02 juillet 2018

Une aiguille dans une botte de foin, la fenaison et un poulet au foin...

« Si la félicité résidait dans les plaisirs du corps, nous dirions que les bœufs ont la félicité quand ils trouvent du foin à brouter. » (Héraclite) Beaucoup l’avaient annoncé, confortés par les prévisions météorologiques, cette semaine « on fait les foins » ! Et les jours qui ont précédé les violents orages de ce début d’été -et son corollaire, les pluies diluviennes- ont été bien industrieux. Profitant d’un soleil vissé durablement, les éleveurs d’ici et d’ailleurs ont donc consacré cette fin juin dans la fournaise au fauchage,... [Lire la suite]

30 mars 2018

Hot dog des monts d'Arrée: saucisses de boeuf Black Angus, compote d'oignons rosés de Roscoff et ketchup de butternut.

Plusieurs versions de l'histoire de la création du hot dog existent, dont la plupart ne sont que d’aimables récits et d’anecdotiques légendes. Quoiqu’il en soit, au commencement était la saucisse… dont Babyloniens et Chinois se régalaient déjà plus de 1500 ans avant JC et dont Homère fait mention dans "L’Odyssée". Excusez du peu. Puis, le temps s’égrenant, les premiers migrants allemands débarquèrent aux Etats-Unis au XIXème siècle… et dans leurs malles, la Frankfurter, une saucisse surnommée « dog » pour ironiser sur l'origine... [Lire la suite]
28 février 2017

Blinis de blé noir, poisson fumé maison et citron caviar pour les épousailles de la princesse et de la chèvre d'argent

Kement-man hol oa d’an-amzer, Ma ho defoa dennt ar ier. Tout ceci se passait du temps, Où les poules avaient des dents… « Un roi, en parcourant son royaume, aperçut un jour ces mots tracés au-dessus de la porte d’une maison : Gant arc’hant hec’h eer dre-holl. Gant an’hant a reer holl Avec de l’argent on va partout. Avec de l’argent on fait tout C’était la demeure d’un marchand enrichi par son travail et son industrie, et qui, avec son argent, croyait que rien ne lui était impossible. Le roi entra dans sa maison... [Lire la suite]
23 décembre 2016

Prendre son temps: côte de boeuf Highland cattle en cuisson douce au beurre de noisette et aux baies de la Passion

«La gastronomie est la connaissance raisonnée de tout ce qui a rapport à l’homme, en tant qu’il se nourrit. Son but est de veiller à la conservation des hommes, au moyen de la meilleure nourriture possible. Elle y parvient en dirigeant, par des principes certains, tous ceux qui recherchent, fournissent ou préparent les choses qui peuvent se convertir en aliments. Ainsi, c’est elle, à vrai dire, qui fait mouvoir les cultivateurs, les vignerons, les pêcheurs, les chasseurs et la nombreuse famille des cuisiniers, quel que soit le titre... [Lire la suite]
19 décembre 2016

Le blé noir comme un phoenix: quatre-quarts marbré et cacaoté au blé noir torréfié

 Cantonner le blé noir aux seules crêpes éponymes est une erreur très regrettable. Car le sarrasin, plein de ressources et d’impertinence, a bien très bien négocié son retour flamboyant dans les champs et sur nos tables ! On l’invite bien volontiers tous les ans au beau milieu du jardin des aromatiques du Gouezou pour ses longues tiges rosées graciles, ses fleurs crème très mellifères et ses jolies feuilles en forme de cœur. On l’apprécie aussi en petits champs ivoire ondulant à la fin de l’été tout autour du hameau. Et... [Lire la suite]
16 novembre 2016

Dictées et petits sablés blé noir et chèvre: de bons moments à partager!

Exhumer des manuels de dictées, c'est parler de ce que nous sommes, d'où nous venons et peut-être où nous allons. C'est aussi découvrir quelques pépites littéraires, dictées loufoques, désuètes, drôles même, ou simplement magnifiques. Les lire évoque l'enfance. Le tableau, la tache d'encre, l'angoisse du doublement de consonne ou de l'accord du participe passé, la crainte de la bulle et du redoublement: l'adulte y pense avec émotion et regret, et, même s'il a été un cancre, il en est fier. Les faire, c'est se frotter à la langue... [Lire la suite]

03 juillet 2016

Cara lichou, une confiture de lait au caramel beurre salé pour un petit coeur de beurre...

La confiture de lait serait le fruit d'une heureuse bévue, d'une sérendipité qui a réussi à s'imposer. On attribue sa géniale découverte à la providentielle distraction d’un chef cuisinier de l’armée  napoléonienne. A cette époque, les soldats avaient pour ration un bol de lait sucré. Lors d’une bataille, la mixture aurait chauffé plus longtemps. Le mélange obtenu s’était transformé en une pâte délicieusement caramélisée. Un petite douceur soyeuse et veloutée dans un monde de brutes. Toutefois,... [Lire la suite]
21 juin 2016

Accordéon, bombarde et contrebasse: musique et lasagnes de blé noir toutes vertes aux légumes nouveaux et chèvre !

  Le sarrasin n’est pas une céréale, il est de la famille des polygonacées mais nous avons l’habitude de l’employer comme tel. En l’associant à des légumes verts du printemps (fèves, courgettes, blettes, ail nouveau, aromatiques…) et à un trio de fromages de chèvre, on obtient un grand plat généreux et gourmand à partager autour d’une joyeuse tablée ! Le contenu protéinique du sarrasin est comparable à celui du blé, de l’avoine, du seigle ou du quinoa. Le potentiel de la farine de sarrasin est moindre que celui du... [Lire la suite]
13 juin 2016

Redorer le blason du boudin noir: parmentier de boudin au blé noir, rhubarbe et compote d'oignons rosés de Roscoff.

  « Quel animal admirable que le cochon ! Il ne lui manque que de savoir faire lui-même son boudin. » (Jules Renard) Aucune fée ne s’est penchée sur le berceau de cette spécialité charcutière… Disgracieux dans sa dénomination comme dans son aspect, le boudin fait encore aujourd’hui se bidonner des brassées de garnements et froncer le nez d’une bonne partie des convives. Au dernier sondage réalisé à la cantine du Gouezou, 50 % des hôtes ont déclaré détester le boudin. La faute encore une fois à des réminiscences... [Lire la suite]
08 juin 2016

Un authentique petit coeur de beurre: beurre de framboise au poivre timut

  « Une sorte de banalité nationale a supplanté une originalité obstinée. Y compris à table. Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es. C’est pourquoi je fais une relative fixation sur le beurre. (…) Avant, chaque ferme avait un beurre particulier, par le goût, la couleur. Il était blanc l’hiver, très coloré aux beaux jours, quand l’herbe riche enrichit le lait. Il est devenu uniforme, et le beurre « de ferme » est devenu une denrée rare et chère, les initiés s’en procurent encore par petites quantités... [Lire la suite]