16 septembre 2017

Immensité de l'aube, Arrée et panna cotta noisettes torréfiées aux pommes confites

Dans son anthologie littéraire La Bretagne (1828), Anatole Le Braz explique que cette terre n’est pas seulement maritime, mais qu’elle est aussi montagneuse. Si, si. « Montagnes ? Le titre paraîtra sans doute prétentieux, appliqué à des hauteurs dont la plus considérable –celle du Menez Mikel, entre Braspartz et Sizun- n’atteint pas quatre cents mètres. » Aux mots d’Anatole Le Braz pour qui « aux premiers âges du monde l’alpe bretonne ne le cédait à aucune autre pour l’audace des proportions ni pour la... [Lire la suite]

05 septembre 2017

Matin des Arbres, moelleux noisettes et fruits des bois.

Malmenée par les hommes, dévorée par les villes, grignotée par les champs, la forêt développe une force tranquille, une résistance languide. Quand on progresse dans la vieille forêt, quand on écrase sous ses bottes des branchages, des brindilles et des feuilles perdues par les arbres, les chênes centenaires, les hêtres longilignes, quand on a le visage caressé ou battu par les mousses ruisselantes, on se trouve dans un univers intermédiaire, dans quelque chose où tout existe fortement, où rien n’est illusion, mais, en même temps, on... [Lire la suite]
05 septembre 2017

Jouer avec la poire. Confiture de poire au girofle de Virginie

La poire, séductrice pulpeuse, fondante et parfumée, manipule subtilement son petit monde et, mutine, s’invite avec esprit au cœur des aphorismes, donc de notre quotidien. Lorsque l’on est prudent, on garde une poire pour la soif, alors qu’on est profondément gentil et naïf, on est une bonne poire. Par ailleurs, entre la poire et le fromage, au dessert, à la fin du repas, s’ouvre un moment de liberté où l’on parle franchement mais quand la poire n'est pas mûre, c’est qu’une opportunité se fait attendre. Enfin, quand on fait sa... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 août 2017

La pomme, fruit universel. Crème glacée aux pommes caramélisées...

La pomme a longtemps été considérée comme un fruit vulgaire et populaire : on la croque bruyamment, on la mâche énergiquement et elle coupe la faim durablement alors que la poire, sensuelle, tendre et fragile, qu’on garde pour la soif comme chacun sait, fond en bouche avec élégance… Tandis qu’on glisse une pomme voyageuse négligemment dans sa poche, qu’on la lustre sur sa manche et qu’on la croque sans vergogne ni façon au fil d’une balade dans un chemin creux, on pèle à table la poire fondante avec des précautions d’orfèvre et... [Lire la suite]
23 août 2017

Pique-nique et tartare fleuri et fruité: tomates ananas, mangue, fleurs fraîches et sauce mangue passion...

 Tous devaient l'un à l'autre une nudité tendre De ciel et d'eau d'air et de sable Tous oubliaient leur apparence Et qu'ils s'étaient promis de ne rien voir qu'eux-mêmes. (La plage, Eluard) Il est encore temps de profiter des plages blondes, des eaux turquoises et des pique-nique plein de fraîcheur dans la touffeur de cette fin d’été. Du soleil dans cet assaisonnement fruité, parfumé et acidulé: réduction de jus d'orange, de passion et de mangue, une touche d'huile d'olive, un voile de fleur de sel de Guérande. ... [Lire la suite]
21 août 2017

Coques aux cocos. Parce que c'est rigolo...

 Avec l’arrivée des Cocos de Paimpol sur les étals, se profilent la fin de l’été et la faim des haricots… Avec son nom rigolo qui sonne comme une blague de cour d’école maternelle –le comique de répétition s’y épanouit joyeusement-, le coco paimpolais est une légumineuse tout à fait délicieuse, saisonnière et éphémère. Pour l’apprécier à sa juste mesure, foin de complications, le choix de la simplicité s’impose comme une évidence tranquille. On peut le faire rencontrer, au creux d’une cocotte, une foule de compagnons d’armor... [Lire la suite]

19 août 2017

Un far-forn far-amineux aux pommes rôties et girofle, entre far-west et far-niente!

Alors que d'aucuns quittent à regret notre far-west et que de nouveaux hôtes s'installent au Gouezou en mode far-niente, on sert en terrasse un far-forn far-amineux aux pommes caramélisées parfumées à la girofle. Pendant ce temps, l'été far-aud suit son cours alors que les far-fadets un peu far-felus et far-ceurs far-fouillent les landes d’Arrée à la recherche de far-iboule dans une far-andole baroque... Pour une grande case à far ou 6 à 8 plats individuels: 250 gr de farine 175 gr de sucre 4 oeufs du poulailler 1/2 litre de... [Lire la suite]
15 août 2017

Tartare de tomates anciennes, citron confit et saumon sauvage de l'Elorn: tout un poème !

La rue  s'est remplie de tomates midi, été, la lumière se coupe en deux moitiés de tomate, dans les rues le jus coule. En décembre la tomate se déchaîne, envahit les cuisines, s'introduit dans les repas s'assied calmement sur les buffets, parmi les verres, les beurriers, les salières bleues. Elle a une lumière propre, une majesté bénigne. Nous devons, par malheur, l'assassiner : le couteau plonge dans sa pulpe vivante, c'est un rouge viscère, un soleil ... [Lire la suite]
09 août 2017

Monts d'Arrée, terre de superlatifs: ratatouille en gelée de pioka sur les berges mystérieuses du plus grand lac de Bretagne

Les monts d’Arrée sont -en toute modestie bien entendu- une terre de superlatifs. Au pied du toit de ce monde –c’est-à-dire le Mont Saint-Michel-de-Brasparts et son point culminant de la Bretagne, clocher inclus-, se trouve le plus grand lac de Bretagne, le lac Saint-Michel. C’est un espace d’Histoire… Pourtant très étendu, le lac Saint-Michel n'a recouvert aucun village, aucune habitation. Ici, le paysage était identique à celui alentour, composé de landes et de tourbières. Elles ont eu leur utilité pendant la guerre de 14-18.... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 12:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 août 2017

Tranches de dragon (ou de paleron) confit au kari Gosse, à la tomate ananas et à la cannelle pour sauroctones affamés

Il y a bien longtemps –et je parle d’un temps que les parents des grands-parents de vos arrière grands parents n’ont jamais connu- vivait sur un ruban de terre à peine détaché du continent un dragon absolument effrayant. Il était évidemment d’une taille défiant l’entendement, couvert d’écailles luisantes et ensorcelées d’un très joli vert de gris, hérissé d’une crête glaçante et tranchante comme un rasoir. Sa queue aux pointes acérées et empoisonnées fouettait l’air dans un sifflement strident, son regard brûlant flamboyait et de sa... [Lire la suite]