SAM_0787

La coque est un bivalve endogé, c'est-à-dire vivant dans le sol, se répartissant des sables fins aux vases sableuses. Il s'agit donc d'un animal ubiquiste, qui peut habiter dans des biotopes variés. La coque est ainsi la reine des trophées faciles des hordes de pêcheurs à pieds sur l’estran dénudé par les grandes marées. On la trouve en effet enfouie peu profondément dans le sable. Un simple opinel et un panier métallique suffisent donc. Il faut également être raisonnable et n’en prélever qu’en petites quantités et d’un taille acceptable. Ici, une livre suffit à contenter deux à trois gourmands pour un apéritif convivial en terrasse… Cuites à l'étouffée avec du kari Gosse, de l'oignon vert et du persil: tout simplement!

 SAM_0778SAM_0743

Pour deux à trois pêcheurs à pied

500 gr de coques fraîchement glanées sur l’estran

Quelques tiges de persil plat bio

Un oignon vert bio

1 cuillère à café rase de kari Gosse

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

 SAM_0780SAM_0792

Laisser tremper les coques dans une solution d’eau fraîche et de gros sel de Guérande (environ deux à trois cuillères à soupe pour deux bons litres d’eau) pendant une quinzaine de minutes. Cela permet d’éliminer le sable, toujours désagréable sous la dent.

Laisser fondre le blanc de l’oignon coupé en petits dés dans l’huile d’olive et dans une casserole à fond épais. Ajouter le kari Gosse et mélanger à l’aide d’une cuillère en bois. Lorsque l’oignon épicé est tendre, jeter sans ménagement les coques égouttés. Bien mélanger les coques dans le mélange épicé, couvrir et laisser les coques s’ouvrir. Ne surtout pas saler!SAM_0795

Lorsque les coques sont ouvertes, c’est cuit ! Découvrir et ajouter alors le persil et le vert de l’oignon très finement ciselé. Mélanger, verser dans un plat de service et proposer à l’apéritif immédiatement. Penser à mettre à disposition de petites fourchettes, type fourchettes à huîtres, et un bol faisant office de poubelle de table pour recueillir les coquilles vidées.

Délicieux chaud, tiède ou froid à l’apéritif avec un rosé bien frais, par exemple un Cabernet d’Anjou.