13 avril 2018

Un fils de jardinier, une fille de roi, trois poils de la barbe d'or du diable et une omelette soufflée à l'ail des ours

Kement-man oa d’ann amzer Ma ho devoa dennt ar ier. Ceci se passait du temps Où les poules avaient des dents… Un bien sage, vieux et fécond jardinier servait un puissant roi de l’Arrée qui aimait beaucoup à s’entretenir avec lui des choses du monde et de la vie. Le roi lui dit un jour : - Tu sembles bien sombre, mon fidèle jardinier. Pourtant, je viens d’apprendre que ta femme attend à nouveau un enfant ! - Oui, sire, et je serai bientôt père pour la septième fois, car, comme vous le savez, j’ai déjà six fils qui font mon... [Lire la suite]

10 avril 2018

Théodore Botrel et Frédéric Le Guyader, explorateurs, et un gratin de pâtes à la butternut rôtie, à la sauge et au chèvre affiné

« Quittant ses genêts et sa lande Quand le Breton se fait marin Pour aller aux pêches d'Islande Voici quel est le doux refrain Que le pauvre gars Fredonne tout bas : « J'aime Paimpol et sa falaise Son église et son Grand Pardon J'aime surtout la Paimpolaise Qui m'attend au pays breton » » On savait que Ponson du Terrail prenait des libertés avec les sciences naturelles (on se souvient avec gourmandise de son inénarrable : « Sa main était aussi froide que celle d'un serpent ») mais il faut bien reconnaître que Théodore... [Lire la suite]
09 avril 2018

Un poète truculent, des monts d'Arrée gourmands et une joue de boeuf confite au caramel de cidre

Si les collecteurs de contes ont fiévreusement,  dès le XIXème siècle, arpenté les landes de l’Arrée pour capturer dans leurs filets à papillons littéraires les histoires de géants, de fées et de korrigans, d’autres artistes sensibles ont aussi fureté, le nez au vent, sur les sentiers de cette étrange montagne usée et à travers les villages austères couverts d’ardoise anthracite. Parmi les plumes oubliées, celle de Frédéric Le Guyader  résonne joliment dans cette garrigue septentrionale . "Sans médire d'aucun district,... [Lire la suite]
30 mars 2018

Hot dog des monts d'Arrée: saucisses de boeuf Black Angus, compote d'oignons rosés de Roscoff et ketchup de butternut.

Plusieurs versions de l'histoire de la création du hot dog existent, dont la plupart ne sont que d’aimables récits et d’anecdotiques légendes. Quoiqu’il en soit, au commencement était la saucisse… dont Babyloniens et Chinois se régalaient déjà plus de 1500 ans avant JC et dont Homère fait mention dans "L’Odyssée". Excusez du peu. Puis, le temps s’égrenant, les premiers migrants allemands débarquèrent aux Etats-Unis au XIXème siècle… et dans leurs malles, la Frankfurter, une saucisse surnommée « dog » pour ironiser sur l'origine... [Lire la suite]
28 mars 2018

La fée électricité, la machine à laver, les lavandières de la nuit et un koresh d'agneau au yuzu et aux asperges vertes

Mais je vous parle d’un temps où tout allait moins vite… Aussi peu probable que cela puisse paraître, c’est en 1942, en plein milieu de la tourmente mondiale que la fée électricité, fabuleuse révolution technologique, fit son apparition au Gouezou alors couvert d’un épais manteau de neige. Cet hiver-là, les maisons du hameau furent donc câblées et alimentées en électricité, non pas grâce aux travaux d’EDF qui avait d’autres chats à fouetter en ces temps troublés mais à l’ingéniosité d’un astucieux électricien de Sizun, Jean Quéré. ... [Lire la suite]
27 mars 2018

La mousse elfique des fées du Yeun Elez au cassis. Et de la tourbe, un Géant et une sorcière

Il est de notoriété publique que les portes de l’Enfer, un enfer aussi glaçant que glacé puisque le diable y succombât, sont situées au fond du lac Saint-Michel dans les Monts d’Arrée. Lors de la mise en eau de ce réservoir artificiel furent englouties des terres particulières, landes et tourbières, dont l’origine était pour partie naturelle et pour partie anthropique en raison du pastoralisme. Les tourbières du Yeun Elez ne voient en effet pousser que des plantes particulières : sphaignes, molinies, myrte des marais, osmonde... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2018

Un petit coeur coulant au citron pour le coeur brisé du Pilhaouer de Loquefret

La tradition orale à travers les gwerz ou les contes maintient la mémoire de nombreux petits métiers comme celui des chiffonniers, connus sous le nom de «pilhaouerien». Leur activité fut importante en Basse-Bretagne jusqu'à la Seconde guerre mondiale. Tous ces personnages de chants, de complaintes et de contes populaires furent le symbole de la misère du pays, engendrée par la rudesse du climat, la pauvreté des terres, conjuguées aux effets de la croissance démographique. Au cours du XIXème siècle, les paysans bretons les plus... [Lire la suite]
25 mars 2018

Encore un coup des poulpiks! Rond de gite parfumé aux épices douces et sa petite sauce aigre-douce aux cassis

Ce matin, au petit jour, il manquait quelque chose au Gouezou. Oh ! pas grand-chose. Un tout petit rien au fond. Un éclat de temps était manquant. Bien sûr, on vous dira que cette petite heure enfuie, évanouie dans la nuit, est le résultat d’une décision politique, administrative et réglementaire. Baliverne et billevesée ! Coquecigrue et ânerie ! Et le moins que puisse faire le Gouezou, c'est de vous dévoiler la vérité vraie en ce jour de la procrastination… Il était une fois, il y a bien longtemps… A cette époque, à l’aube des... [Lire la suite]
17 mars 2018

L'origine du lac Saint-Michel, un petit coq noir, un plat de pommes de terre rôties au jus de pomme et à la sauge

Savez-vous l’origine du lac Saint-Michel ? D’aucuns, savants moisis et clercs chafouins, vous diront que les marais et les tourbières du Yeun Elez ont été mis en eau entre 1929 et 1936 pour créer un lac artificiel de quatre cent cinquante hectares… Balivernes et sornettes. Fadaises et calembredaines. Je vais vous dire un conte aimable, Vous le croirez : il est croyable. Et il n’y a dedans rien de faux, Sinon peut être deux ou trois mots. Dans les temps anciens alors que les miracles étaient aussi courants que les baptêmes... [Lire la suite]
14 mars 2018

Le garçon qui savait tout, la fée sublime et la salade d'orange douce au citron bergamote et à la rose

Gwechall ' oa gwechall ha hirio zo un amzer all. Autrefois était autrefois, et aujourd'hui est un autre temps. Ecoutez et vous entendrez. C'est un conte extraordinaire cent fois plus vieux que père et mère mais il faut seller votre chien, si vous voulez comprendre bien… Un très pauvre paysan du Gouezou -c’est un malheureux pléonasme-, bienheureux père de trois garçons, avait dépensé le peu qu’il possédait pour envoyer à l’école du bourg l’aîné et le cadet, au point qu’il ne lui restait plus un sou pour y dépêcher le... [Lire la suite]