22 février 2017

Courge farcie au blé noir, au chèvre, au lard fumé et au poireau pour une veillée contée

« Après le dîner, le ventre tendu comme un tambourin, repu comme pataud, il [Robin Chevet] jasait volontiers, le dos tourné vers le feu, en écorçant du chanvre avec beaucoup de soin ou en arrangeant ses bottes selon la mode en cours... ; il chantait de façon très mélodieuse et selon les règles du savoir vivre quelque chanson nouvelle ; Joanne, sa femme, qui filait de l’autre côté, lui répondait de même. Le reste de la famille œuvrait, chacun à sa tâche : les uns réparaient les courroies de leurs fléaux, les autres fabriquaient... [Lire la suite]

20 février 2017

La légende du Coeur mangé, coeur de veau braisé au cacao et risotto

La lgende du Cœur mangé fait partie des histoires aux racines obscures qui traversent les siècles et voyagent d’un continent à l’autre. Tout commence avec la plus vieille histoire du monde : le triangle amoureux. Donc, une dame trompe son mari avec un autre mais l’adultère est rapidement percé à jour. L’amant finit par mourir et le mari donne le cœur de ce dernier à manger à sa femme, à son insu bien entendu. En Europe, il existe plus d’une vingtaine de versions de cette histoire tragique d’amant occis puis cuisiné, la première... [Lire la suite]
19 février 2017

Pourquoi la mer est salée et soupe à l'eau de mer et parures de lieu...

Avez-vous jamais goûté l'eau de mer, par inadvertance ou par accident ? Pouah, que c'est salé ! Et pourtant des milliers et des milliers de poissons, de coquillages, de crustacés, de plantes et bien d’autres formes de vie improbables ne peuvent vivre que dans la mer, et dans la mer … salée. Mais au fait, savez-vous pourquoi la mer est salée ? Voici ce que m'a expliqué un vieux pêcheur du Dourduff, et vous savez que les vieux pêcheurs, surtout ceux du Dourduff, ne mentent jamais. Et leur mémoire est aussi fertile... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2017

Buns pour hamburgers et sandwiches: le pain comme une métaphore du monde !

      "La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses... Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 février 2017

Vive les vacances! Petits flans de carottes au tandori et aux graines de lin

Vive les vacances! A bas les pénitences! La cantine du Gouezou célèbre cette petite pause que sont les vacances d'hiver avec des petits flans à la carotte, au tandori et aux graines de lin! Bonnes vacances aux Pikez! Place aux stagiaires dès la semaine prochaine! Pour 10 portions parfumées et gourmandes : 600 gr de carottes 4 œufs 2 cuillères à soupe rases d’un mélange d’épice tandori (ou de curry ou de kari Gosse) 300 gr de lait de coco Un petit bouquet de coriandre en saison Sel Poivre noir du moulin 4 cuillères à soupe de... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 janvier 2017

Brioche surprise comme une brioche polonaise

Noirs dans la neige et dans la brume, Au grand soupirail qui s'allume, Leurs culs en rond, A genoux, cinq petits, - misère ! - Regardent le Boulanger faire Le lourd pain blond. Ils voient le fort bras blanc qui tourne La pâte grise et qui l'enfourne Dans un trou clair. Ils écoutent le bon pain cuire. Le Boulanger au gras sourire Grogne un vieil air. Ils sont blottis, pas un ne bouge, Au souffle du soupirail rouge Chaud comme un sein. Quand pour quelque médianoche, Façonné comme une brioche On sort le pain, Quand,... [Lire la suite]

22 janvier 2017

La Petite Fille aux Allumettes et partager au coin du feu une tarte feuilletée de blé noir au gorgonzola et aux épinards

Comme il faisait froid ! la neige tombait et la nuit n’était pas loin ; c’était le dernier soir de l’année, la veille du jour de l’an. Au milieu de ce froid et de cette obscurité, une pauvre petite fille passa dans la rue, la tête et les pieds nus. (...) La petite fille cheminait avec ses petits pieds nus, qui étaient rouges et bleus de froid ; elle avait dans son vieux tablier une grande quantité d’allumettes, et elle portait à la main un paquet. C’était pour elle une mauvaise journée ; pas d’acheteurs, donc pas le moindre sou.... [Lire la suite]
21 janvier 2017

Gros câlins et moelleux à la pistache et gelée aux trois citrons

Qui veut un gros câlin ? Dans un monde où l’échange virtuel est roi, le câlin n’est jamais superflu. Et à quoi bon repousser ce bienfaiteur rapprochement qui agit sur notre bien-être physique et notre équilibre affectif ? Platonique, amoureux ou confraternel, avec un proche, un inconnu, son chat, ou son nounours, le câlin a de bénéfiques vertus qui ne doivent pas se limiter à la seule Journée internationale des câlins, ce 21 janvier, car nous aurions besoin de quatre câlins par jour pour survivre, de huit pour fonctionner... [Lire la suite]
19 janvier 2017

Gratin de mangue, passion et citron yuzu: Une île paresseuse où la nature donne des arbres singuliers et des fruits savoureux...

  "Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne, Je respire l'odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ; Une île paresseuse où la nature donne Des arbres singuliers et des fruits savoureux ; Des hommes dont le corps est mince et vigoureux, Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne. Guidé par ton odeur vers de charmants climats, Je vois un port rempli de voiles et de mâts Encor tout fatigués par la vague marine, Pendant que... [Lire la suite]
17 janvier 2017

Huile d'olive parfumée à la clémentine et aux baies de passion: arômes et parfums emprisonnés!

  La clémentine serait le fruit d’une heureuse sérendipité, le résultat d’un bienheureux concours de circonstances, comme la découverte des Amériques, de la tarte Tatin ou de la pénicilline. Tout a commencé en Algérie, près d'Oran, à l'orphelinat de Misserghim des Pères du Saint-Esprit. Le Révérend Père Clément, directeur des pépinières de l'orphelinat, aurait réalisé vers 1900/1902 un semis de pépins dans le but d'obtenir des mandariniers. Un arbre se distingua parmi les plants obtenus. Isolé par le père Clément, il donna des... [Lire la suite]