10 avril 2018

Théodore Botrel et Frédéric Le Guyader, explorateurs, et un gratin de pâtes à la butternut rôtie, à la sauge et au chèvre affiné

« Quittant ses genêts et sa lande Quand le Breton se fait marin Pour aller aux pêches d'Islande Voici quel est le doux refrain Que le pauvre gars Fredonne tout bas : « J'aime Paimpol et sa falaise Son église et son Grand Pardon J'aime surtout la Paimpolaise Qui m'attend au pays breton » » On savait que Ponson du Terrail prenait des libertés avec les sciences naturelles (on se souvient avec gourmandise de son inénarrable : « Sa main était aussi froide que celle d'un serpent ») mais il faut bien reconnaître que Théodore... [Lire la suite]