02 octobre 2018

Le portezer, la fille du meunier, le froment et les crêpes de Sizun: beurre de pomme au citron et au gingembre

« Un den evurus betek e zaou veud Zo dindan roched pep portezer bleud. ’Vel-se oa, pe dost, lavar kozh gwechall, Mar na blij ket deoc’h… gwiskit-eñ ’hent-all ! » (Gabriel Le Febvre, 1863-1927) Un homme parfaitement heureux / se cache sous chaque chemise de garçon meunier / c'est ce qu'on disait dans le temps du moins / si vous n'y croyez pas, enfilez-en une … Il y a bien longtemps, Lann naquit à la saint-Michel, un jour d’automne, un jour de bruine et de brume aux puissants parfums d’humus et de pommes, alors que... [Lire la suite]

19 juin 2018

Anita Conti, de la Casamance à Terre-Neuve, les forçats de la mer, et une soupe du Ponant aux joues de cabillaud et palourdes

« Elles ont durement lutté.     Les glaces denses Avaient meurtri leurs corps, et les vents qui hurlèrent Du bordé jusqu'aux mâtures hautes, fauchèrent Des hommes, sous les agrès rompus. Les cadences Mortelles de la mer ont rythmé ce combat Sans fin, jour après jour, jusques aux soirs fatals. Les triomphantes sont rentrées aux ports natals, Elles y paient rançon des nefs sombrées, là-bas. (…) » (Cimetières de navires-goélettes, Anita Conti) Touchée par l’indécente abondance et l’incroyable gaspillage des... [Lire la suite]
01 mars 2018

Grands froids d'autrefois et une soupe aux légumes, au blé noir et au lard comme un kig ha farz

Les anciens du Gouezou gardent un souvenir cuisant des hivers très rigoureux de leur enfance. Dans les années cinquante, les seules « chaussures » pour aller à l’école étaient des sabots de bois ou « botoù koad » dont talons et semelles étaient cloutés pour retarder l’usure. Les femmes et les enfants portaient des chaussons dans leurs sabots. En revanche, la plupart des hommes ne les garnissaient que de paille ou de foin pour protéger leurs pieds nus. Les grands froids leur valaient d’autres misères, notamment à la gent féminine.... [Lire la suite]
05 février 2018

Le roi des Monts d'Arrée, le berger du Gouezou et une fougasse au blé noir, au jus de pomme, au lard fumé et fromage de brebis

Nous aimons utiliser notre intelligence et, souvent, la joie de remporter un défi de l'esprit vaut plus que n'importe quelle récompense matérielle. Mais faire d'une pierre deux coups, c’est encore mieux. Il était une fois, -il y a tellement longtemps qu’à cette époque les dragons folâtraient près du Youdig qui n’était pas encore la porte des Enfers-, un bon roi qui n’avait point de descendance. Les jours succédaient aux jours, les saisons aux saisons, les années aux années : au crépuscule de sa vie, s’imposa à lui le besoin... [Lire la suite]
22 janvier 2018

Le veneur infernal, la tourte croustillante à la créole, l'archange et la pâte feuilletée de blé noir...

« Il y a mille ans et bien plus -selon les traditions de la montagne- que cette vaste plaine, coupée par des flaques d'eau noire et des fondrières de tourbe mouvante, était couverte de bois épais. Aujourd'hui, c'est le marais du Mont Saint-Michel. Mais au temps de notre récit, on voyait dans ces lieux une forêt magnifique, une forêt vierge, comme on dit en parlant des bois immenses et impénétrables de ce nouveau monde qui est au-delà de l'Océan. Au milieu de la forêt, il y avait un château superbe, mais presque inconnu au... [Lire la suite]
28 février 2017

Les pâtes de blé noir aux crevettes sautées au citron et aux pistaches pour les femmes de Barbe Bleue

Et si je vous disais que le Barbe Bleue de votre enfance, le monstre sanguinaire, l’époux barbare, celui dont Charles Perrault a capturé l’histoire pour l’épingler dans Les Contes de Ma Mère L’Oye, était breton ? A la croisée des mythes et des contes, le conte breton de Barbe-Bleue emprunte dès le VIème siècle à Cronos et à Œdipe -et même un petit peu à Ganesh- dans la version de cette histoire tragique mais bien sûr édifiante et finalement christianisée. On en doit notamment une version à Emile Souvestre -romancier morlaisien... [Lire la suite]

17 septembre 2016

Le coup du lapin: un rêve de brochettes aux noisettes, au miel et au pinceau...

  Dis grand-mère, tu l'as vu le lapin bizarre? demande Arthur -4 ans- de sa petite voix décomplexée, claire et flûtée au beau milieu d'un aéropage de visiteurs chenus, silencieux et compassés devant l'immense travail du très grand artiste Marc Chagall. Euh, non, pas vu. Tu me le montres? Cavalcade attentive au pied des cimaises, le nez en l'air... Regards bienveillants, amusés et courroucés. Rêve, 1924, Marc Chagall. Ancien titre, Le Lapin. Un autre regard... Jusqu’au début du mois de novembre (il serait dommage de poser un... [Lire la suite]
21 juin 2016

Accordéon, bombarde et contrebasse: musique et lasagnes de blé noir toutes vertes aux légumes nouveaux et chèvre !

  Le sarrasin n’est pas une céréale, il est de la famille des polygonacées mais nous avons l’habitude de l’employer comme tel. En l’associant à des légumes verts du printemps (fèves, courgettes, blettes, ail nouveau, aromatiques…) et à un trio de fromages de chèvre, on obtient un grand plat généreux et gourmand à partager autour d’une joyeuse tablée ! Le contenu protéinique du sarrasin est comparable à celui du blé, de l’avoine, du seigle ou du quinoa. Le potentiel de la farine de sarrasin est moindre que celui du... [Lire la suite]
28 mai 2016

Saucisse-frites? Oui! Mais saucisse maison au porc blanc de l'Ouest, au blé noir et aux herbes fraîches!

    Contrairement à ce que son nom laisse penser, le blé noir n'est pas une céréale mais une polygonacée, de la même famille que l'oseille ou la rhubarbe. Importé lors des croisades, il leur doit son nom de sarrasin, alors que la plante est originaire d'Asie, où elle a été domestiquée aux alentours de 2 600 avant Jésus-Christ. Cultivé dès le 12e siècle en Europe, le blé noir arrive en Bretagne au 15e siècle, et est popularisé par Anne de Bretagne. Sa culture se développe rapidement, tant il se plaît dans nos terres... [Lire la suite]
26 octobre 2015

Naissance d'une légende: burger de Black Angus, fromage de Bretonne pie noir et légumes de Commana

 Avec le Mont Saint Michel de Brasparts en épicentre, voici une toute nouvelle construction audacieuse, délicieuse, séditieuse,  le BBB (Burger Breizh Bio) de Saint-Michel de Brasparts. L’exception culturelle bretonne s’exprime donc aussi dans une cuisine qui vit avec son temps tout en privilégiant des produits ancrés dans son histoire. Comme la Black Angus de l’élevage de Sylvain et Myriam Le Treust à Saint-Rivoal, le Saint-Eneour de Bretonne pie noir de Véronique et Gaby Le Hir à Plounéour Menez, les légumes de David... [Lire la suite]