19 février 2018

Nouvel an chinois et Chien de Terre: bol renversé réunionnais

Adieu Coq de Feu ! Bienvenue au Chien de Terre ! Dans le calendrier chinois, le «gou», chien en chinois, est un animal honnête, audacieux, sincère, loyal, intelligent, brave mais surtout l'ami des êtres vivants. Combiné à la Terre, l'année s'annonce propice aux changements de vie, malgré quelques périodes plus difficiles… Avec les carnavals, danses de lion et de dragon, pétards et musique, on va donc remettre son année à la protection d'un animal de compagnie et d'un élément dit «cosmogonique» en Chine, bien sûr, mais aussi à... [Lire la suite]

18 février 2018

Des agneaux, des bergers, un loup et un renard... Et du poulet frit aux épices!

Ur wech e oa Hag ur wech ne oa ket Med ur wech e oa bepred Par un hiver très rigoureux qui voyait se fendre les cimes usées des Monts d’Arrée sous un ciel cobalt, compère loup affamé croisa le chemin de compère renard. La faim le tenaillant était telle qu’il n’était plus trop regardant sur le contenu de sa gamelle : ni une, ni deux, il coursa le renard dont il se serait bien volontiers mitonné une gibelotte. Le renard ne dut sa vie qu’à une vélocité dopée par le désir de vivre encore un peu, beaucoup, à la folie… L’hiver... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2018

Carême, quarante et courge farcie porc et sauge

Si demain tous les amoureux –qui comme chacun sait se bécotent sur les bancs publics- fêteront une Saint-Valentin devenue au fond une fête plus commerciale qu’autre chose, nous entrerons également dans un temps dont on a oublié autant le sens que le nom. Les 40 jours du Carême, quaresme en ancien français, traduction du latin quadragesima, qui veut dire «quarante», sonnent le décompte des jours qui nous conduisent jusqu’à Pâques et un printemps dont on se languit. Numéro atomique du Zirconium, le nombre 40 se retrouve partout... [Lire la suite]
12 février 2018

L'impudence du renard, la ruse de l'escargot et des petits flans à la butternut et au fromage de chèvre...

Un beau jour, traversant les landes du Yeun Elez à la recherche de quelque imprudent égaré, Vulpes Vulpes, Messire Renart, croisa le chemin de Elona quimperiana, l’Escargot de Quimper. - Ôte-toi de mon chemin, gluant gastéropode, lui dit-il, car il était aussi discourtois qu’arrogant. Je fais plus de route en un quart d’heure que toi en une année. - Peut-être, exaspérant goupil, rétorqua l’Escargot gardant son sang-froid sous l’affront; mais ne parle pas trop vite non plus ; retrouvons nous demain à l’aube, ici, à la tête de ce... [Lire la suite]
12 février 2018

Loup et poires, renard et poules. Une comptine de Braspartz, du poulet à la vanille au cerfeuil et au curcuma.

Ça se dit, ça se chante, ça se joue, ça se mime les comptines. Partout, à l'aube du troisième millénaire, dans l'intimité de son chez soi, dans les classes maternelles, à la crèche, à l'hôpital, sur un CD, en ligne. Ça saute aux oreilles et à la bouche, les comptines, ça vous poursuit de leurs assiduités depuis votre plus tendre enfance et ça ne vous lâche plus. Vous croyez les perdre, voyez comme elles rappliquent à la première grande occasion qui vous rappelle votre enfance, iconoclastes et impertinentes. Elles sont là,... [Lire la suite]
12 février 2018

Gratin de poireau et d'endive au lard fumé et au blé noir pour un chat bien rusé...

Ur wech e oa Hag ur wech ne oa ket Med ur wech e oa bepred… Il y avait donc une fois dans les arides montagnes d’Arrée une bonne femme qui tournait ses crêpes de blé noir dans l’âtre. Son chat qui voulait chiper le lardiguel pour en lécher le mélange de saindoux et de jaune d’œuf dont il était imprégné (et qui sert à graisser le bilig entre deux crêpes) se prit sans autre forme de procès un bon coup du plat du spanel (la spatule de bois) sur le nez. Outré, le matou se rebiffa et griffa la bonne dame qui appela son mari. Par... [Lire la suite]

08 février 2018

Des oignons, du miel, des amandes et de la cannelle: soupe à l'oignon très Renaissance

« J'ai soupé en humant l'odeur des soupiraux d'où s'exhalaient les fumets des viandes et des volailles rôties des bonnes cuisines bourgeoises de Charleroi. » (Arthur Rimbaud) Plat emblématique de la cuisine paysanne puis bourgeoise, la soupe s’est partagée sur les barricades d’hier et dans les ZAD d’aujourd’hui, et s’invite, simple et populaire, dans la rue et, sophistiquée et compassée, dans les fines agapes. C’est à partir du milieu du XVème siècle que la soupe désigne le plat que l’on connaît aujourd’hui (bouillon... [Lire la suite]
05 février 2018

Le roi des Monts d'Arrée, le berger du Gouezou et une fougasse au blé noir, au jus de pomme, au lard fumé et fromage de brebis

Nous aimons utiliser notre intelligence et, souvent, la joie de remporter un défi de l'esprit vaut plus que n'importe quelle récompense matérielle. Mais faire d'une pierre deux coups, c’est encore mieux. Il était une fois, -il y a tellement longtemps qu’à cette époque les dragons folâtraient près du Youdig qui n’était pas encore la porte des Enfers-, un bon roi qui n’avait point de descendance. Les jours succédaient aux jours, les saisons aux saisons, les années aux années : au crépuscule de sa vie, s’imposa à lui le besoin... [Lire la suite]
31 janvier 2018

Lune Bleue, lapins et légumes d'hiver rôtis au sésame...

C’est la nuit. Le jardin d’une petite maison est éclairé par la lune qui brille dans le ciel. Chose extraordinaire, cette lune est de couleur bleue. Musique alerte. Trois lapins arrivent sur scène en sautillant ! Lapin1  (en désignant la lune) Oh ! Regardez ! ! Lapin 2  T’as vu des carottes ? Où ça ? Elles sont où, elles sont où ? Hein dis, elles sont où les carottes ? ! Lapin 1  Mais non, regardez là-haut ! La lune ! La lune dans le ciel !  Lapin 3  Des prunes au miel ? Oh non merci, moi je n’ai... [Lire la suite]
30 janvier 2018

Histoire de femmes des Monts d'Arrée: une sorcière, une danseuse, le Diable et un cake moelleux clémentines pistaches

D’aucuns vous diront que se promener dans les monts d’Arrée et a fortiori sur les bords du lac Saint-Michel à proximité du Yeun Elez et du Youdig, c’est prendre des risques inconsidérés, dont celui de croiser des êtres… différents. Certes, à la belle saison, on y rencontre des touristes camping-caristes, l’œil vissé sur le GPS, voire des randonneurs pedibus cum jambis, un guide quelconque en main, des cyclotouristes avec carte IGN sur le guidon ou encore des cavaliers le nez au vent. Mais tous le sourire aux lèvres. Le reste du... [Lire la suite]