09 octobre 2017

Les petits riens, le bonheur tout simple, une crème de poivron au chorizo et une poignée d'amis...

" Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages." (Barbey d’Aurevilly) Il est des petits riens qui marquent l’histoire d’une vie, d’un mouvement. Des petits riens que nous mesurons chemin faisant, dans des récits lus ou entendus. Des petits riens qui témoignent d’une présence à l’autre, aux autres. Des petits riens qui ont chacun une saveur bien particulière. Acides, sucrés, salés, ils assaisonnent nos existences et les éclaboussent de grands éclats de vie. Serait-ce ça, le bonheur? Le bonheur des petits... [Lire la suite]

17 septembre 2017

Les moules de l'Aber Wrac'h aux oignons de Roscoff, au cidre et aux pommes du Gouezou à partager avec le diable...

« La foi au diable est l'envers de la foi en Dieu. L'une prouve l'autre. Qui ne croit pas un peu au diable ne croit pas beaucoup en Dieu. Qui croit au soleil doit croire à l'ombre. Le diable est la nuit de Dieu. Qu'est-ce que la nuit ? La preuve du jour. » (L'Homme qui rit, Victor Hugo, 1869) En Bretagne, le Diable a souvent affaire à plus retors que lui… Il était une fois, il y a bien longtemps, un vieil homme, Maître Uguen, meunier de son état au village de Prat Paol à Plouguerneau. Sage, roué mais usé par les années,... [Lire la suite]
21 août 2017

Coques aux cocos. Parce que c'est rigolo...

 Avec l’arrivée des Cocos de Paimpol sur les étals, se profilent la fin de l’été et la faim des haricots… Avec son nom rigolo qui sonne comme une blague de cour d’école maternelle –le comique de répétition s’y épanouit joyeusement-, le coco paimpolais est une légumineuse tout à fait délicieuse, saisonnière et éphémère. Pour l’apprécier à sa juste mesure, foin de complications, le choix de la simplicité s’impose comme une évidence tranquille. On peut le faire rencontrer, au creux d’une cocotte, une foule de compagnons d’armor... [Lire la suite]
03 août 2017

Tranches de dragon (ou de paleron) confit au kari Gosse, à la tomate ananas et à la cannelle pour sauroctones affamés

Il y a bien longtemps –et je parle d’un temps que les parents des grands-parents de vos arrière grands parents n’ont jamais connu- vivait sur un ruban de terre à peine détaché du continent un dragon absolument effrayant. Il était évidemment d’une taille défiant l’entendement, couvert d’écailles luisantes et ensorcelées d’un très joli vert de gris, hérissé d’une crête glaçante et tranchante comme un rasoir. Sa queue aux pointes acérées et empoisonnées fouettait l’air dans un sifflement strident, son regard brûlant flamboyait et de sa... [Lire la suite]
31 juillet 2017

Pardon de Loc-Ildut, broderies de soie, de pierre et de bois. Macreuse confite aux oignons rosés de Roscoff caramélisés...

Le pardon de Loc-Ildut (ou Log-Ildut) en Sizun existe certainement depuis des siècles. En 1661, nous savons qu’il avait lieu le dernier dimanche de mai. En 1838, il se tenait le jour de la Fête-Dieu. Interrompu à partir de la Première Guerre mondiale, il renaît très modestement en 1932, à l’initiative des voisins qui se sont mobilisés pour empêcher le démantèlement de la chapelle. Le pardon se limite alors à une modeste messe célébrée le troisième dimanche d’août assez confidentielle car n’attirant guère que les riverains. La... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Gai! Gai! Marions-nous au Gouezou! Pour une soupe au lait potache...

Gai ! Gai ! Marions-nous ! Quand un jeune homme ou une jeune fille d’un hameau des Monts d’Arrée -et particulièrement du Gouezou- s’apprêtait à convoler en justes noces au mitan du XXème siècle, chaque foyer voisin –jusqu’aux hameaux environnants- était représenté par un membre de la famille qui, comme tous les autres invités, assistait à la cérémonie le matin puis au déjeuner et au dîner servis en plein air ou dans un restaurant. Il n’était donc pas rare qu’entre cent et deux cents convives assistent au mariage. Entre les deux... [Lire la suite]

16 mars 2017

Du coeur au ventre avec un velouté de cocos de Paimpol à la saucisse de porc blanc de l'Ouest grillée: partageons camarades!

 « Plus de défaillances ! Plus d’incertitudes ! Toutes au combat ! Toutes au devoir !» (Nathalie Lemel, le 12 mai 1871 au club de la Délivrance).En petite femme révoltée, le poing levé, Nathalie Lemel a traversé le XIXème, s’est affranchie des codes, a gagné son indépendance, défendu ses convictions et semé des graines de revendications qui résonnent encore aujourd’hui: libraire, ouvrière-relieuse, mère de famille, puis femme divorcée et indépendante, sa vie est une épopée qui part de sa Bretagne natale et se déploie dans le... [Lire la suite]
02 mars 2017

Gaufres au blé noir et au confit d'oignons rosés de Roscoff: de l'origine des contes à l'origine du monde...

L'origine des contes rejoint l’origine du monde au fond… « Jean-Louis Rolland [conteur breton du pays de Carhaix (1904-1986), ayant appris entre 1919 et 1925, une soixantaine de contes auprès d'Iwan ar Floc'h, un voisin] m’a raconté que le vieux tisserand Iwan ar Floc’h de Treffrin lui avait dit quelle était l’origine des contes. A en croire les anciens, «tous ces contes avaient été inventés par une femme (Jean-Louis Rolland se la représentait évidemment comme une femme de son pays de Carhaix !) qui avait épousé un homme noir... [Lire la suite]
22 février 2017

Courge farcie au blé noir, au chèvre, au lard fumé et au poireau pour une veillée contée

« Après le dîner, le ventre tendu comme un tambourin, repu comme pataud, il [Robin Chevet] jasait volontiers, le dos tourné vers le feu, en écorçant du chanvre avec beaucoup de soin ou en arrangeant ses bottes selon la mode en cours... ; il chantait de façon très mélodieuse et selon les règles du savoir vivre quelque chanson nouvelle ; Joanne, sa femme, qui filait de l’autre côté, lui répondait de même. Le reste de la famille œuvrait, chacun à sa tâche : les uns réparaient les courroies de leurs fléaux, les autres fabriquaient... [Lire la suite]
04 septembre 2016

Un chili con carne, cocos de Paimpol, oignons rosés de Roscoff et Highland Cattle, pour promeneurs contemplatifs

S’adosser au petit matin au pignon Est de la chapelle du Mont Saint-Michel de Brasparts, le nez au timide soleil levant déchirant la brume, sortir de son sac, dans cette solitude absolue, un vieux livre écorné, l’ouvrir au hasard…  "Un spectacle inattendu frappa nos regards : nous découvrîmes une ruine indienne : elle était située sur un monticule au bord du lac; on remarquait sur la gauche un cône de terre de quarante à quarante-cinq pieds de haut; de ce cône partait un ancien chemin tracé à travers un magnifique bocage de... [Lire la suite]