13 juin 2018

Des talus, des ajoncs, et une cervelle de juloded au fromage de chèvre, aux herbes fraîches et aux tomates confites

"— Tu étais pressée de me cueillir, hein ? Et tu t’es piquée le doigt à mes épines ! Un petit peu de rouge a coulé Sur mon habit doré Et tu t’es dit : voilà qui est bien ! Et tu m’as enfermée dans ta lettre… Si tu avais fait un petit trou dans l’enveloppe J’aurais pu voir pendant le voyage. Les royaumes celtiques d’outre-mer Et j’aurais salué Le chardon d’Écosse Avec ses bruyères roses Le trèfle d’Irlande et mes sœurs jaunes M’auraient répondu à coups de parfum Que j’aurais emporté là-bas Chez les Celtes en Exil Au bout du Monde :... [Lire la suite]

23 mai 2018

Le Symbole, l'Humiliation, la Délation et un petit crottin de chèvre confit et rôti aux herbes et au miel...

La parole, c’est le pouvoir; prendre la parole, c’est prendre le pouvoir. L’unanimité des témoignages ne laisse aujourd’hui aucun doute : sous la IIIème République, l’obligation scolaire dans la Bretagne profondément rurale va de pair très étroitement avec l’interdiction de parler le breton à l’école, et ce dès la fin du XIXème siècle. On assiste dès lors à l’émergence de l’école de l’humiliation et de la délation. En effet, face aux bretonnants immensément majoritaires dans cette Bretagne très rurale de la fin de ce siècle... [Lire la suite]
10 avril 2018

Théodore Botrel et Frédéric Le Guyader, explorateurs, et un gratin de pâtes à la butternut rôtie, à la sauge et au chèvre affiné

« Quittant ses genêts et sa lande Quand le Breton se fait marin Pour aller aux pêches d'Islande Voici quel est le doux refrain Que le pauvre gars Fredonne tout bas : « J'aime Paimpol et sa falaise Son église et son Grand Pardon J'aime surtout la Paimpolaise Qui m'attend au pays breton » » On savait que Ponson du Terrail prenait des libertés avec les sciences naturelles (on se souvient avec gourmandise de son inénarrable : « Sa main était aussi froide que celle d'un serpent ») mais il faut bien reconnaître que Théodore... [Lire la suite]