08 février 2018

Des oignons, du miel, des amandes et de la cannelle: soupe à l'oignon très Renaissance

« J'ai soupé en humant l'odeur des soupiraux d'où s'exhalaient les fumets des viandes et des volailles rôties des bonnes cuisines bourgeoises de Charleroi. » (Arthur Rimbaud) Plat emblématique de la cuisine paysanne puis bourgeoise, la soupe s’est partagée sur les barricades d’hier et dans les ZAD d’aujourd’hui, et s’invite, simple et populaire, dans la rue et, sophistiquée et compassée, dans les fines agapes. C’est à partir du milieu du XVème siècle que la soupe désigne le plat que l’on connaît aujourd’hui (bouillon... [Lire la suite]

05 février 2018

Le roi des Monts d'Arrée, le berger du Gouezou et une fougasse au blé noir, au jus de pomme, au lard fumé et fromage de brebis

Nous aimons utiliser notre intelligence et, souvent, la joie de remporter un défi de l'esprit vaut plus que n'importe quelle récompense matérielle. Mais faire d'une pierre deux coups, c’est encore mieux. Il était une fois, -il y a tellement longtemps qu’à cette époque les dragons folâtraient près du Youdig qui n’était pas encore la porte des Enfers-, un bon roi qui n’avait point de descendance. Les jours succédaient aux jours, les saisons aux saisons, les années aux années : au crépuscule de sa vie, s’imposa à lui le besoin... [Lire la suite]
31 janvier 2018

Lune Bleue, lapins et légumes d'hiver rôtis au sésame...

C’est la nuit. Le jardin d’une petite maison est éclairé par la lune qui brille dans le ciel. Chose extraordinaire, cette lune est de couleur bleue. Musique alerte. Trois lapins arrivent sur scène en sautillant ! Lapin1  (en désignant la lune) Oh ! Regardez ! ! Lapin 2  T’as vu des carottes ? Où ça ? Elles sont où, elles sont où ? Hein dis, elles sont où les carottes ? ! Lapin 1  Mais non, regardez là-haut ! La lune ! La lune dans le ciel !  Lapin 3  Des prunes au miel ? Oh non merci, moi je n’ai... [Lire la suite]
30 janvier 2018

Histoire de femmes des Monts d'Arrée: une sorcière, une danseuse, le Diable et un cake moelleux clémentines pistaches

D’aucuns vous diront que se promener dans les monts d’Arrée et a fortiori sur les bords du lac Saint-Michel à proximité du Yeun Elez et du Youdig, c’est prendre des risques inconsidérés, dont celui de croiser des êtres… différents. Certes, à la belle saison, on y rencontre des touristes camping-caristes, l’œil vissé sur le GPS, voire des randonneurs pedibus cum jambis, un guide quelconque en main, des cyclotouristes avec carte IGN sur le guidon ou encore des cavaliers le nez au vent. Mais tous le sourire aux lèvres. Le reste du... [Lire la suite]
26 janvier 2018

Un anniversaire, un chaudron, une sorcière et des petits coulants au chocolat et aux épices douces...

"Dans son chaudron, la sorcière Avait mis quatre vipères, Quatre crapauds pustuleux, Quatre poils de Barbe-Bleue, Quatre rats, quatre souris, Quatre cruches d'eau croupie. Pour donner un peu de goût, Elle ajouta quatre clous. Sur le feu, pendant quatre heures, ça chauffait dans la vapeur. Elle tournait sa tambouille, Touille, touille, ratatouille ! Quand on put passer à table, Hélas ! C'était immangeable : La sorcière, par malheur, Avait oublié le beurre !" (Jacques Charpentreau) Donc, un... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Youdig, âmes désolées, terrine de queue de boeuf aux épices douces...

Objet des fantasmes les plus baroques, des légendes les plus singulières et des croyances les plus invraisemblables, le Yeun Elez est tout d’abord une réalité géographique, large dépression située au cœur des Monts d'Arrée, zone marécageuse dont la tourbe a longtemps constitué un maigre mode de chauffage et une importante source de revenus. Une légende venue de l’aube des temps situait au cœur des tourbières un marais d’épouvante, sans fond, le Youdig, l'une des portes des enfers : « On dirait, en été, une steppe sans limites,... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2018

Le veneur infernal, la tourte croustillante à la créole, l'archange et la pâte feuilletée de blé noir...

« Il y a mille ans et bien plus -selon les traditions de la montagne- que cette vaste plaine, coupée par des flaques d'eau noire et des fondrières de tourbe mouvante, était couverte de bois épais. Aujourd'hui, c'est le marais du Mont Saint-Michel. Mais au temps de notre récit, on voyait dans ces lieux une forêt magnifique, une forêt vierge, comme on dit en parlant des bois immenses et impénétrables de ce nouveau monde qui est au-delà de l'Océan. Au milieu de la forêt, il y avait un château superbe, mais presque inconnu au... [Lire la suite]
18 janvier 2018

Journée mondiale des zones humides sur le toit de ce monde et blinis aux épinards

  « Tout près du lac filtre une source, Entre deux pierres, dans un coin ; Allègrement l'eau prend sa course Comme pour s'en aller bien loin. (…) Ainsi la jeune source jase, Formant cent projets d'avenir ; Comme l'eau qui bout dans un vase, Son flot ne peut se contenir ; » (Théophile Gautier) Les monts d’Arrée sont le château d’eau naturel du Finistère et le berceau d’un bel entrelacs de fleuves côtiers : l’Aulne, l’Elorn, la Penzé, le Queffleut (ou Queffleuth), le Douron, l'Elez, affluent de l'Aulne,... [Lire la suite]
16 janvier 2018

Wraps croustillants de blé noir, saucisse de boeuf et chuntey de kiwi, chou-fleur rôti: plus une miette!

"Au fil des années, j'en suis venu à apprécier l'art culinaire. C'est un art tout aussi noble, j'en suis convaincu, que la peinture ou la poésie. Si on ne l'apprécie pas, c'est simplement que le résultat en disparaît trop vite." Quoique Kazuo Ishiguro ne soit, à ma connaissance, jamais passé au Gouezou et ne s’y soit conséquemment jamais attablé, on saluera sa remarque touchée par la grâce du bon sens… On lui donnera également raison car il n’est resté aucun relief de ces wraps de blé noir croustillants à la saucisse de bœuf Black... [Lire la suite]
16 janvier 2018

Alexandre Dumas à Morlaix et des tartines artichaut, chèvre et jambon sec...

"Nous fîmes retourner la voiture, et, sans ajouter un mot, nous revînmes tout courant à Saint-Brieuc, puis nous montâmes en wagon en criant : Morlaix ! Quatre heures après, nous y étions. Il faisait nuit close. « Où faut-il conduire monsieur et sa société ? demanda l'omnibus. - Au meilleur hôtel de la ville. » Et l'on nous descendit chez Brossier, hôtel de Provence. Je ne pus m'empêcher de dire à mon hôte que c'était singulière idée de fonder un hôtel de Provence à l'extrémité de la Bretagne. « C'est vrai, Monsieur ; mais... [Lire la suite]