GOUEZOU

07 juillet 2017

Gouezou, c'est quoi? c'est où?

  Aux portes des monts d’Arrée et du Parc Régional d'Armorique, au cœur du circuit des enclos paroissiaux, à la croisée des chemins de randonnées pédestres et équestres, à vingt minutes des "Vieilles charrues" de Carhaix, à une demi-heure des fêtes maritimes "Temps fêtes" de Douarnenez et des "Tonnerres" de Brest, à trois-quart d'heure du festival du "Bout du Monde" de Crozon, à une demi-heure de voiture et une heure de bateau du festival L'Ilophone d'Ouessant et à quelques encablures du festival... [Lire la suite]

21 juillet 2017

Rénovation des aires à battre, danses bretonnes et courges farcies à la saucisse de Molène

Quels étaient les moments festifs qui donnaient l’occasion aux gens de se réunir dans les Monts d’Arrée d’hier? En fait, à entendre les anciens, ils n’étaient pas si nombreux, si l’on excepte les pardons, les mariages et la fin du battage. Il en était toutefois une, de nature singulière, qui résonne encore au beau milieu des vieilles pierres écroulées des hameaux: la réalisation comme l’entretien ponctuel d'une aire à battre était une des occasions de se rencontrer et de danser. En Bretagne occidentale, la fête de l'aire neuve -fest... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Gai! Gai! Marions-nous au Gouezou! Pour une soupe au lait potache...

Gai ! Gai ! Marions-nous ! Quand un jeune homme ou une jeune fille d’un hameau des Monts d’Arrée -et particulièrement du Gouezou- s’apprêtait à convoler en justes noces au mitan du XXème siècle, chaque foyer voisin –jusqu’aux hameaux environnants- était représenté par un membre de la famille qui, comme tous les autres invités, assistait à la cérémonie le matin puis au déjeuner et au dîner servis en plein air ou dans un restaurant. Il n’était donc pas rare qu’entre cent et deux cents convives assistent au mariage. Entre les deux... [Lire la suite]
19 juillet 2017

Veillées contées au Gouezou, oeufs au lait et poires pochées au citron, à la girofle et au miel

Comme beaucoup de hameaux des monts d’Arrée, celui du Gouezou a pu compter par le passé jusqu’à plus d’une centaine d’habitants –contre une dizaine aujourd’hui- répartis dans de nombreuses petites fermes construites en rangées adossées au nord et ouvertes sur le sud et la crête usée des monts d’Arrée. Beaucoup de ces fermes ont aujourd’hui disparu, effacées par le temps, mais il subsiste dans ces vieilles pierres effondrées l’écho de cette vie paysanne au bord de l’oubli. Certes la vie y était certes difficile –surtout au regard... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 juillet 2017

Les petits pardons oubliés et flan à l'avoine

Pourquoi les Bretons éprouvent-ils depuis le XVème siècle cet impérieux besoin d'être pardonné? Si l'âme bretonne n'est pas plus pécheresse qu'ailleurs, édifices religieux, pardons et chants liturgiques en breton témoignent d'une ferveur particulière dont le souvenir est toujours bien ancré comme ici lors du pardon de Loc-Ildut à Sizun. Il se déroule autour d'une très jolie chapelle nichée dans un val verdoyant, construite au XIIème siècle par le comte du Léon dans une architecture de style gothique. Relancé par le curé de la... [Lire la suite]
15 juillet 2017

Ode à la belle avoine, édredon et bouillie!

Céréale gracile et dégingandée, l’avoine est une longue dame blonde qui ondoie dans les champs sous le soleil doré de juillet. Consommée par l'homme depuis des milliers d'années, surtout sous forme de gruau ou de bouillie, elle connaît depuis quelques temps un regain d’intérêt. En effet, de nombreuses études ont démontré par exemple qu'une fibre particulière de l'avoine - le bêta-glucane - a des propriétés régulatrices de la glycémie et également du taux de cholestérol sanguin. Et l’avoine a mille autres vertus, c’est entendu. ... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2017

Moissons et battage au Gouezou: pour un gros pain au blé et à l'avoine

Au loin, ronronnent les moissonneuses qui égrènent à intervalles réguliers dans les champs les rounds de paille… Le grain récolté, orge et avoine, puis le blé et le seigle, et enfin le blé noir à la toute fin de l’été, sera stocké le jour même, bien loin, dans des silos. L’opération menée tambour battant sur des parcelles de plusieurs hectares aura duré quelques heures. Pas d’animation particulière. Peu de main d’œuvre. Si ce n’était ce ronronnement dans le lointain et ces gigantesques machines qui arpentent de l’aube au couchant... [Lire la suite]
Posté par Gouezou à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 juillet 2017

Marion du Faouët, la Compagnie de Finfond et des petits pains fourrés aux légumes et aux herbes

La bourse ou la vie ? La vie de Marion du Faouët, dépassant le banal fait-divers historique, est follement romantique au cœur d’une Bretagne obscure dans un siècle qui n’apporte pas les Lumières à tout le monde. En ce début de XVIIIème siècle, la Bretagne connait des crises importantes de mortalité. La misère marque de son empreinte les populations exsangues. Stéphane Perréon dans « L’armée en Bretagne au XVIIIème siècle » cite l’exemple de la région de Landerneau où 89 % des hommes qui tirent au sort pour entrer dans les milices... [Lire la suite]
06 juillet 2017

Bouillon de onze heures, soupe aux herbes et arsenic

On le sait, le génie breton –et celui des Bretonnes surtout- s’épanouit sur une palette infinie de domaines, de la littérature à la musique, en passant par la cuisine, la piraterie ou la pédagogie. Il n’y a donc pas de raison que le crime ne fasse pas partie des cordes à l’arc des Bretonnes. Sorcière dérangée, Hélène Jégado qui tutoyait l’Ankou, défraya la chronique de son temps et fut sans doute la plus grande tueuse en série française du XIXème siècle, la plus terrifiante meurtrière de tous les temps, reléguant dans l’imaginaire... [Lire la suite]
05 juillet 2017

Un goéland, la liberté et des aubergines rôties aux tomates et aux herbes fraîches

"En honorant ceux qui ont refusé de se plier à la fatalité de la volonté exterminatrice de l'idéologie nazie, la médaille des Justes contribue à rétablir l'Histoire dans sa vérité." Et parmi les récipiendaires de cette médaille des Justes qu’évoque Simone Veil, inhumée aujourd’hui au Panthéon, on compte une belle âme, brillante et discrète, Yvonne Hagnauer dite Goéland, pédagogue et résistante. Née Even en 1898 à Paris, Yvonne était d'origine bretonne mais on ignore à peu près tout de sa famille et de sa jeunesse. A l’aube du... [Lire la suite]