17 juin 2015

Abats pas rabat-joie et rognons de veau aux cèpes, Jurançon et risotto fèves, citron et estragon du Mexique...

Végétariens et vegans passeront sans doute leur tour et leur chemin, c’est certain et c'est leur droit. Les abats qui souffrent d’une image très dégradée sont devenus à l’instar de certains légumes oubliés des étrangers qu’on regarde d’un œil suspicieux et souvent ignorant… Qui sait encore aujourd’hui cuisiner et apprécier ces pièces délicates et puissantes qu’on ne trouve au demeurant que difficilement, presque sous le manteau ? A qui la faute ? Sans aucun doute à l’industrie agroalimentaire qui n’aime guère ces produits... [Lire la suite]