15 octobre 2018

Nasr Eddine Hodja, le Sultan, le pommier... Et du beurre de pomme Germaine de Brasparts, noisettes torréfiées, miel et épices

Entre complexité et opacité vertigineuses des sources, que sait-on de  Nasr Eddin Hodja ? Que ce personnage de contes philosophicomique a sans doute existé, au XIIIème siècle, mais qu'il aurait pu être le bouffon du sanguinaire Timour Lenk, Pied de Fer, Tamerlan le boiteux, le sanguinaire conquérant tatar de la fin du XIVe siècle ou encore qu'il aurait aussi pu exister bien avant ; bref, on ne sait pas grand chose. Il nous viendrait principalement de Turquie, monté sur son âne, barbe blanche au vent aussi ronde que sa... [Lire la suite]

10 mars 2018

De l'eau, des puits, des ruisseaux et un confit d'oignons rosés de Roscoff aux épices douces et au jus de pomme

Quoi de plus simple au quotidien que de tourner un robinet pour faire couler une eau fraîche et potable (à défaut d’être pure stricto sensu) ? Les derniers jours de grand froid se sont chargés de nous rappeler sans façon que rien n’est acquis et qu’un gel au demeurant très normal fin février peut nous priver d’eau courante quelques jours durant… On ne regarde plus les robinets du même œil depuis le redoux…  Aujourd’hui, comme quasiment partout dans les campagnes, chaque maison du Gouezou est raccordée au réseau de... [Lire la suite]
26 janvier 2018

Un anniversaire, un chaudron, une sorcière et des petits coulants au chocolat et aux épices douces...

"Dans son chaudron, la sorcière Avait mis quatre vipères, Quatre crapauds pustuleux, Quatre poils de Barbe-Bleue, Quatre rats, quatre souris, Quatre cruches d'eau croupie. Pour donner un peu de goût, Elle ajouta quatre clous. Sur le feu, pendant quatre heures, ça chauffait dans la vapeur. Elle tournait sa tambouille, Touille, touille, ratatouille ! Quand on put passer à table, Hélas ! C'était immangeable : La sorcière, par malheur, Avait oublié le beurre !" (Jacques Charpentreau) Donc, un... [Lire la suite]
30 octobre 2016

Gâteau moelleux à la pulpe de courge, farine de noisette et épices douces pour régaler les âmes désolées et ectoplasmes hululant

 « La Bretagne est avant toute chose le pays de la Mort. Les morts y vivent avec les vivants dans une étroite intimité, ils sont mêlés à leur vie de toutes les heures ; les âmes ne restent point enfermées dans les tombes des cimetières ; elles errent la nuit par les grandes routes et les sentiers déserts ; elles hantent les champs et les landes, pressées comme les brins d’herbe d’une prairie ou les grains de sable de la grève. Elles reviennent aux maisons où habitaient autrefois les corps qu’elles animaient ; elles... [Lire la suite]