30 juillet 2018

Archipel du Ponant et naufrage. Un velouté de pois gourmands pour les naufragés du Drummond Castle.

 Alors que la moitié du continent suffoque, une petite dépression s’est invitée sur ce bout du monde dûment rafraîchi… Rafales, creux et bruine : les cornes de houle et de brume donnent de la voix sur le littoral. Visibilité très réduite et houle résiduelle nous ramènent à une certaine prudence mêlée d’humilité : c’est un temps à ne pas mettre un canot, un Optimist ni un baigneur sur la mer qui n’est soudainement plus si jolie. Un temps propice à l’évocation des grands drames dont la mer d’Iroise et son chapelet d’îles, d’îlots... [Lire la suite]

29 avril 2018

Des hot-dog tout verts: incontournable persil plat!

« Entre l'histoire et la légende, je choisirai toujours la légende. » affirmait John Ford qui ne connaissait pourtant pas la Ferme Equestre Randoloisirs ni la Bande du Phare Ouest. « La Chevauchée Fantastique » se joue aujourd’hui et demain dans les Monts d’Arrée en bord d’Elorn aux airs de « Rio Grande». C’est une véritable « Charge Héroïque » à laquelle se sont pliés cavaliers et chevaux, partis à l’assaut d’obstacles improbables, de la traversée de « La Rivière de Nos Amours » à la tentative de maîtriser « La Flèche Brisée »... [Lire la suite]
30 mars 2018

Hot dog des monts d'Arrée: saucisses de boeuf Black Angus, compote d'oignons rosés de Roscoff et ketchup de butternut.

Plusieurs versions de l'histoire de la création du hot dog existent, dont la plupart ne sont que d’aimables récits et d’anecdotiques légendes. Quoiqu’il en soit, au commencement était la saucisse… dont Babyloniens et Chinois se régalaient déjà plus de 1500 ans avant JC et dont Homère fait mention dans "L’Odyssée". Excusez du peu. Puis, le temps s’égrenant, les premiers migrants allemands débarquèrent aux Etats-Unis au XIXème siècle… et dans leurs malles, la Frankfurter, une saucisse surnommée « dog » pour ironiser sur l'origine... [Lire la suite]
10 mars 2018

De l'eau, des puits, des ruisseaux et un confit d'oignons rosés de Roscoff aux épices douces et au jus de pomme

"Pendant que je te parle, il tombe des trombes d'eau, les maisons résonnent et une forte grêlé a fait tomber les couronnes des feuilles de vignes de Bacchus les forêts perdent chacune leur parure envahies par une eau boueuse, les grottes gémissent et l'eau mêlée aux cailloux reflue, défigurant la rivière en la salissant de manière inhabituelle." (Pétrarque, 1338) Quoi de plus simple au quotidien que de tourner un robinet pour faire couler une eau fraîche et potable (à défaut d’être pure stricto sensu) ? Les derniers jours de grand... [Lire la suite]
08 février 2018

Des oignons, du miel, des amandes et de la cannelle: soupe à l'oignon très Renaissance

« J'ai soupé en humant l'odeur des soupiraux d'où s'exhalaient les fumets des viandes et des volailles rôties des bonnes cuisines bourgeoises de Charleroi. » (Arthur Rimbaud) Plat emblématique de la cuisine paysanne puis bourgeoise, la soupe s’est partagée sur les barricades d’hier et dans les ZAD d’aujourd’hui, et s’invite, simple et populaire, dans la rue et, sophistiquée et compassée, dans les fines agapes. C’est à partir du milieu du XVème siècle que la soupe désigne le plat que l’on connaît aujourd’hui (bouillon... [Lire la suite]
22 janvier 2018

Le veneur infernal, la tourte croustillante à la créole, l'archange et la pâte feuilletée de blé noir...

« Il y a mille ans et bien plus -selon les traditions de la montagne- que cette vaste plaine, coupée par des flaques d'eau noire et des fondrières de tourbe mouvante, était couverte de bois épais. Aujourd'hui, c'est le marais du Mont Saint-Michel. Mais au temps de notre récit, on voyait dans ces lieux une forêt magnifique, une forêt vierge, comme on dit en parlant des bois immenses et impénétrables de ce nouveau monde qui est au-delà de l'Océan. Au milieu de la forêt, il y avait un château superbe, mais presque inconnu au... [Lire la suite]

09 octobre 2017

Les petits riens, le bonheur tout simple, une crème de poivron au chorizo et une poignée d'amis...

" Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages." (Barbey d’Aurevilly) Il est des petits riens qui marquent l’histoire d’une vie, d’un mouvement. Des petits riens que nous mesurons chemin faisant, dans des récits lus ou entendus. Des petits riens qui témoignent d’une présence à l’autre, aux autres. Des petits riens qui ont chacun une saveur bien particulière. Acides, sucrés, salés, ils assaisonnent nos existences et les éclaboussent de grands éclats de vie. Serait-ce ça, le bonheur? Le bonheur des petits... [Lire la suite]
17 septembre 2017

Les moules de l'Aber Wrac'h aux oignons de Roscoff, au cidre et aux pommes du Gouezou à partager avec le diable...

« La foi au diable est l'envers de la foi en Dieu. L'une prouve l'autre. Qui ne croit pas un peu au diable ne croit pas beaucoup en Dieu. Qui croit au soleil doit croire à l'ombre. Le diable est la nuit de Dieu. Qu'est-ce que la nuit ? La preuve du jour. » (L'Homme qui rit, Victor Hugo, 1869) En Bretagne, le Diable a souvent affaire à plus retors que lui… Il était une fois, il y a bien longtemps, un vieil homme, Maître Uguen, meunier de son état au village de Prat Paol à Plouguerneau. Sage, roué mais usé par les années,... [Lire la suite]
21 août 2017

Coques aux cocos. Parce que c'est rigolo...

 Avec l’arrivée des Cocos de Paimpol sur les étals, se profilent la fin de l’été et la faim des haricots… Avec son nom rigolo qui sonne comme une blague de cour d’école maternelle –le comique de répétition s’y épanouit joyeusement-, le coco paimpolais est une légumineuse tout à fait délicieuse, saisonnière et éphémère. Pour l’apprécier à sa juste mesure, foin de complications, le choix de la simplicité s’impose comme une évidence tranquille. On peut le faire rencontrer, au creux d’une cocotte, une foule de compagnons d’armor... [Lire la suite]
03 août 2017

Tranches de dragon (ou de paleron) confit au kari Gosse, à la tomate ananas et à la cannelle pour sauroctones affamés

Il y a bien longtemps –et je parle d’un temps que les parents des grands-parents de vos arrière grands parents n’ont jamais connu- vivait sur un ruban de terre à peine détaché du continent un dragon absolument effrayant. Il était évidemment d’une taille défiant l’entendement, couvert d’écailles luisantes et ensorcelées d’un très joli vert de gris, hérissé d’une crête glaçante et tranchante comme un rasoir. Sa queue aux pointes acérées et empoisonnées fouettait l’air dans un sifflement strident, son regard brûlant flamboyait et de sa... [Lire la suite]