de Bretagne

Les monts d’Arrée sont -en toute modestie bien entendu- une terre de superlatifs. Au pied du toit de ce monde –c’est-à-dire le Mont Saint-Michel-de-Brasparts et son point culminant de la Bretagne, clocher inclus-, se trouve le plus grand lac de Bretagne, le lac Saint-Michel. C’est un espace d’Histoire… Pourtant très étendu, le lac Saint-Michel n'a recouvert aucun village, aucune habitation. Ici, le paysage était identique à celui alentour, composé de landes et de tourbières. Elles ont eu leur utilité pendant la guerre de 14-18.... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 août 2017

Tranches de dragon (ou de paleron) confit au kari Gosse, à la tomate ananas et à la cannelle pour sauroctones affamés

Il y a bien longtemps –et je parle d’un temps que les parents des grands-parents de vos arrière grands parents n’ont jamais connu- vivait sur un ruban de terre à peine détaché du continent un dragon absolument effrayant. Il était évidemment d’une taille défiant l’entendement, couvert d’écailles luisantes et ensorcelées d’un très joli vert de gris, hérissé d’une crête glaçante et tranchante comme un rasoir. Sa queue aux pointes acérées et empoisonnées fouettait l’air dans un sifflement strident, son regard brûlant flamboyait et de sa... [Lire la suite]

31 juillet 2017

Pardon de Loc-Ildut, broderies de soie, de pierre et de bois. Macreuse confite aux oignons rosés de Roscoff caramélisés...

Le pardon de Loc-Ildut (ou Log-Ildut) en Sizun existe certainement depuis des siècles. En 1661, nous savons qu’il avait lieu le dernier dimanche de mai. En 1838, il se tenait le jour de la Fête-Dieu. Interrompu à partir de la Première Guerre mondiale, il renaît très modestement en 1932, à l’initiative des voisins qui se sont mobilisés pour empêcher le démantèlement de la chapelle. Le pardon se limite alors à une modeste messe célébrée le troisième dimanche d’août assez confidentielle car n’attirant guère que les riverains. La... [Lire la suite]
30 juillet 2017

Des vacances en Bretagne authentiques, économiques et maritimes. Et du foie de veau au chouchen, à la sauge et aux cèpes

  Pourquoi diable tourner le dos aux cigales et au pastaga et mettre le cap avec une fidélité qui ne se dément pas sur la gare Montparnasse puis la Bretagne ? Depuis l’émergence des stations balnéaires en Bretagne, les discours intemporels mettent en avant l’absence des promoteurs, la maritimité, un tourisme modeste, la vie peu chère et l’authenticité. La station balnéaire bretonne est l’héritage complexe de deux siècles d’histoire. Faute d’action forte des promoteurs, les images touristiques, qui sont le produit d’une... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 juillet 2017

Rénovation des aires à battre, danses bretonnes et courges farcies à la saucisse de Molène

Quels étaient les moments festifs qui donnaient l’occasion aux gens de se réunir dans les Monts d’Arrée d’hier? En fait, à entendre les anciens, ils n’étaient pas si nombreux, si l’on excepte les pardons, les mariages et la fin du battage. Il en était toutefois une, de nature singulière, qui résonne encore au beau milieu des vieilles pierres écroulées des hameaux: la réalisation comme l’entretien ponctuel d'une aire à battre était une des occasions de se rencontrer et de danser. En Bretagne occidentale, la fête de l'aire neuve -fest... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Gai! Gai! Marions-nous au Gouezou! Pour une soupe au lait potache...

Gai ! Gai ! Marions-nous ! Quand un jeune homme ou une jeune fille d’un hameau des Monts d’Arrée -et particulièrement du Gouezou- s’apprêtait à convoler en justes noces au mitan du XXème siècle, chaque foyer voisin –jusqu’aux hameaux environnants- était représenté par un membre de la famille qui, comme tous les autres invités, assistait à la cérémonie le matin puis au déjeuner et au dîner servis en plein air ou dans un restaurant. Il n’était donc pas rare qu’entre cent et deux cents convives assistent au mariage. Entre les deux... [Lire la suite]