26 janvier 2018

Un anniversaire, un chaudron, une sorcière et des petits coulants au chocolat et aux épices douces...

"Dans son chaudron, la sorcière Avait mis quatre vipères, Quatre crapauds pustuleux, Quatre poils de Barbe-Bleue, Quatre rats, quatre souris, Quatre cruches d'eau croupie. Pour donner un peu de goût, Elle ajouta quatre clous. Sur le feu, pendant quatre heures, ça chauffait dans la vapeur. Elle tournait sa tambouille, Touille, touille, ratatouille ! Quand on put passer à table, Hélas ! C'était immangeable : La sorcière, par malheur, Avait oublié le beurre !" (Jacques Charpentreau) Donc, un... [Lire la suite]

05 septembre 2017

Jouer avec la poire. Confiture de poire au girofle de Virginie

La poire, séductrice pulpeuse, fondante et parfumée, manipule subtilement son petit monde et, mutine, s’invite avec esprit au cœur des aphorismes, donc de notre quotidien. Lorsque l’on est prudent, on garde une poire pour la soif, alors qu’on est profondément gentil et naïf, on est une bonne poire. Par ailleurs, entre la poire et le fromage, au dessert, à la fin du repas, s’ouvre un moment de liberté où l’on parle franchement mais quand la poire n'est pas mûre, c’est qu’une opportunité se fait attendre. Enfin, quand on fait sa... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juillet 2017

Veillées contées au Gouezou, oeufs au lait et poires pochées au citron, à la girofle et au miel

Comme beaucoup de hameaux des monts d’Arrée, celui du Gouezou a pu compter par le passé jusqu’à plus d’une centaine d’habitants –contre une dizaine aujourd’hui- répartis dans de nombreuses petites fermes construites en rangées adossées au nord et ouvertes sur le sud et la crête usée des monts d’Arrée. Beaucoup de ces fermes ont aujourd’hui disparu, effacées par le temps, mais il subsiste dans ces vieilles pierres effondrées l’écho de cette vie paysanne au bord de l’oubli. Certes la vie y était certes difficile –surtout au regard... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 décembre 2016

Eclairs à l'ananas confit et à la bergamote: le roi des chefs et le chef des rois

La cuisine, s’interroge le poète Jean Follain, est-elle une science ou un art ? Et s’il hésite encore entre la logique et l’intuition, on ose prétendre qu’elle est un art et une philosophie de vie. Antonin Carême –«le roi des Chefs et le Chef des rois» du début du XIXème- ne déclarait-il pas que : «Lorsqu’il n’y eut plus de cuisine dans le monde, il n’y eut plus de littérature, d’intelligence élevée et rapide, il n’y eut plus d’inspiration, il n’y eut plus d’idée sociale.»   Dans son Essai sur la gourmandise (Hachette,... [Lire la suite]
30 octobre 2016

Gâteau moelleux à la pulpe de courge, farine de noisette et épices douces pour régaler les âmes désolées et ectoplasmes hululant

 « La Bretagne est avant toute chose le pays de la Mort. Les morts y vivent avec les vivants dans une étroite intimité, ils sont mêlés à leur vie de toutes les heures ; les âmes ne restent point enfermées dans les tombes des cimetières ; elles errent la nuit par les grandes routes et les sentiers déserts ; elles hantent les champs et les landes, pressées comme les brins d’herbe d’une prairie ou les grains de sable de la grève. Elles reviennent aux maisons où habitaient autrefois les corps qu’elles animaient ; elles... [Lire la suite]
20 août 2016

Gai! Gai! Marions-nous! Millefeuille à l'ananas confit, girofle et mousse caramel au beurre salé pour Ludivine et Florian!

Gai! Gai! Marions-nous! Jour de noce pour Ludivine et Florian qui se disent "Oui!" aujourd'hui pour mille ans de bonheur! Mille ans et une mille-feuille à la mousse de caramel au beurre salé et ananas Victoria confit à la girofle et à la vanille bourbon! Vive les mariés!     Pour quatre millefeuilles, deux jeunes mariés et leurs témoins : Pour la pâte croustillante : 500 gr de pâte feuilletée pur beurre faite maison (ou plus simplement, 2 rouleaux de pâte feuilletée pur beurre mais il va sans dire qu'avec une pâte... [Lire la suite]

09 août 2016

Il était une fois une princesse qui aimait les perles de pluie... mais aussi cette terrine de boeuf au combava et à la coriandre

Il était une fois, dans un pays lointain de soleil et d’ondée, d’ombres et de lumières, de chaleur et de parfums, une délicieuse petite princesse qui adorait la saison de pluie. Dans le palais d’été, alors s’abattait la généreuse mousson, la petite princesse aimait s’asseoir sous la varangue pour contempler les fils d’eau qui tombaient du ciel. Elle aimait par-dessus tout les gouttes de pluie étincelantes qui s’évanouissaient à peine le sol touché… elle aurait tellement voulu les garder pour les admirer tout au long de... [Lire la suite]
15 juillet 2016

Poulet, liseron d'eau et coriandre vietnamienne: allumer le phở ...

Comme souvent en ce qui concerne les plats emblématiques, on ne sait pas grand-chose du phở -qu’on prononce par ailleurs [feu] et c’est dans ce flou artistique que le phở est devenu un symbole de la cuisine vietnamienne, élevé au rang de patrimoine culinaire d’exception. Les premières traces du phở se situeraient vers 1925 à Hà Nội où les archives mentionnent son existence. Cependant le phở actuellement connu comme étant de Hà Nội (capitale du Vietnam) serait vraisemblablement d’origine de la ville de Nam Dinh, à une centaine de... [Lire la suite]
23 mars 2016

L'Ankou, la Gabelle et un filet mignon salé, séché aux épices

   « L’Ankou a deux pourvoyeuses principales qui sont : 1° La Peste (ar Vossen) ; 2° La Disette (ar Gernès, c’est-à-dire la Cherté).   Autrefois, il en avait une troisième : la Gabelle (ann Deok holen, le droit du sel). Mais celle-ci, la duchesse Anne en a purgé le monde. La duchesse Anne demeurait au château du Korrec, en Kerfot. Un jour, son mari lui dit : — La réunion des États va avoir lieu, il faut que je m’y rende. — Prenez garde à ce que vous y ferez. Surtout, n’imposez pas de nouvelles charges à la... [Lire la suite]
06 mars 2016

Terrine épicée de queue de boeuf Black Angus, comme un pho froid...

' A partir du pho, soupe incontournable de la très fine et complexe cuisine vietnamienne, voici une terrine très parfumée, un pont jeté entre la baie d’Along et les Monts d’Arrée, entre Saïgon et Saint-Rivoal… Une jolie façon de découvrir la queue de bœuf, morceau souvent boudé, affublé de l’infamante étiquette de bas morceau et pourtant riche en goût, fondante et soyeuse, pour peu qu’on lui accorde tous les égards qui lui sont dus, une cuisson lente, à basse température dans un bouillon d’épices ensoleillées (cannelle, badiane,... [Lire la suite]