16 mars 2017

Du coeur au ventre avec un velouté de cocos de Paimpol à la saucisse de porc blanc de l'Ouest grillée: partageons camarades!

 « Plus de défaillances ! Plus d’incertitudes ! Toutes au combat ! Toutes au devoir !» (Nathalie Lemel, le 12 mai 1871 au club de la Délivrance).En petite femme révoltée, le poing levé, Nathalie Lemel a traversé le XIXème, s’est affranchie des codes, a gagné son indépendance, défendu ses convictions et semé des graines de revendications qui résonnent encore aujourd’hui: libraire, ouvrière-relieuse, mère de famille, puis femme divorcée et indépendante, sa vie est une épopée qui part de sa Bretagne natale et se déploie dans le... [Lire la suite]

02 mars 2017

Gaufres au blé noir et au confit d'oignons rosés de Roscoff: de l'origine des contes à l'origine du monde...

L'origine des contes rejoint l’origine du monde au fond… « Jean-Louis Rolland [conteur breton du pays de Carhaix (1904-1986), ayant appris entre 1919 et 1925, une soixantaine de contes auprès d'Iwan ar Floc'h, un voisin] m’a raconté que le vieux tisserand Iwan ar Floc’h de Treffrin lui avait dit quelle était l’origine des contes. A en croire les anciens, «tous ces contes avaient été inventés par une femme (Jean-Louis Rolland se la représentait évidemment comme une femme de son pays de Carhaix !) qui avait épousé un homme noir... [Lire la suite]
22 février 2017

Courge farcie au blé noir, au chèvre, au lard fumé et au poireau pour une veillée contée

« Après le dîner, le ventre tendu comme un tambourin, repu comme pataud, il [Robin Chevet] jasait volontiers, le dos tourné vers le feu, en écorçant du chanvre avec beaucoup de soin ou en arrangeant ses bottes selon la mode en cours... ; il chantait de façon très mélodieuse et selon les règles du savoir vivre quelque chanson nouvelle ; Joanne, sa femme, qui filait de l’autre côté, lui répondait de même. Le reste de la famille œuvrait, chacun à sa tâche : les uns réparaient les courroies de leurs fléaux, les autres fabriquaient... [Lire la suite]
04 septembre 2016

Un chili con carne, cocos de Paimpol, oignons rosés de Roscoff et Highland Cattle, pour promeneurs contemplatifs

S’adosser au petit matin au pignon Est de la chapelle du Mont Saint-Michel de Brasparts, le nez au timide soleil levant déchirant la brume, sortir de son sac, dans cette solitude absolue, un vieux livre écorné, l’ouvrir au hasard…  "Un spectacle inattendu frappa nos regards : nous découvrîmes une ruine indienne : elle était située sur un monticule au bord du lac; on remarquait sur la gauche un cône de terre de quarante à quarante-cinq pieds de haut; de ce cône partait un ancien chemin tracé à travers un magnifique bocage de... [Lire la suite]
27 août 2016

Dessine-moi un mouton ! Des boulettes persanes de brebis au citron séché, à la cannelle, aux raisins et aux noix

« Brasparts, sur ta lande Brasparts sur ta montagne noire Il n'y a pas une maison autour du marais Et sur la route des monts d'Arrée La nuit, l'hiver, pas même de brigands Pas une voiture, pas un passant C'est l'heure des moines rouges ! » (Max Jacob) C’est dans le midi des Monts d’Arrée, à Brasparts, que Cécile et Clément ont donné naissance à la Bergerie de Squiriou, conduite en agriculture biologique, dans un paysage paisible de collines couvertes de bois, de landes violines ou de riches cultures, de vallées... [Lire la suite]
09 août 2016

Il était une fois une princesse qui aimait les perles de pluie... mais aussi cette terrine de boeuf au combava et à la coriandre

Il était une fois, dans un pays lointain de soleil et d’ondée, d’ombres et de lumières, de chaleur et de parfums, une délicieuse petite princesse qui adorait la saison de pluie. Dans le palais d’été, alors s’abattait la généreuse mousson, la petite princesse aimait s’asseoir sous la varangue pour contempler les fils d’eau qui tombaient du ciel. Elle aimait par-dessus tout les gouttes de pluie étincelantes qui s’évanouissaient à peine le sol touché… elle aurait tellement voulu les garder pour les admirer tout au long de... [Lire la suite]

13 juin 2016

Redorer le blason du boudin noir: parmentier de boudin au blé noir, rhubarbe et compote d'oignons rosés de Roscoff.

  « Quel animal admirable que le cochon ! Il ne lui manque que de savoir faire lui-même son boudin. » (Jules Renard) Aucune fée ne s’est penchée sur le berceau de cette spécialité charcutière… Disgracieux dans sa dénomination comme dans son aspect, le boudin fait encore aujourd’hui se bidonner des brassées de garnements et froncer le nez d’une bonne partie des convives. Au dernier sondage réalisé à la cantine du Gouezou, 50 % des hôtes ont déclaré détester le boudin. La faute encore une fois à des réminiscences... [Lire la suite]
08 juin 2016

Jarret de porc confit au citron et un Paris-Landerneau en diligence !

Alors qu’on a célèbré le cent cinquantième anniversaire de l’arrivée du train à Landerneau, petit coup d’œil dans le rétroviseur… Depuis la création de la Poste aux chevaux, c’est la diligence qui, à partir de 1776, relie Landerneau à la capitale. Grande et lourde voiture à quatre roues, traînée par cinq chevaux. Elle était partagée, dans la longueur, en trois compartiments : en avant le “coupé”; compartiment de 1ere classe pour trois voyageurs, au milieu l'”intérieur” compartiment de 2nde classe pour six voyageurs et, en arrière... [Lire la suite]
22 mai 2016

De la saucisse dodue aux parfums des Mascareignes!

Les termes « saucisse » et « saucisson » sont dérivés du vieux français sausiche venant du latin salsus signifiant « salé ». Tout comme le pain, les galettes, les pâtés ou les boulettes, la saucisse est un mode de préparation et de transformation de la viande très ancien. Homère en parlait déjà dans l’Odyssée, et Cicéron s’en fait également l’écho. Il est probable qu'elle fut inventée dans une optique de préservation ou de commodité de transport de la viande, tel qu'en fut son usage dans l'Antiquité, ou simplement d'un principe... [Lire la suite]
10 avril 2016

Le seigneur Elorn, le dragon et une soupe à l'oignon rosé de Roscoff, au sirop d'érable et au magret de canard séché

Il était une fois un dragon sanguinaire –comme il se doit-, glouton –c’est quand même une très grosse bête- et insatiable –sinon, il n’y aurait pas d’histoire à raconter-… Les histoires de dragons, gardiens de trésors ou terreurs d'une région et qu'auraient vaincus les saints et les chevaliers, sont nombreux également en terre bretonne. Sans parler du Morault dont triompha Tristan, du dragon que Gildas enchaîna lors de son arrivée dans la presqu'île de Ruys ; de celui que combattit Arthur et que terrassa Efflam ; du monstre à... [Lire la suite]