SAM_0946

 2016-09-16 14

Dis grand-mère, tu l'as vu le lapin bizarre? demande Arthur -4 ans- de sa petite voix décomplexée, claire et flûtée au beau milieu d'un aéropage de visiteurs chenus, silencieux et compassés devant l'immense travail du très grand artiste Marc Chagall. Euh, non, pas vu. Tu me le montres? Cavalcade attentive au pied des cimaises, le nez en l'air... Regards bienveillants, amusés et courroucés. Rêve, 1924, Marc Chagall. Ancien titre, Le Lapin. Un autre regard...

Jusqu’au début du mois de novembre (il serait dommage de poser un lapin à une si chouette expo !), Les Capucins à Landerneau prêtent leurs cimaises à 300 œuvres de « Celui qui dit les choses sans rien dire » (titre d’un recueil d’Aragon) dans un fascinant dialogue entre le peintre et les poètes. Le titre d'Aragon évoque à merveille le magicien qui savait si bien jouer avec les mots et les couleurs et côtoyé depuis les années vingt jusqu'à la fin de sa vie en 1985, tous les grands poètes, de Guillaume Apollinaire à Max Jacob en passant donc par Louis Aragon et Blaise Cendrars. Sa plume et son pinceau ont illustré de très grands textes, notamment Les Âmes mortes  de Gogol, Les Fables de La Fontaine, la Bible, Daphnis et Chloé, Les Mille et Une nuits ou encore les Contes  de Boccace. La rétrospective de Landerneau raconte l'histoire de ces échanges sublimés entre le peintre poète et les écrivains. Et au beau milieu de ce trésor sensible, ce lapin du «Rêve»qui a parlé à un petit bonhomme de quatre ans, un peu comme le lapin d’Alice au fond.

Il est amusant de constater que, dans les interprétations des rêves, rêver d'un lapin a pour sens les faux-amis. Faux-amis, faux-semblants, n'est-ce pas là une interprétation onirique pertinente de ce tableau ? Ailleurs, le lapin est le symbole d'un projet. D'autre part, l'envers est interprété comme l'échec d'un projet. La porte est entrouverte : tout est possible. Ce tableau a d'abord eu pour titre : «Le Lapin», puis «Le Rêve». Chagall aurait pu l'intituler «Rêve de lapin» ou «Lapin rêvé». Mais non. L'artiste pense «Lapin». Il écoute ses sens, son instinct, peut-être y songe-t-il... peut-être laisse-t-il son esprit vagabonder avec pour point d'ancrage un lapin. On ne sait.

2016-09-16 14

Certains –comme moi !- y voient même un âne et non un lapin... D'où l'artiste a-t-il fait surgir ce lapin géant ? De quel chapeau de magicien ? Et pourquoi en avoir changé le titre ?

Sous l'Ancien régime, les lapins en peinture représentaient la dépravation. De là, ce lapin géant, cette femme reversée nue... On dit que le groupe des Surréalistes lisait ainsi ce tableau, ce lapin géant comme le « ça » de Chagall, son réservoir de pulsions sexuelles.

«Le Rêve», image sensorielle d'un rêve érotique. Voilà qui est plaisant et donne encore une autre lecture. Oui, tout est mélangé sur cette toile, tout est emberlificoté. Rien ne semble à sa place comme si l'artiste, emporté par l'élan de l'amour, ne sait plus rien du sud et du nord, des couleurs ou du nom des choses. Éperdu d'amour, l'homme derrière le pinceau ne sait plus rien de la réalité...

Et nous, cessant cette contemplation étonnée, nous partageons de délicieuses brochettes de lapin rôti aux noisettes torréfiées et au miel. Un rêve de lapin.

 SAM_0926

Pour 4 artistes et poètes :

900 gr de lapin de Gouezou Vian émincé

150 gr de purée de noisettes torréfiées

4 cuillères à soupe de miel de châtaignier

2 cuillères à soupe de sauce teriyaki

Poivre noir du Kérala fraîchement moulu

SAM_0935

Répartir le lapin émincé sur des brochettes de bambou préalablement trempées dans de l’eau tiède. Compter deux à trois brochettes par personne. Badigeonner de purée de noisettes au pinceau les brochettes sur toutes les faces. A l’aide d’une cuillère à miel, enduire d’un filet ambré les brochettes brunies. Verser la sauce teriyaki, poivrer et réserver quelques heures au frais, le temps aux différents fluides de s’épouser…

Préparer un lit de braises (ou allumer le four sur 200 °, chaleur tournante). Déposer les brochettes sur grille au-dessus des braises (ou enfourner) pour une petite quinzaine de minutes.

Servir chaud ou tiède avec des graines de blé noir torréfiées cuites à la vapeur.

SAM_0945SAM_0952