09 août 2016

Il était une fois une princesse qui aimait les perles de pluie... mais aussi cette terrine de boeuf au combava et à la coriandre

Il était une fois, dans un pays lointain de soleil et d’ondée, d’ombres et de lumières, de chaleur et de parfums, une délicieuse petite princesse qui adorait la saison de pluie. Dans le palais d’été, alors s’abattait la généreuse mousson, la petite princesse aimait s’asseoir sous la varangue pour contempler les fils d’eau qui tombaient du ciel. Elle aimait par-dessus tout les gouttes de pluie étincelantes qui s’évanouissaient à peine le sol touché… elle aurait tellement voulu les garder pour les admirer tout au long de... [Lire la suite]

13 juin 2016

Redorer le blason du boudin noir: parmentier de boudin au blé noir, rhubarbe et compote d'oignons rosés de Roscoff.

  « Quel animal admirable que le cochon ! Il ne lui manque que de savoir faire lui-même son boudin. » (Jules Renard) Aucune fée ne s’est penchée sur le berceau de cette spécialité charcutière… Disgracieux dans sa dénomination comme dans son aspect, le boudin fait encore aujourd’hui se bidonner des brassées de garnements et froncer le nez d’une bonne partie des convives. Au dernier sondage réalisé à la cantine du Gouezou, 50 % des hôtes ont déclaré détester le boudin. La faute encore une fois à des réminiscences... [Lire la suite]
30 mai 2016

Salade de courgettes mi-cuites à l'aigre douce et mousse de chèvre frais: un petit goût de printemps, un avant-goût d'été...

  Déjeuner en terrasse, sous le soleil exactement. Une petite entrée toute légère pour maintenir le cap et la motivation! Une salade croquante de courgettes mi- cuites au vinaigre de cidre, au cumin et au miel sous une mousse au fromage de chèvre frais. Une pluie de ciboulette ciselée et un voile de piment. On ronronnerait bien au soleil. On irait bien traîner ses guêtres du côté du lac sous les frondaisons. Mais non! Salade de courgettes mi-cuites à l'aigre-douce pour 4 à 6 personnes 6 courgettes moyennes bio et bien... [Lire la suite]
20 avril 2016

Filets de poulet au citron vert, à l'ananas Victoria et au chutney de coriandre: tableau coloré dans le creux de l'assiette!

  Après un après-midi de travaux d’Hercule au jardin -déplacement de la sauge ananas très envahissante, débrouissaillage des rocailles, tentative de raisonner la glycine qui se réveille...- ou de retour d’un randonnée dans le bocage -à travers champs, puis landes et zones humides-, on s’attable au Gouezou autour d’un joli plat coloré et parfumé : de jolis filets de poulet marinés aux épices et cuits à l’étouffée avec une merveille des îles Mascareignes, un ananas Victoria doux et parfumé. Des... [Lire la suite]
29 janvier 2016

Fricassée de joue de lotte aux pomelos pour les Gras de Douarnenez !

  Les Gras de Douarnenez remontent à 1835.  A l'origine, le mardi-gras symbolise le passage d'une période où l'on mange gras à une période où l'on mange maigre (le Carême). A Douarnenez, cette signification religieuse se double d'une signification plus locale. Pour les Douarnenistes, c'est aussi l'occasion de fêter la fin de l'hiver durant lequel les pêcheurs ont peu travaillé. Tout commence le samedi avec l'intronisation du Den Paolig, symbole emblématique de la fête, le Den Paolig (pauvre homme en français) est le... [Lire la suite]
31 octobre 2015

Joues de cabillaud au beurre d’agrumes, échalotes confites et butternut rôtie : dîner aux chandelles pour magiciens et sorcières

"Le crieur de nuit, le buguel-noz, qui hantent les landes désertes, ont eux aussi les mêmes attributs et sont doués des mêmes pouvoirs que les âmes errantes ; ils ne sont point nettement distingués des morts, comme le sont par exemple les nains (korandonet) qui apparaissent dans les champs triangulaires, et cependant il semble bien que d’après la croyance commune ils n’aient jamais vécu la vie que vivent les hommes ; il semble qu’ils aient toujours été des esprits errants dans les solitudes, que jamais ils n’aient possédé un corps... [Lire la suite]

10 septembre 2015

Laideur de la lotte et joues de lotte sauce tomates, estragon du Mexique et baies roses de La Réunion

Laide est la lotte. C’est un fait. Ladite lotte est toutefois un délice. C’est ce paradoxe qui conduit les poissonniers à épargner les consommateurs en ôtant de leur vue l’épouvantable tête de lotte, tout en gueule, en dents et en mucus. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’on l’appelle aussi crapaud de mer ou diable… Joufflue et disgracieuse, la lotte est nonobstant exquise et nous le prouve avec ces joues de lotte rôties, accompagnées d’une sauce onctueuse de tomates à l’estragon du Mexique et baies roses de La Réunion. Un riz... [Lire la suite]
04 septembre 2015

Le steak tartare des Monts d'Arrée: onglet de pie noir, pommes sauvages et éclats de noisettes torréfiées...

  Ami vegan, passe aimablement ton chemin et va en paix car ce steak tartare des Monts d'Arrée va te faire du mal... Réalisé à partir d'onglet de Bretonne pie noir coupé au couteau, assaisonné d'un joli jaune d'œuf du jour, de pommes sauvages coupées en dés, de noisettes torréfiées concassées, d'un filet d'huile de noisette, de piment pilé, de fleur de sel de Guérande et d'une petite brassée d'herbes du jardin, on s'y adonne, toutes canines dehors, avec dans le regard des réminiscences paléolithiques... Se dire qu'on irait bien... [Lire la suite]
29 juin 2015

Un voyage au marché de Morlaix et joues de lotte, citron et lait ribot, tagliatelles de blé noir

  Arpenter, tous sens affûtés, le marché de Morlaix est déjà un voyage en soi… On saisit au vol une conversation en breton, un échange en anglais et les harangues des exposants. On navigue d’une narine palpitante des odeurs marines puissantes aux parfums de terre et de lait, en passant par des fragrances de fraises et de miel et des fumets de charcuteries fumées… On embrasse d’un regard gourmand les étals colorés et on croise une foule bigarrée. On goûte toutes papilles en émoi une lamelle de tomme de vache Bretonne pie noir... [Lire la suite]
17 juin 2015

Abats pas rabat-joie et rognons de veau aux cèpes, Jurançon et risotto fèves, citron et estragon du Mexique...

Végétariens et vegans passeront sans doute leur tour et leur chemin, c’est certain et c'est leur droit. Les abats qui souffrent d’une image très dégradée sont devenus à l’instar de certains légumes oubliés des étrangers qu’on regarde d’un œil suspicieux et souvent ignorant… Qui sait encore aujourd’hui cuisiner et apprécier ces pièces délicates et puissantes qu’on ne trouve au demeurant que difficilement, presque sous le manteau ? A qui la faute ? Sans aucun doute à l’industrie agroalimentaire qui n’aime guère ces produits... [Lire la suite]